Nos actualités
Brice Feillu : “Donner notre maximum, tous les jours”
Le 30 mars 2019

En l’absence de notre sprinteur André Greipel qui a pris, avec Yvon Ledanois, la décision de ne pas prendre le départ, Brice Feillu a attaqué dans le final de la sixième étape et confirmé l’envie d’Arkéa-Samsic de bien finir demain à Barcelone cette épreuve World Tour.



Yvon Ledanois
 (directeur sportif) : « Brice Feillu s’est montré en attaquant à 10 kilomètres de l’arrivée et c’est bien, après le gros travail effectué vendredi par toute l’équipe, de tenter une nouvelle fois. Pour nous cette étape a été dominée par le retrait d’André Greipel. Hier soir, il ressentait une grande fatigue et le besoin de récupérer. Arrêter là était la décision la plus sage même s’il a été difficile pour lui de la prendre. Il va souffler et reprendre de l’énergie avant de revenir dans le Grand Prix de l’Escaut et Paris-Roubaix qui sont pour lui de grands objectifs. C’est vrai, il aurait pu être là aujourd’hui dans le sprint gagné par Matthews mais rien ne dit qu’il aurait passé les côtes du début d’étape… Toute la journée, l’échappée a été contrôlée mais le final était assez dangereux, il y a eu de nombreuses chutes dont celle d’Anthony Delaplace qui ne s’est pas fait mal. Maintenant, on a la tête à demain pour faire une belle étape à Montjuic. On veut bien finir le Tour de Catalogne.»


Brice Feillu : « Sans André aujourd’hui, on savait que ce serait compliqué d’aller chercher un bon résultat. On est sur une très belle course et on se doit de faire notre maximum tous les jours. Dès le départ, on est restés bien positionnés au cas où un gros groupe sortait. Finalement, une échappée de cinq s’est formée. Tout de suite des équipes ont mis en route. On savait qu’on allait passer une journée moins difficile qu’hier. Dans le final, il y avait beaucoup de changements de direction, je suis resté bien positionné à l’avant du peloton pour pouvoir réagir si quelque chose se passait. J’ai attaqué, en espérant que ça se regarde un peu derrière mais c’est vite revenu. Il fallait tenter. Sur deux étapes, on a bien roulé pour André, c’est un rôle qui me change, j’ai rarement eu l’occasion de prendre les commandes du peloton pour un sprinteur dans ma carrière mais je trouve ça plaisant. »