Les courses
Semaine internationale Coppi et Bartali 2019
(Italie )
Le mercredi 27 mars 2019
Avant course
Course
Après course
La course

L’équipe Arkéa-Samsic est de retour en Italie pour la Semaine Internationale Coppi et Bartali. Une épreuve où Laurent Pichon avait brillé en 2017 en remportant l’étape 1-a ! Après un bon début de saison et un récent Paris-Nice motivant, Elie Gesbert prendra le départ avec l’envie de confirmer sa bonne forme actuelle.

Elie Gesbert

« Je n’ai jamais participé à la « Coppi et Bartali » mais les parcours ressemblent à des courses auxquelles j’ai déjà participé en Italie. C’est toujours un peu pareil là-bas. C’est souvent un peu casse-patte, il y a des grands circuits avec une bosse. J’espère avoir bien récupéré de Paris-Nice. Et ça je ne pourrai le savoir qu’une fois en compétition…C’était un peu dur cette semaine, j’avais un peu mal aux jambes à l’entrainement, après une course de huit jours je pense que c’est humain. (rires) J’ai fait deux jours sans vélo puis j’ai enchainé avec des sorties un peu plus longues et du derrière scooter. J’espère avoir fait le nécessaire pour être bien. Ça fait un moment que je suis « au charbon », j’ai pas mal enchainé. J’aime les épreuves sur plusieurs journées, je préfère autant les courses par étape que les compétitions d’un jour. Souvent je récupère mieux, je me sens mieux après 2/3 jours sur le vélo que lors de la première étape. Sur un jour, il m’arrive d’être un peu plus « bloqué ». Cette semaine, avec Jérémy Maison on est un peu co-leaders , et toute l’équipe est motivée ! J’ai hâte de voir mes sensations après la première journée. »

Sébastien Hinault, directeur sportif

« Dans cette course italienne que nous connaissons bien, nous avons une belle équipe et de l’ambition. Maxime Bouet, non remis de sa chute dans Paris-Nice va nous manquer, notamment dans le contre la montre par équipes, mais nous voulons performer. Dans la Coppi Bartali, il y a toujours du niveau et les équipes italiennes ont tendance à combattre. Nous ferons donc au jour le jour. La première étape se décompose en deux parties, course en ligne le matin et contre la montre par équipes l’après-midi. Notre entraîneur Théo Ouvrard nous accompagne pour bien y aider nos coureurs qui ont travaillé cette discipline durant l’hiver. Thibault Guernalec y sera notre locomotive mais on a une équipe homogène, avec des coureurs qui aiment bien cet exercice. Ensuite il y aura trois étapes difficiles avec de belles côtes et une étape en plaine qui peut s‘avérer dangereuse en raison du vent. En 2018, on y avait vu des bordures. Dans le chrono par équipes nous allons donc essayer de limiter la casse mais ensuite nous aurons un bon parcours pour Elie Gesbert et même pour Jérémy Maison. Par rapport à Paris-Nice, on redescend d’un cran et le niveau d’Elie nous permet d’envisager une belle performance. »

Comment suivre la course ?
En direct
Les résultats

Étape 1

Étape 2

Étape 3

Étape 4

Étape 5