Nos actualités
André Greipel huitième de Kuurne Bruxelle Kuurne
Le 3 mars 2019

C’était la première course belge de la saison pour nos coureurs. Les premiers gros efforts dans le vent, le mauvais temps, les routes belges…Benoit Jarrier a pris l’échappée et a ensuite pu épauler André Greipel, aidé par Kevin Ledanois. André Greipel termine 8ème de Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2019.



André Greipel:


« Je me suis retrouvé devant et la Quick-Step était à l’avant avec 6 gars…c’était sûr qu’ils allaient tenter un numéro. Je ne pensais pas que ce serait arrivé si rapidement. Ça allait super vite dans le groupe de chasse. J’ai tout donné, avec Kevin et Ben qui ont bien géré. Ils sont restés avec moi jusqu’au dernier tour pour m’épauler pour que je sois bien placé. Mais bon, je dois l’avouer, je suis huitième mais je n’avais pas de super jambes pour le sprint aujourd’hui. Un peu comme quand tu n’as pas de force…mais bon c’était quand même bien. J’ai hâte à Paris-Nice. »


Benoit Jarrier:


« J’ai réussi à prendre le bon coup. On est parti avec un temps de retard, ça s’est bien goupillé mais on a réussi à rentrer. Sur des courses comme ça type « classiques », c’est toujours préférable d’être devant. On aborde avec moins de pression, moins de stress les moments clés comme le vieux Kwaremont ou la côte du Trieu et ça permet de se retrouver dans le groupe des leaders après la « grosse bataille » et aider André dans le final. Sur le circuit nous avions qu’un seul but : protéger André. A ce moment-là on savait ce qu’on avait à faire avec Kévin, les deux trois mots qu’on s’échange c’est « est-ce que ça va ? comment tu sens André ? Moyen…mais ça va le faire ! » On se motive ensemble. On reste concentré car ça frotte beaucoup et c’est nerveux. Il y avait du vent. J’ai tout donné jusqu’à ne plus rien avoir…André a abordé le sprint en bonne position mais il lui en a manqué un petit peu. Quand je l’ai retrouvé dans le bus il était quand même content, il m’a dit « d’habitude je ne fais rien ici alors… » c’est motivant.


C’est une course de placement, il faut être à l’avant pour les endroits stratégiques et ne pas payer trop les efforts dans le final.


Je suis content, je sens qu’Oman m’a remis sur de bons rails. J’ai abordé la saison avec un peu de retard dans ma préparation suite à mon opération d’une tympanoplastie. Je n’ai pas pu faire le foncier que je voulais cet hiver et c’est la deuxième fois cette année que je fais 200 kilomètres en course. Il me manque un peu de force dans le final mais ça va revenir.”


 



 


Sebastien Hinault:


« Je suis très content du comportement de l’équipe. J’aurais été pleinement satisfait si on avait gagné mais il y avait un très gros niveau et pour faire quelque chose sur ces courses belges, il faut une équipe qui tienne la route. Je pense qu’on l’a prouvé aujourd’hui. Benoit a couru très intelligemment en prenant l’échappée pour pouvoir apporter son soutient à André une fois l’échappée rattrapée.  C’est dommage que nous ayons perdu Bram et Franck sur chute…avec un ou deux gars dans le final ça aurait été plus confortable. Pour André ça allait mieux qu’à Oman ou il n’était pas forcément content de ses sensations. On a vraiment vu de belles choses aujourd’hui. Quand on voit André sortir du Kwaremont dans les 15, 20 premiers, c’est que les pattes sont là. Ce n’est pas encore le Top niveau pour André mais comme j’ai pu lui dire, je pense qu’il se rapproche petit à petit de sa meilleure forme. On arrive sur de gros objectifs avec Paris-Nice qui est très important pour l’équipe, c’est positif, ça donne envie.


Quand on voit qu’à la Drôme, Warren est troisième aujourd’hui, qu’André est 8ème de Kuurne, qu’on est  super collectivement…même si on aurait préféré gagner, l’équipe retrouve du niveau et des résultats à la hauteur de notre potentiel. C’est rassurant car des fois on marche mais les résultats ne sont pas”



Bram Welten :


« Je me suis accroché avec Lorrenzo Manzin après le village du vieux Kwaremont. A chaud, j’avais mal au poignet, je ne pouvais pas repartir. J’ai vraiment pris un coup au moral car j’étais à 15, 20 places derrière André…Mon vélo était aussi abimé. Je pense que ça va aller et je veux repartir pour le Samyn après-demain. »