Nos actualités
Antoine Chauvin, pierre angulaire du Klub Keveler
Le 3 mai 2020

Cycliste de cadets à Espoirs première année, Antoine Chauvin a le cyclisme chevillé au corps. Issu d’une famille dont notre sport est quasiment élevé au rang de religion, ce jeune breton dynamique, et force de proposition est entré au sein de notre formation en développant son Fan Klub, aujourd’hui il a en charge le Klub Keveler. Portrait..


 


Cadets à l’ASPTT Rennes, Antoine Chauvin a mis un terme à sa carrière en Espoirs 1ère année sous le maillot de l’US Vern. Son grand regret : ne jamais avoir remporté une course. « J’ai fait toutes les places possibles et inimaginables, mais je n’ai pas gagné de course. J’avais sans doute en moi ce syndrome qui est « la peur de gagner », car je suis arrivé un nombre de fois importantes pour la gagne, mais je me suis planté à chaque fois. »


Souvent sélectionné sous le maillot de l’équipe du comité départemental 35, en cadets et en juniors, Antoine Chauvin a ensuite privilégié ses études, en commerce évènementiel, et surtout dans le domaine du sport. « J’ai souhaité travailler sur le Tour de France dès l’âge de 18 ans, j’étais rentré en contact à l’époque avec un dirigeant de chez ASO, lequel connaît bien mon grand-père. J’avais récupéré par son biais toutes les agences qui recrutaient pour le Tour. Je leur ai fait parvenir un CV de façon spontanée ».


Antoine s’investit comme il sait le faire :  à 100%. « J’ai passé des sélections, je suis monté sur Paris, notamment chez ASO, afin d’être auditionné en quelque sorte. J’en suis ressorti confiant, mais quelques semaines après la réponse est tombée : négative ! » Déçu, mais pas abattu, Antoine Chauvin a tenté sa chance l’année suivante. « J’ai repassé les entretiens chez ASO, et cette fois, ma candidature a été retenue ».  C’était l’édition 2017 du Tour de France. Un premier rêve se réalise pour lui. « J’ai découvert la dimension humaine de la caravane du Tour. Au début, on ne connait personne, et à la fin au bout de trois semaines, on doit sortir de cette bulle dans laquelle tout est démesurée, décuplée, festif, jovial, pour finalement, se quitter au soir de l’étape des Champs-Élysées ! Cela a été vrai déchirement pour moi ». L’aventure s’est répétée en 2018. « Je continuais en parallèle mes études en fac de sport, mais je me suis rendu compte qu’au sein du milieu universitaire, son expérience professionnelle c’est l’étudiant qui doit se la construire. La Fac nous offrant avant tout un cursus théorique, j’ai décidé de m’auto-former à deux univers, et dès que j’ai eu dix-huit ans, je me suis déclaré auto- entrepreneur dans ce domaine d’activité.  J’ai eu quelques prospects, et notamment à des associations ». Un pied à l’étrier qui lui a permis de faire un stage au cours de sa deuxième année de licence au sein de notre équipe. Travailler au sein d’une équipe cycliste professionnelle étant son deuxième rêve ! « J’ai contacté Emmanuel Hubert afin d’essayer de faire ce stage au sein de son équipe, il m’a mis en contact ensuite avec les bonnes personnes ressources. J’ai été retenu pour deux semaines de stage… et j’ai réalisé des reportages vidéo pour l’équipe : sur la route Adélie de Vitré avec le succès de Laurent Pichon, et sur le Tro Bro Léon. » Cette première immersion au sein de notre équipe s’étant bien passée, Antoine a en effectué une deuxième dans le cadre de l’obtention de sa licence. « Plus long celui-ci, et davantage axé sur les partenariats ». Une fois celle-ci validée, Antoine a ensuite opté pour l’alternance. « J’ai poursuivi mes études en master avec un panachage entre la théorie et la pratique, et j’ai proposé à l’équipe de créer le Fan Klub ». Celui-ci est désormais géré par Terry Éoche, et désormais, Antoine s’occupe du Klub Keveler. « Je gère les partenaires qui entrent dans les offres que nous proposons, dit-il, ce poste et cette mission m’apportent l’opportunité de travailler au sein d’une entreprise qui génère des émotions immenses. On exerce plus une passion, qu’un métier. Ce que l’on fait c’est au-delà d’un métier, on vit au rythme de l’équipe, des émotions qu’elle engendre au travers des coureurs, de son histoire. J’exerce un métier aussi au relationnel fort, lequel me permet de nouer des contacts plus que privilégiés avec des chefs d’entreprises, et que jamais je n’aurais pu avoir si j’avais été, par exemple, un commercial d’une société oeuvrant dans le tertiaire. Nos partenaires sont également des passionnés, et le discours que nous tenons est commun. Et surtout Arkéa-Samsic a ses valeurs propres de convivialité et d’esprit familial qui constituent notre ADN, lequel est la volonté de notre Manager Général, Emmanuel Hubert, lequel m’a également permis d’exprimer mes compétences dans l’univers de l’événementiel en me confiant l’organisation logistique des Rides Corse et Breizh by 6e sens Immobilier. Deux événements uniques en leur genre, novateurs, également, lesquels réunissent nos principaux partenaires autour de notre passion commune à tous : le cyclisme et sa pratique…»


 


 


Arkéa-Samsic