Nos actualités
Une belle deuxième place pour André Greipel
Le 20 août 2019

Pour sa rentrée dan le Grand Prix de Zottegem, André Greipel a fait forte impression. Avec ses équipiers Clément Russo et Benoît Jarrier, il a pris place dans une échappée au cours de la première heure avant de se montrer très combattif dans le final. Vainqueur du sprint pour la deuxième place derrière Piotr Havik (BEAT Cycling), le sprinteur de l’équipe Arkéa-Samsic est de retour !



André Greipel, 2ème :  “C’était une course difficile, sans relâche et avec du vent. On a fait du mieux qu’on pouvait, en équipe, avec Clément (Russo) et Benoit (Jarrier). On était tout le temps à l’avant. C’était très tactique, pendant toute la course car Corendon-Circus et Wanty-Groupe Gobert avaient le plus de représentants à l’avant, il ne fallait surtout pas en laisser sortir un. A partir de là, on devait suivre toutes les attaques pour ne pas être piégés. Notre stratégie était d’être toujours en tête, toute la course, sinon le peloton allait revenir car il n’était pas si loin. Être à l’avant ça passe par l’attaque donc on est sorti à un moment avec Clément pour relancer tout le monde et heureusement, le peloton n’est jamais revenu. On avait la course entre nos mains et Benoît, même s’il n’a pas pu accrocher la tête dans le dernier secteur pavé, a été distancé mais il a encore fait du gros boulot en tête de peloton pour que je puisse jouer le sprint. Le plus costaud a gagné en solitaire, c’est la course mais Benoît était très fort. Clément a aussi fait du super boulot même s’il a été malade ensuite…j’espère que ça ira pour demain. Je suis content d’avoir fait un sprint même s’il n’était pas parfait. Je n’avais pas de super jambes car j’étais en reprise aujourd’hui mais ça fait plaisir de sprinter, jouer tactique. Je pense qu’aujourd’hui c’est un bon résultat, avec des jambes moyennes ! Ce n’est pas magnifique mais ça fait du bien !”




Benoît Jarrier : “C’était une bonne partie de manivelles. On a pris la course dans le bon sens, c’est ce qu’il faut retenir. On s’est retrouvé avec Clément et André dans le groupe de 36 coureurs dès le début de course, donc trois coureurs de l’équipe. André et Clément sont partis dans un groupe de neuf hommes à la mi-course et j’étais encore derrière avec huit autres coureurs. Quand tout ce monde s’est regroupé, nous étions trois coureurs Arkéa-Samsic sur 18 ! Malheureusement Clément a eu des maux de ventre pendant la course et on s’est retrouvé à deux avec André. Chacun à notre tour nous suivions les gars qui tentaient de s’échapper. A dix kilomètres de l’arrivée, on s’est retrouvé à trois à l’avant, je me suis fait reprendre cinq kilomètres plus loin  et j’ai continuer à rouler en tête du groupe où il y avait André jusqu’à 500 mètres de la ligne…André va faire un résultat mais c’est dommage de ne pas gagner. On est proche mais loin ! On se concentre sur le positif parce qu’on a pesé sur le course, André a montré qu’il avait de bonnes jambes et qu’il marche bien. Il montre qu’il est sur les bons rails et c’est motivant ! Personnellement il me manque un peu de distance. Ma dernière course de 200 kilomètres était le championnat de France il y a plus d’un mois. La très bonne forme va revenir très vite !”




Yvon Caër, directeur sportif : « On est en Belgique, on existe et ça me plait bien ! André Greipel a retrouvé une condition qui est très bonne. Il a été impressionnant dans les vingt derniers kilomètres, pas un un coup n’est sorti sans lui ! Il s’est senti de mieux en mieux de kilomètre en kilomètre. Au début, ça a roulé très vite et puis, après 35 kilomètres, il a pris place avec Benoît Jarrier et Clément Russo dans un groupe de 36 coureurs. De ce groupe sont sortis neuf hommes dont André et Clément puis un autre groupe a fait la jonction avec Benoît. André n’a plus l’habitude de faire ces courses-là, quand ça attaque sans cesse mais au bout de 190 kilomètres, il était vraiment impressionnant, en répondant à tout le monde. C’est enthousiasmant et ça place le groupe dans une dynamique positive. Il a fait 170 km d’échappée, il a répondu aux attaques et a trouvé ça difficile mais il a retrouvé de la confiance. Il ne gagne pas mais c’est une belle deuxième place parce qu’elle lui donne le sourire. En fait, dans cette journée, nous avons eu une seule contrariété avec Clément qui était aussi fort qu’André mais il a été pris de vomissements à 35 kilomètres de l’arrivée et il s‘est arrêté net. S’il avait été là, on aurait mieux maitrisé les attaques dans le final. Havik (Beat Cycling), vent de dos a surgi et a conservé quelques secondes d’avance. Demain, avec André nous disputons la Venendaal Classic mais l’enseignement du jour est qu’il a retrouvé une bonne santé et on va pouvoir compter sur lui en fin de saison, comme sur Warren Barguil.»