Nos actualités
Il a manqué une seconde à Warren Barguil
Le 18 août 2019

Pour une seconde Warren Barguil a été devancé par le Kazakh Lutsenko au classement final de l’Arctic Race of Norway. Au terme d’une quatrième étape haletante durant laquelle l’équipe Arkéa-Samsic a été mise à contribution, tout s’est joué dans le sprint pour la troisième place revenue au Kazakh.


Warren Barguil : « Je suis très très déçu car mes équipiers ont bien tenu la baraque quand Hugo Houle et Mathieu Van Der Poel étaient dans le gros groupe échappé. Je suis dégouté de tout perdre à 250 mètres de la ligne car je n’étais pas dans la roue de Lutsenko. C’est aussi une erreur de ma part. Perdre là-dessus ce n’est jamais facile, je prends un écart tout de suite, Lutsenko était très fort dans le sprint…C’est dur à accepter mais je ne remercierais jamais assez mes équipiers pour leur bon boulot. On a vécu quatre super journées ! Il faut aussi tirer le positif de tout ça : je suis de retour à mon niveau et ça fait du bien ! »


Franck Renimel : « C’est la douche froide, on ne s’y attendait pas ! Perdre cette course pour une seconde, c’est vraiment pénible. Toute l’équipe est fort déçue. Dans cette étape, les équipiers de Warren ont fait un gros travail. Après deux secondes de bonification prises par Warren portant son avantage à cinq secondes sur Lutsenko, nous avons dû maîtriser une échappée de 14 coureurs comprenant notamment Matthieu Van der Poel (Corendon-Circus) et Houle (Astana) qui étaient dangereux au classement général. En soixante kilomètres, Maxime Bouet et ses équipiers avaient bouché 1’30’’ et repris les attaquants. Ensuite, Astana a roulé et c’était parfait. Au premier passage sur la ligne d’arrivée, Lutsenko a fini deuxième d’un sprint intermédiaire devant Warren qui avait encore quatre secondes d’avance. Dans le dernier tour, Hoelgaard (Uno X-Norwegian) est sorti d’un peloton fort réduit pour aller gagner l’étape. C’était parfait. Puis Grondahl Jansen (Jumbo-Visma) a fait l’effort pour la deuxième place. C’était encore parfait. Il restait donc ce sprint pour la troisième place et quatre secondes de bonification. Quand Lutsenko produit son effort, Warren est dans la roue de Gasparotto qui s’est intercalé. L’Italien s’écarte et laisse un espace. A l’arrivée, il y a une seconde entre le Kazakh et Warren et c’est cette seconde qui nous accable ! »


Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations