Nos actualités
Une bonne rentrée pour Warren Barguil
Le 14 septembre 2019

Warren Barguil a très bien entamé sa campagne italienne en prenant la sixième place de la Coppa Agostoni. Dans un final de costaud, le champion de France a pris place dans un groupe de onze coureurs dont se sont extraits Lutsenko (Astana) et Riabushenko (UAE-Team Emirates) qui l’a emporté. Le leader de l’équipe Arkéa-Samsic sait qu’il a de très belles choses à faire dans les prochaines courses.


Warren Barguil : « Je suis un peu déçu quand même. C’était une course difficile et on a réussi à durcir la course avec l’équipe Astana. Romain Le Roux était encore avec moi dans la dernière longue ascension et ça a cassé à ce moment-là. Nous étions onze et dans le « raidard » de Sirtori et Giovanni Visconti (Neri-Sottoli) a attaqué. Nous étions cinq en haut mais il a laissé une petite cassure derrière Alexey Lutsenko qui est parti avec Aleksandr Riabushenko (UAE Emirates). Ensuite, dans le groupe où j’étais, l’entente était très mauvaise car Masnada (Androni-Sidermec) ne passait pas un relais et c’est vraiment dommage. J’ai roulé avec Giovanni Visconti  pour revenir sur le duo de tête car je fais des courses pour gagner, pas pour assurer une place de sixième ou dixième. C’est vraiment dommage de laisser passer une occasion comme celle-ci. Je tiens à remercier mes collègues pour le super travail ! »


Sébastien Hinault : « C’était vraiment une course de haut niveau et Warren sait qu’il peut faire mieux. Tout s’est joué comme prévu dans le dernier tour de circuit. C’est monté très vite dans les deux dernières côtes. Le groupe de onze coureurs a fait le break dans l’ascension de Colle Brianza tandis que Lutsenko et Riabushenko se sont isolés au sommet de Sirtori en prenant rapidement une avance de vingt secondes. Nous étions loin de l’arrivée mais derrière ça s’est regardé et ça n’a jamais roulé à bloc. Même scénario quand Cherkasov (Gazprom-RusVelo) a attaqué à dix kilomètres de l’arrivée pour aller chercher la troisième place. Warren finit sixième et regrette que ça ne se soit pas entendu. Masnada (Androni-Sidermec) n’a jamais roulé et Ciccone (Trek-Segafredo) a attendu vingt kilomètres pour le faire. Avant que la sélection se fasse, Brice Feillu avait roulé pour durcir la course et d’ailleurs il prendra dans la Coppa Bernocchi la place de Maxime Bouet contraint à l’abandon rapidement. Romain Le Roux est resté très longtemps auprès de son leader tandis que notre stagiaire Aurélien Doleatto n’était pas mal du tout. »