Nos actualités
Alan Riou: “Une semaine de premières »
Le 23 avril 2021

Le cycle des classiques se refermera pour la première partie de saison dimanche, avec un Monument, Liège-Bastogne-Liège qui répond également au doux nom de Doyenne.









AVANT-COURSE





Warren Barguil en reconnaissance dans la Redoute/photo Arkéa-Samsic.




Warren Barguil : « Liège-Bastogne-Liège est une classique qui a quelque peu changé en terme de scénario de course avec le nouveau parcours proposé par les organisateurs. Le placement au pied de la Redoute néanmoins reste primordial. Nous enchaînons ensuite les côtes, le Maquisard et la Redoute, et là ce n’est pas facile car il y a un véritable enchaînement de difficultés. Le « juge de paix » désormais est la « Roche aux Faucons ». C’est une côte très dure qui est en deux partie. La première est très raide et passe au-dessus d’une voie de chemin de fer avec un petit pont. Il y a une petite “descente” et nous grimpons au sommet de cette difficulté ensuite comme on peut au terme de deux cent quarante-cinq kilomètres, et il nous reste alors dix kilomètres pour rallier l’arrivée dans le centre de Liège, avec un site là encore différent des autres années ». 





Kévin Ledanois/Photo Arkéa-Samsic




Kévin Ledanois : « Je m’apprête à disputer mon 4ème Liège-Bastogne-Liège, et a priori, cette année la météo s’annonce clémente, puisque à deux reprises j’ai connu neige et pluie, et une autre fois, une grosse chaleur sur cette course. Cela devrait aller cette année. C’est une classique que j’apprécie, mais je ne sais pas si la réciproque est vraie. Un peu à l’image des étapes de montagne sur un Grand Tour, j’aime ces épreuves, mais je n’ai pas trop de réussite. Ce qui est bien, c’est que me suis rassuré sur la Flèche Wallonne après mon début de saison compliqué. J’ai pu faire du boulot pour l’équipe, et j’ai été présent lorsque la course s’accélérait. Si je fais pareil et plus longtemps sur Liège, cela devrait-être bon. Je suis content que mes douleurs de début de saison dans la jambe aient disparu. Et que ce souci diagnostiqué comme une tendinite aux ischio-jambiers soit désormais derrière moi ». 





Alan Riou/photo Arkéa-Samsic




Alan Riou : « Cette semaine est celle des premières pour moi. J’ai découvert mercredi La Flèche Wallonne, et dimanche ce sera au tour de Liège-Bastogne-Liège. Il s’agit à mon avis de la plus difficile des trois classiques Ardennaises compte tenu de la distance, du dénivelé proposé. J’ai aimé la Flèche Wallonne, on m’avait prévenu que cela frottait, mais il faut disputer cette course pour se rendre réellement compte de la manière dont cela frotte. Je me suis senti à l’aise dans toutes les bosses, c’est juste le Mur de Huy qui m’a fait le plus mal, et reculer. Je vais découvrir Liège, c’est une course a priori pour grimpeurs-puncheurs. A voir… ma condition est bonne actuellement, je vais découvrir en tout cas avec envie ».





L’ANALYSE





Le BRIEFING





Yvon Caer/photo Arkéa-Samsic/Elen Rius.




Yvon Caer (Directeur-sportif) : « Liège est la classique « la plus lisible » par rapport aux capacités de Warren. Il s’agit d’un enchaînement de difficultés et non pas un rendez-vous ponctuel comme un sprint à l’Amstel, ou un bon placement au pied d’une bosse raide et difficile comme celle de Huy. Liège-Bastogne-Liège est une classique où généralement les costauds sont devant, c’est aussi une épreuve sur laquelle plein de choses peuvent se passer, c’est nerveux, il y a du placement. Les conditions météos peuvent également influer, mais, au final, ce sont toujours les hommes forts qui se retrouvent devant, ceux qui possèdent une bonne condition. Les grimpeurs comme Warren s’identifient davantage à cette classique et peuvent espérer décrocher à Liège de très bons résultats ».





La composition de l’équipe Arkéa-Samsic pour Liège-Bastogne-Liège, le 25 avril 2021





Warren Barguil, Thibault Guernalec, Kévin Ledanois, Lukasz Owsian (Pologne), Laurent Pichon, Diego Rosa (Italie), Alan Riou.





Directeur-sportif : Yvon Caer