Nos actualités
Benoit Jarrier : « J’ai pris du plaisir à rouler une dernière fois en tête de peloton » 
Le 28 septembre 2020

Après huit années passées au sein de l’équipe Arkéa-Samsic, Benoit Jarrier a décidé de se retirer du peloton professionnel. Paris-Camembert était sa dernière course en carrière.


 


Arkéa-Samsic : Qu’est-ce qui vous a poussé Benoit à arrêter votre carrière ? Et quels sont projets d’avenir ?


Benoit Jarrier : « Il y a deux ans de cela, j’avais dit que je voulais faire au maximum dix ans dans les rangs professionnels ! Oui. Cela fait deux ans maintenant que je me penche gentiment sur ma reconversion. J’avais déjà pris en 2019 des renseignements par rapport à une formation à effectuer. Là, je suis en cours d’autres prises d’informations. Mon souhait est de travailler dans le domaine des Travaux Publics, de faire des terrassements et d’autres choses ».


 


Arkéa-Samsic : Quel est votre meilleur souvenir de carrière ?


Benoit Jarrier : « C’est à la fois le meilleur et le pire, en fait. Il s’agit de Paris-Roubaix 2015. A vingt-kilomètres de l’arrivée, je me trouve au sein du deuxième groupe qui joue des places d’honneur. Cela a été un grand souvenir pour moi que de me retrouver dans le final de Paris-Roubaix aux côtés des meilleurs coureurs de cette épreuve. Il y aussi le Tour de France 2014 avec l’arrivée sur les Champs-Élysées ».


 


Arkéa-Samsic : Quelle course vous a le plus marquée ?


Benoit Jarrier : « Paris-Roubaix ! C’est pour moi la classique mythique avec de la ferveur, et des sensations à nulles autres pareilles. Il y a aussi bien évidemment le Tro Bro Léon »


 


Arkéa-Samsic : Que vous apporté pour votre vie d’homme le fait d’être pendant neuf ans coureur cycliste professionnel ?


Benoit Jarrier : « La persévérance. Cela m’a donné aussi des clés pour apprendre à me battre, ne jamais renoncer. C’est une grande école de la vie, mais, je dirais, aussi que l’on n’a pas le choix que de faire sien ces principes-là, si on souhaite faire carrière et perdurer dans le monde du cyclisme professionnel. Il faut se battre en permanence et être rigoureux aussi».


 


Arkéa-Samsic : Paris-Camembert était votre dernière


Benoit Jarrier : « Oui. Cela aurait pu être le top si Nacer avait pu gagner. J’ai été mis à contribution une dernière fois par l’équipe, et j’ai pris plaisir à rouler une dernière fois en tête de peloton pour l’équipe Arkéa-Samsic, et je me suis fait plaisir à tenir ce rôle une fois encore. J’ai tout fait pour que l’on puisse arriver au sprint massif, et que Nacer essaye de s’imposer. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir sur cette dernière course de ma carrière professionnelle, en apportant ma pierre à l’édifice en faveur du collectif. J’ai pris beaucoup de plaisir à rouler en tête de peloton comme je l’ai fait de nombreuses fois au cours de ma carrière ».


 


Arkéa-Samsic