Nos actualités
Le billet de Marc Fayet #2 – Le sens de la marche
Le 4 juillet 2017

Il n’y a rien de plus facile à concevoir qu’une étape du tour de France. C’est de la géométrie. Le but c’est de partir d’un point A pour arriver à un point B, et pour cela il suffit de suivre les flèches. La flèche comme la musique est un langage universel, tout le monde comprend ce que cela signifie et celui qui part de l’autre côté c’est vraiment qu’il a l’esprit de contradiction ou qu’il prépare une révolution. Dusseldorf hier par exemple a été point A et point B, un point c’est tout. Alors pour différencier ce point A de ce point B la solution était de définir un site de départ et un site d’arrivée. C’est de la logistique. Vous pourrez me contredire en m’affirmant que s’il y a un gars hier qui a pris le « Seat », c’était un « Seat » de leader et il se l’est gardé pour l’emporter au ciel, le Gallois qui a roulé comme une flèche… mais ce n’est pas la même flèche, ni le même site, ni la même situation. Pour faire court, même si aujourd’hui le site du point B se trouvait à 203 kilomètres du site du point A, l’essentiel était de relier la Westphalie à la Wallonie en dégageant un maximum de Watts c’est-à-dire respecter la règle des 3 W. Aujourd’hui c’est Pipiche qui s’y est collé mais à 20 bornes de l’arrivée il a dû mettre la flèche après avoir perdu les points pour les pois. Revenons à ces fameux 3 W et dont vous ignoriez le sens car vous n’êtes pas des flèches et qui apparaissent en tête de chaque site internet, elle sont tout simplement les abréviations de « Westphalie,Wallonie, Watts » tout simplement. WWW point. C’est de l’informatique. Maintenant que nous voici arrivé à Liège, vous vous sentez plus léger car de ce point B vous en savez désormais beaucoup plus que lorsque vous étiez au point A et ça c’est magnifique !