Kévin Ledanois : « Un circuit sur le papier favorable aux routiers »

Tronquée par la situation sanitaire en France, la saison de cyclo-cross sera tout de même agrémentée de « la course de l’année », à savoir :  le Championnat de France, lequel se déroulera, demain, dans l’un des «temples » de la discipline :  à Pontchâteau, sur les terres de Jean-Yves Plaisance. Événement qui toutefois se courra à huis-clos.

Sébastien Hinault

” Peu de repères”

« Ce sera l’inconnue, forcément, Clément Russo et Kévin Ledanois disposeront de peu de repères. Nous possédons néanmoins une culture cyclo-cross au sein de l’équipe Arkéa-Samsic, avec des coureurs tels que Clément et Kévin qui apprécient la discipline. Le Championnat de France compte pour nous. Il s’agit de la première course cycliste de l’année, raison pour laquelle nous serons présents, dimanche, sur le circuit de Coët Roz. Nous allons essayer de viser le podium, même si nous savons que ce sera compliqué par rapport aux coureurs qui ont eu la possibilité de courir des courses en Belgique en guise de préparation. Le parcours de Pont-Château favorise souvent les routiers. Il est physique, cela peut-être un atout supplémentaire en faveur de Clément et de Kévin »

Clément Russo

« Cela reste une course d’un jour »

« Le cyclo-cross reste ma discipline de cœur même si j’ai effectué peu d’entraînements spécifiques cette année. Je souhaitais néanmoins être au départ du Championnat de France afin de représenter les couleurs de l’équipe Arkéa-Samsic, mais aussi par respect envers les organisateurs, lesquels oeuvrent d’arrache-pied afin de nous proposer une compétition, malgré la situation sanitaire que l’on connaît. Je pense être dans une bonne condition physique. Je n’ai pas un objectif précis, car je dispose de peu de repères cette saison. Un championnat de France reste toutefois une course d’un jour avec tout ce que cela peut comporter. Des surprises ne sont jamais à exclure surtout cette année avec très peu d’épreuves programmées au cours de l’hiver en France, mis à part pour les coureurs qui ont effectué une partie du calendrier hors de nos frontières ».

Kévin Ledanois

« Par reconnaissance envers Jean-Yves Plaisance »

« Ce championnat de France de cyclo-cross 2021 sera forcément particulier, avec des inconnues pour moi comme pour la plupart des coureurs. Je ne nourris pas d’ambitions particulières cette saison, dans la mesure, où Pontchâteau sera mon seul et unique cyclo-cross de l’année. Je dispute ce Championnat de France parce qu’il est proche de mon domicile, mais également par reconnaissance envers les organisateurs, et notamment Jean-Yves Plaisance qui s’est battu pour sa course, et le cyclo-cross, une fois encore. Mon objectif principal sera de prendre du plaisir demain. J’apprécie le parcours de Coët Roz, car il est sur le papier favorable aux routiers. On verra bien de toute manière le moment venu ».

Arkéa-Samsic

Diego Rosa : « L’Ultimate CF SLX , un vélo pour grimpeurs»

Diego Rosa évoque son utilisation de l’Ultimate CF SLX Canyon, ainsi que les raisons qui l’ont poussées à utiliser le plus fréquemment ce modèle cette saison.

« L’Ultimate Canyon CF SLX est un modèle qui présente comme caractéristique principale d’être confortable, ce qui est primordial quand est coureur cycliste professionnel et que nous devons passer de nombreuses heures à nous entraîner et à courir.

J’ai découvert ce modèle de vélo Canyon, à l’automne 2019, lors du premier stage hivernal organisé par l’équipe Arkéa-Samsic dans les environs de Rennes. Les mécaniciens l’avaient réglé suivant mes cotes. Dès que j’ai essayé cet Ultimate CF SLX, je me suis senti de suite très bien dessus. Je leur ai dit, alors : « Vous ne changez plus rien, j’ai trouvé mon vélo pour la saison 2020!»

L’autre force de cet Ultimate CF SLX, c’est son rendu pour les coureurs légers qui utilisent fréquemment la technique dite du pédalage « en danseuse ». Ce vélo offre beaucoup de répondant face à ces coups de pédales nerveux, tout en restant rigide par rapport aux changements de rythmes imposés par le coureur. L’Ultimate CF SLX est le vélo idéal pour les grimpeurs, en descente sa tenue de route demeure parfaite. Je suis un coureur qui ne change pas beaucoup de vélos ou de matériel en règle générale durant la saison, une fois que tout est réglé à mes mesures, je ne modifie plus rien. Et j’effectue toute l’année ainsi ».

Arkéa-Samsic 

Anthony Delaplace : « Nous avons travaillé pour Nairo »

La première étape du Tour de l’Ain s’est soldée par un sprint à Ceyzieriat, Nairo Quintana se classe 23e de cette étape

 

Anthony Delaplace

« Placer Nairo au pied de la dernière bosse »

« Notre mission était de protéger Nairo sur les 140 kilomètres de cette première étape du Tour de l’Ain qui s’achevait par une petite bosse empruntant des chemins étroits pour y parvenir, il fallait que nous le placions bien au pied afin qu’il ne prenne pas de cassure. C’est le travail qu’il nous avait demandé afin qu’il soit au contact des meilleurs dans le final. La lutte a été âpre car nombre d’équipes voulaient faire de même avec leurs leaders mais nous sommes parvenus à nos fins. Nairo prend la 23e place de cette première étape marquée par une grosse chaleur »

 

 

Yvon Ledanois, Directeur-Sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« Les gars ont super bien travaillés »

« La première étape de cette édition 2020 du Tour de l’Ain  était pour sprinteur a priori, mais compte tenu du final difficile, on se doutait pour notre part que ce ne serait pas cette catégorie de coureurs qui se mettrait en avant, forcément. L’objectif était de placer Nairo à 4 km de l’arrivée afin qu’il termine au sein du premier peloton. Le plan a été respecté à la lettre par mes coureurs, et je les en félicite. Nous débutons la montagne demain avec une étape piégeuse, et plus difficile qu’elle peut y paraître comme cela de prime abord. Nous allons voir les forces en présence, même si aujourd’hui nous avons déjà vu en action deux grosse formations, avec Lotto-Jumbo et Ineos »

 

Arkéa-Samsic

Nairo Quintana «Me alegro de haber retomado»

Photos Elen Rius-Arkéa Samsic

«Qué alegría de haber reanudado la competición. He podido hacer esfuerzos en carrera, en una prueba difícil con dos subidas del Mont Ventoux y un fuerte calor. He luchado, mi equipo también. Quiero agradecer los esfuerzos de mis compañeros de equipo en mi favor. Tampoco hay que olvidar que nos quedamos casi cinco meses sin correr y que, por mi parte, me quedé diez días sin entrenar me tras mi accidente de tráfico, en Colombia al principios de julio. Todavía me falta ritmo, pero esto vendrá en las próximas semanas y en la secuencia de las próximas carreras. Estoy muy contento de haber encontrado lo que más me gusta: la competición»

 

 

Arkéa-Samsic

Arnaud Gérard : « Une expérience enrichissante »

Franck Bonnamour est ce soir 11e du classement général du Tour de Savoie Mont-Blanc

 

« Franck Bonnamour est ce soir 11e du classement général provisoire de ce Tour de Savoie Mont-Blanc dessiné totalement pour les grimpeurs. L’équipe Arkéa-Samsic effectue du très bon travail en faveur de Franck qui est plus reste tout de même plus puncheur qu’un grimpeur, mais qui néanmoins fait bonne figure. Romain Hardy ce matin a été offensif en se plaçant. On va de l’avant, l’ensemble de l’équipe est combative et cette expérience  servira  de toute manière à nos coureurs en vue de leurs prochaines échéances »

 

Arkéa-Samsic

Nairo Quintana: ” Dos carreras muy importantes “

Photos Elen Rius- Arkéa Samsic

Me siento bien antes de las primeras carreras de inicio de temporada, el Ventoux, el Tour de l’Ain, es una incognita  por no haber corrido desde Paris-Nizza, esperamos poder tener una buena forma par disputar estes carreras que son importantes para nosostros y el équipo Arkéa-Samsic. El Puerto del Gran Colombier en el Tour de l’Ain es un puerto muy dificil y duro – como el puerto de la Loze en el proximo Tour de France, pero si tenemos una buena condicion, espero aprovechar y disfrutar de estos dias que vienen

 

Arkéa-Samsic

 

Nairo Quintana : « Ventoux et Tour de l’Ain, deux courses importantes »

Photos Elen Rius- Arkéa Samsic

Nairo Quintana effectuera sa rentrée demain sur les routes du Mont Ventoux, et enchaînera dans la foulée avec le Tour de l’Ain.

 

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

Nairo Quintana, son frère Dayer et Winner donneront leurs tout premiers coups de pédale sur les pentes du Mont Ventoux, à l’occasion du Dénivelé Challenge, épreuve qui porte bien son nom puisque ce col surnommé le “Mont Chauve” sera escaladé à deux reprises à l’occasion de cette compétition. La concurrence sera forte, à l’identique sur le Tour de l’Ain avec des grosses formations qui seront sans doute dans leurs compositions Tour de France. Notre leader a été renversé par une voiture voici quelques semaines à l’entraînement, et nous attendrons de voir sur le terrain comment il est. Une chose est certaine ces deux épreuves seront deux belles répétitions avant le Critérium du Dauphiné et le Tour de France“.

Nairo Quintana

« J’espère avoir une bonne condition »

« Je me sens bien à l’approche demain du Challenge Dénivelé Mont Ventoux, et du Tour de l’Ain que je vais disputer dans la foulée. Ce seront mes deux courses de reprises depuis l’arrêt de la saison au soir de l’étape de la Colmiane sur Paris-Nice. J’espère avoir une bonne condition sur ces deux épreuves qui sont importantes pour l’équipe Arkéa-Samsic , et également pour moi. J’ai reconnu voici quelques jours quelques étapes du Tour dans les Alpes, dont le col inédit de la Loze. Il s’agit d’une montée qui est très très dure. C’est exactement la même chose pour celui du Grand Colombier que nous escaladerons à l’occasion du prochain Tour de l’Ain. J’espère vraiment être dans une bonne condition afin de pouvoir profiter de ces pentes raides, tout en prenant du plaisir à l’occasion de ces prochains jours qui vont se présenter à nous entre le Dénivelé Challenge Mont Ventoux et le Tour de l’Ain »

 

Yvon Ledanois, Directeur-Sportif Arkéa-Samsic

« Une grosse adversité”

« Nairo va reprendre sa saison sur deux épreuves difficiles, je serai même amené à dire très difficiles. Nous ne savons pas encore où il en est après plusieurs semaines sans courir, et l’accident de circulation qu’il a subi en Colombie voici quelques semaines. Nous avons reconnu certaines étapes du Tour de France cette semaine dans les Alpes, et la fatigue s’est installée aussi. Nous venons sur le Mont Ventoux et le Tour de l’Ain avec des ambitions, mais nous savons aussi que la concurrence est animée des mêmes intentions que nous. Nous verrons donc au cours de ces deux épreuves comment réagissent Nairo et ses coéquipiers, avec en prime la canicule qui s’est installée voici quelques jours sur la France. Il est en tout cas certain que le Tour de l’Ain avec l’ascension du Grand Colombier sera une belle reconnaissance en course de la prochaine étape du Tour de France en ces lieux ».

Notre équipe pour le Mont Ventoux dénivelé Challenge

 

Nairo Quintana, Dayer Quintana, Winner Anacona (Colombie), Diego Rosa (Italie), Lukasz Owsian (Pologne), Thibault Guernalec, Alan Riou

 

Arkéa-Samsic

 

Roger Tréhin : « Toute l’équipe marche bien »

AA Cap’Découverte, Warren Barguil se classe 9e de la 2e étape de la Route d’Occitanie au milieu des sprinters. Connor Swift dans le final a tenté sa chance en échappée au sein d’un groupe.

Roger Tréhin : « Warren signe une belle 9e place à Cap’Découverte. Nous avons pu également noter un beau comportement offensif de la part de Connor qui est sorti avec un groupe dans la côte de Monestiès, comme nous l’avions évoqué ce matin lors du briefing. Il sort en compagnie de Calmejane et Reichenbach. C’était une option que nous avions envisagée, l’autre était Bram au sprint. Il était d’ailleurs bien placé à 300 mètres, mais notre sprinter a manqué de force, ce qui est notamment le contre coup de sa chute d’hier. Warren a démontré qu’il était bien en se joignant à l’emballage final, maintenant demain sera un autre jour avec l’étape reine de cette Route d’Occitanie. Il ne faut pas s’emballer, le plateau est riche ici. Warren en forme, et je suis persuadé que dans les jours qui viennent il va réaliser de grandes choses. Je suis par ailleurs très satisfait du groupe de coureurs présents au sein de l’équipe Arkéa-Samsic sur cette Route d’Occitanie. Ils se parlent beaucoup, c’est quelque chose d’important et cela se ressent sur leur attitude en course »

Connor Swift : « Roger Tréhin, notre directeur-sportif, nous avait demandé de suivre les attaques qui pouvaient être initiées dans la dernière bosse, à Monestiès. Cette mission incombait soit à Warren, soit Maxime, soit Kévin, soit à moi. J’y suis allé lorsque le coup est parti. J’étais en tête du peloton, et j’ai donc suivi l’attaque. Les dix derniers kilomètres étaient néanmoins trop durs pour trois coureurs face au peloton. Nous avons réussi à reprendre l’échappée, mais pas un homme seul qui était ressorti devant. Cela reste malgré tout une bonne journée, et j’ai pu constater que j’avais de bonnes jambes. Nous avions deux cartes à jouer dans cette étape : attaquer si possible dans la dernière bosse, et Bram en cas d’arrivée au sprint. J’ai tenté ma chance, comme demandé. Il est toujours bon d’essayer de saisir les opportunités qui se présentent. Il est toujours important de saisir ce genre d’occasions dans le final des courses, car parfois, les échappées sont victorieuses. Il faut toujours essayer ».

Alan Riou : « J’étais bien placé aux 600 mètres, et d’ailleurs j’ai pu remonter Bram jusqu’aux deux kilomètres. Maxime et Warren étaient avec moi, nous étions presque roues dans roues. La Sky était à droite de nous, et Bernal allait de gauche à droite. D’un coup cela s’est ouvert devant lui, j’ai pu y aller. J’ai accéléré afin de le suivre et placer Bram du mieux possible. Une fois mon travail effectué, j’ai laissé filer. J’ai vu ces dernières semaines lors des stages organisés par l’équipe Arkéa-Samsic que j’avais progressé, que la forme était là. J’avais bien progressé en début de saison déjà avant la pandémie, mais ces dernières semaines aussi. J’étais pressé de recommencer à courir. J’attends maintenant de voir dans les cols, demain, si j’ai également passé un petit cap ».

 

Strade Bianche Diego Rosa : « La première classique ! »

Diego Rosa évoque les Strade Bianche, une classique à nulle autre pareille laquelle ouvre généralement la saison sur route, ce qui sera également le cas pour cette reprise 2020 des compétitions.

 

 

 

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

« Diego est un coureur polyvalent capable de se muer en coéquipier lorsque la stratégie de course le réclame, mais aussi de jouer sa carte personnelle sur certaines compétitions. Je sais que les Strade Bianche est une épreuve qui lui tient à cœur, car cette épreuve est belle, forte en émotions qu’elle transporte et difficile quant à son tracé. Diego a déjà accompli de belles prouesses sur cette épreuve de chemins empierrés avec de belles places d’honneur à l’arrivée. Son expérience du World-Tour lui sera primordiale sur cette édition 2020 des Strade Bianche, première classique de la saison, au mois d’août, en raison de la redistribution du calendrier des courses professionnelles. Je pense aussi que Clément Russo, Romain Hardy ou Anthony Delaplace peuvent s’illsutrer sur cette épreuve, tout comme notre classicman Belge, Benjamin Declercq ».  

 

 

Arkéa-Samsic : Pouvez-vous nous parler des Strade Bianche, Diego ?

Diego Rosa: “ J’ai disputé plusieurs fois cette classique du calendrier Italien qui plait à nombre de champions, car c’est la première classique de l’année au printemps. Ce sera de nouveau le cas cette saison… mais au mois d’août… compte tenu de la situation sanitaire que le monde entier a traversé ».

 

Arkéa-Samsic : C’est une classique qui possède un charme à nul autre pareil avec ces chemins empierrés que vous empruntez ?

Diego Rosa : « Cela me rappelle un peu le VTT que j’ai pratiqué durant ma jeunesse. Cette course est un peu un jeu pour moi compte tenu justement du fait de cette spécificité. J’y participe toutes les années avec un grand sourire sur mon visage ».

 

Arkéa-Samsic : Cette épreuve demande donc de belles qualités de pilotage, pour vous, Diego ?

Diego Rosa : « Il faut avoir un peu de légèreté, être fluide dans son pilotage. Les Strade Bianche sont une classique qui réclame de l’expérience. Il faut aller chercher la bonne trajectoire, celle qui est  la moins cassante possible pour le coureur comme sa machine ».

 

Arkéa-Samsic : Le final en prime est très difficile ?

Diego Rosa : « Oui ! Quand nous finissons cette épreuve nous sommes vraiment extenués. Cette classique est agrémentée de petits cols, vraiment durs, les Strade Bianche, quand vous avez fini cette épreuve vous avez la sensation d’avoir disputé une classique de 250 kilomètres au moins. L’arrivée à Sienne est magnifique, nous arrivons sur la place. C’est sublime, le dernier kilomètre dans les petites routes historiques de Sienne c’est magnifique, également. »

 

 

Sébastien, Hinault, directeur-sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« J’ai disputé une fois au cours de ma carrière les Strade Bianche, c’est dur, ce sont des chemins blancs non goudronnés que les coureurs empruntent, blancs d’où le nom donné à la course, avec de la poussière souvent. C’est une épreuve qui réclame de la force car le final est dur, mais aussi une certaine finesse de pilotage du vélo sur les chemins empierrés, justement. C’est une épreuve à nulle autre pareille, avec un final très dur dans la ville de Sienne. C’est une course qui sacre généralement un grand coureur, il suffit de regarder le palmarès pour s’en convaincre ; Cette épreuve réclame aussi une préparation spéciale en termes de logistique, et je remercie déjà par avance le staff pour l’organisation qu’il va mettre en place afin d’être au soutien des coureurs en cas de besoin, au bord de la route. Le matériel utilisé sera aussi différent des autres courses, on se rapprochera plus du matériel genre « Paris-Roubaix »… »

 

 

Arkéa-Samsic

 

Notre équipe

Florian Vachon, Anthony Delaplace, Clément Russo, Diego Rosa (Italie), Romain Hardy, Franck Bonnamour, Benjamin Declercq

Directeurs-sportifs: Sébastien Hinault et Yvon Caër

Warren Barguil : « J’ai hâte de reprendre »

Route d’Occitanie

Champion de France en titre, Warren Barguil effectuera sa rentrée en compétition à l’occasion de la Route d’Occitanie. Interview

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic :

« Warren Barguil va enfin pouvoir recommencer à porter son maillot de Champion de France en 2020 en course, lui qui est en a très peu profité malheureusement cette année. Et j’en suis forcément attristé pour lui, tellement il aurait mérité de pouvoir savourer davantage de moments avec cette belle tenue. La Route d’Occitanie va pouvoir le replacer dans ce rôle de porte-drapeau du cyclisme français, il ne faut pas l’oublier. J’espère pour lui que dans le laps de temps qu’il aura de l’Occitanie à Grand-Champ, les occasions pour lui de s’illustrer seront multiples afin de  faire briller cette magnifique bleu-blanc-rouge qu’il porte si bien »

 

Interview

Arkéa-Samsic : Avez-vous déjà disputé la Route d’Occitanie, Warren ?

Warren Barguil : Non, ce sera la première fois. J’ai hâte de disputer cette belle épreuve du calendrier français. Je ne cours pas beaucoup dans cette région, mais une chose est certaine, j’apprécie fortement ce territoire. Je pense que les organisateurs doivent être heureux car ils bénéficient de surcroît d’un très beau plateau au départ de leur compétition »

 

Arkéa-Samsic : Une étape passe par le Port de Bales, Loudenvielle… ?

Warren Barguil :Ce sera en effet une belle étape type “Tour de France », avec le Port de Bales, Peyresourde et Loudenvielle. Ce sera l’étape reine de cette Route d’Occitanie 2020, les organisateurs, une fois encore ont dessiné une très belle étape. Bravo à eux.  Ce seront des lieux que nous résisterons au mois de septembre».

 Arkéa-Samsic : On imagine bien votre impatience à reprendre la compétition ?

Warren Barguil : « Je suis très impatient afin de savoir où j’en suis, et s’il me reste encore de petites choses à peaufiner en vue du Tour de France. Je vais aussi enchaîner pas mal de courses telles que Milan-San-Remo, le Critérium du Dauphiné, les Championnats de France, puis le Tour. Je sais aussi qu’entre chacune d’elle il faudra bien récupérer. J’espère réaliser un bon classement général sur ce Tour d’Occitanie, être en capacité de tirer mon épingle du jeu ».

 

Roger Tréhin, directeur-sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« La Route d’Occitanie constituera notre reprise en compétition, il y aura un objectif pour Warren Barguil, notamment au classement général, et des opportunités à saisir. Nous pourrons aussi nous appuyer sur des coureurs tels que Connor Swift, Maxime Bouet. Cette épreuve est constituée d’étapes vallonnées et d’une plus particulièrement de montagne.

Nous allons sur cette Route d’Occitanie dans le but de jauger l’état de forme de chacun. Il y aura une grosse concurrence, un gros plateau de coureurs engagés. Une étape empruntera pour partie celle du Tour, quelques semaines plus tard, il est donc important que Warren reconnaisse cette étape in situ quasiment, et notamment son arrivée qui sera tactique. On connait le profil général de cette étape, mais il est important de prendre nos marques par rapport à l’arrivée qui sera quelque peu atypique »

 

Notre équipe

Warren Barguil, Maxime Bouet, Kévin Ledanois, Thibault Guernalec, Alan Riou, Bram Welten (Pays-Bas), Connor Swift (Grande-Bretagne)

Directeur-sportif: Roger Tréhin

 

Arkéa-Samsic

Donavan Grondin : « Ca va faire du bien de remettre un dossard »

Donavan Grondin a été sélectionné en équipe de France pour disputer du 30 juillet au 1er août une épreuve sur piste à Fiorenzuola, en Italie.

 

Donavan Grondin est toujours dans la perspective des Jeux Olympiques de Tokyo désormais repoussés d’une saison, qu’il souhaite disputer avec l’équipe de France, en Américaine. « Je suis actuellement en stage d’altitude avec l’équipe de France piste endurance dans le cadre de l’approche des Jeux Olympiques. Nous montons des cols, on travaille en altitude avant la reprise des compétitions. »

Sur piste, Donavan revêtira le maillot de l’équipe de France à l’occasion d’une compétition organisée en Italie, à Fiorenzuola, sur un vélodrome en ciment. « Ce sera mes premiers tours de piste, depuis les Championnats du Monde de Berlin, explique notre pré-sélectionné Olympique. J’ai hâte de remettre un dossard et de donner mes premiers tours de roues en course. Je dois normalement disputer là-bas le scratch, la course aux points et l’omnium »

 

 

Arkéa-Samsic

Nacer Bouhanni : « J’aime aller au bout des choses » 

Notre sprinter, Nacer Bouhanni, lauréat de deux courses cette saison, sur les routes du Saudi-Tour et de la Provence, s’est prêté au jeu des questions-réponses. Interview

 

 

Votre principal trait de caractère ?

« J’aime aller au bout des choses, je n’ai jamais apprécié l’a peu-près »

 

Qu’est-ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

« Leur sincérité »

 Votre principal défaut ?

« Je suis trop perfectionniste, et parfois cela peut se revéler être un défaut »

 Votre occupation préférée ?

« En ce moment, c’est jouer à la pétanque, avec les voisins »

 

 Quel est votre rêve de bonheur ?

« Vivre en toute tranquilité, aimer ce que je fais. Je vis de ma passion, le cyclisme, c’est une chance, et une forme de rêve de bonheur déjà accompli pour moi »

 Ce que vous voudriez être ?

« Coureur cycliste, depuis longtemps. J’ai débuté le cyclisme à l’âge de six ans. J’ai commencé à espérer devenir professionnel dès les rangs minimes-cadets, époque à laquelle on commence à s’intéresser à l’univers des professionnels »

 Votre couleur préférée ?

« Le noir »

 Votre moment favori de la journée ?

« Le petit-déjeuner »

 Votre animal préféré ?

« Le Malinois, et le Lion »

 Votre héros ou héroïne qui vous inspire ?

« Mon papa »

 Ce que vous détestez le plus ?

« L’hypocrisie »

 Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

« Savoir lire dans les pensées, j’arrive déjà dans les yeux. Je vois quand les gens sont sincères ou non, car un regard cela ne trompe pas ».

 Quels types d’erreurs vous inspirent de l’indulgence ?

« L’erreur quand la personne a donné 100% d’elle-même, qu’elle voulait bien faire, mais qu’au final il y a une erreur. Quand il y a envie de bien faire, on ne peut rien reprocher à la personne en face, que ce soit dans la vie professionnelle ou celle de tous les jours »

 Qu’est-ce qu’a modifié pour vous les semaines que nous venons de vivre ?

« Nous ne devons pas nous plaindre, car d’autres sont plus dans la difficulté que nous, certes la période a été délicate pour tout le monde, mais je me considère comme privilégié, dans ma maison, alors que d’autres personnes étaient enfermés dans des appartements de vingt mètres carrés avec des enfants. Nous ne pouvons pas nous plaindre. »

 Quel type de musique écoutez-vous, et que regardez-vous comme films ?

« J’apprécie beaucoup la variété française, je peux écouter de tout. Je regarde de tout aussi des films d’action, mais ma préférence va aux films comiques »

 Votre devise ?

« Celle qui est inscrite sur mon maillot : ne pas se laisser dominer par son imagination ! C’est l’imagination qui fait beaucoup sur le corps, c’est le mental, le cerveau qui décident de beaucoup de choses »

 Arkéa-Samsic

 

Emmanuel Hubert : « Nous irons à Grand-Champ avec des ambitions »

La LNC et la FFC ont reçu l’autorisation de la préfecture pour la tenue des Championnats de France sur route 2020, à Grand-Champ (21 au 23 août), ainsi que pour le Grand-Plouay et les Championnats d’Europe, compétitions qui auront toutes lieu dans le Morbihan au mois d’août prochain.

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

« Je me suis toujours positionné en faveur de l’organisation d’un championnat de France en 2020. L’esprit fair-play anime notre équipe, et nous viendrons disputer l’édition 2020 à Grand-Champ avec forcément des ambitions. Je pense aussi, évidemment à Warren Barguil, qui porte ce maillot depuis sa victoire le 30 juin 2019 à la Haie-Fouassiere. Warren aura forcément connu un bail très court avec le maillot de champion de France, surtout en cette première partie de saison 2020 avec la situation sanitaire que nous avons connue. »

 

 

Warren Barguil, Champion de France sur route 2020

« Je l’ai toujours dit que : le maillot de Champion de France devait être porté, les couleurs de notre pays méritent d’être vues en course. Je vis dans le Morbihan et je suis heureux que la course soit organisée à Grand-Champ. Je connais ce territoire qui est une terre de cyclisme, et a déjà accueilli dans un passé récent un grand nombre d’événements majeurs de notre sport. Une chose est acquise, nous mettrons tout en œuvre le 23 août prochain avec l’équipe Arkea-Samsic pour que le maillot de Champion de France reste au sein de l’équipe Arkea-Samsic, pour ma part, je serai motivé au départ des Championnats de France 2020 à Grand-Champ comme je le suis chaque année au départ de cette course si particulière  »



Arkea-Samsic

Thibault Guernalec 1er à Plouhinec

La 1ère course FFC officielle post-confinement s’est tenue ce jour à Plouhinec,  un contre-la-montre individuel, a été remporté par notre spécialiste, Thibault Guernalec, sous les encouragements de Monsieur Jean-Pierre Denis, Président du Crédit Mutuel Arkéa.

 

 

Thibault Guernalec

« C’est agréable d’avoir remporté la première course officielle FFC organisée en France, ici à Plouhinec.  Il y a quelques semaines j’avais terminé 1er du premier entraînement dirigé mis sur pied après le confinement.

Aujourd’hui le parcours proposé était moins vallonné, mais la distance bien plus longue. Je reviens d’un stage dans les Pyrénées avec l’équipe Arkéa-Samsic, et j’ai bien récupéré de celui-ci. Il faut dire que nous avons bien travaillé en intensité, monté des cols toute la semaine, ce qui m’avait donné certains repères. Une montée de cols c’est en effet au moins trente minutes d’effort, comme ce fut le cas aujourd’hui à Plouhinec sur ce contre-la-montre individuel. J’ai été régulier dans mon effort sur ce chrono sur les trois tours proposés par les organisateurs, que je tiens également à saluer. Je me suis vraiment attaché à garder un bon rythme sur toute la durée de l’épreuve, et ce n’est que sur la fin de celle-ci que j’ai commencé à accélérer. C’est bien de pouvoir se tester ainsi. Pour moi, c’est la 2e fois en quelques semaines, et c’est une bonne chose en prévision des Championnats de France. J’ai aussi pu échanger avant la course avec Jean-Pierre Denis, Président du Crédit Mutuel Arkéa, qui était présent à Plouhinec. Cela a été un très bon moment de partage. Nous avons parlé cyclisme, et puis il a suivi ma course en compagnie de Yvon Caër, ce qui lui a permis d’être au cœur de l’action aux côtés de l’un de nos directeurs-sportifs ».

 

 

Yvon Caër, directeur-sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« J’ai vraiment senti aujourd’hui que Thibault a passé un cran, et qu’il avait bien récupéré du stage qu’il a effectué avec une partie de l’équipe Arkéa-Samsic à Ayzac-Ost sur lequel il a fait un gros volume, et bien travaillé en intensité, et néanmoins sur ce chrono il a eu de l’influx. Thibault a en effet été régulier dans son effort, et c’est très bien en vue des prochaines échéances, notamment les Championnats de France contre-la-montre. Thibault en l’espace de trois semaines a franchi un cap, et c’est le fruit de tout le travail effectué à l’entraînement. Il a pu reprendre en plus entre Argol et Plouhinec des repères en contre-la-montre qui pourraient lui être bénéfiques à l’occasion des prochains Championnats de France de la discipline, car par deux fois déjà au cours de ces derniers semaines son corps a été rompu à ce type d’efforts si spécifiques.

Il a eu en plus un supporter de choix sur cette épreuve en la personne de Monsieur Jean-Pierre Denis, Président du Crédit Mutuel Arkéa qui a suivi sa course, mais aussi a longuement échangé avec lui, avant celle-ci ».

 

Arkéa-Samsic

 

Nairo Quintana a été serré par une voiture qui l’a fait chuter

Dans la matinée de ce vendredi 3 juillet , lors de son entraînement quotidien sur la route de Tunja a Motavita au km 7,8 près de l’Alto del Solte, Nairo Quintana a été victime d’un accident. Les circonstances furent les suivantes : le véhicule qui suivait les deux cyclistes d’Arkéa Samsic était 20 m derrière Dayer y Nairo . Un véhicule est arrivé derrière le groupe et a doublé la voiture accompagnant les coureurs, puis ce véhicule s’est serré près des coureurs en faisant chuter Nairo qui s’est blessé au genou et au coude droits. Le véhicule a tenté de s’échapper mais la voiture qui suivait les coureurs l’a poursuivie et le véhicule fautif s’est finalement arrêté. Peu de temps après la Police Nationale est arrivée  sur les lieux pour accompagner Nairo et son équipe.
Nairo Quintana veut profiter de ce lamentable événement pour faire réfléchir tous les acteurs de la route . La route appartient à tous et le respect de la vie de tous doit être la priorité. Aujourd’hui ce fut un accident sans de trop grandes conséquences , mais demain il peut y avoir des conséquences beaucoup plus graves.
Dans les prochaines heures , Nairo sera examiné par son médecin personnel pour écarter d’ éventuelles lésions sérieuses. Nous remercions toutes les personnes qui se préoccupent de la santé de Nairo et nous communiquerons les résultats de l’évaluation médicale dès que possible.

 

En la mañana de este viernes 3 de julio, cumpliendo con su entrenamiento diario y en la vía que comunica a Tunja con Motavita, kilómetro 7,8 rumbo al Alto del Sote, Nairo Quintana se vio comprometido en un accidente. Las circunstancias del el hecho fueron las siguientes: el vehículo acompañante de los dos ciclistas del Arkea Samsic viajaba a 20 metros de Dayer Quintana y Nairo Quintana. Un vehículo apareció en la vía, en el mismo sentido que viajaba el grupo y sobrepasó el carro acompañante, luego de esta maniobra se cerró sobre el carril en el que rodaban los ciclistas golpeando a Nairo quien cayó al suelo y se golpeó la rodilla izquierda y el codo izquierdo. El vehículo implicado en el accidente intentó escapar de la escena pero el carro acompañante emprendió la persecución, al ver esto, el otro vehículo se detuvo voluntariamente. A los pocos minutos del hecho la Policía Nacional y agentes de Tránsito hicieron presencia en el lugar para acompañar a Nairo y a su equipo.
Nairo Quintana quiere aprovechar este lamentable suceso para que todos los actores de la vía reflexionemos de lo que sucede en ella. La vía es para todos y el respeto por la vida de todas las personas debe primar en la carretera. Hoy fue él en un accidente sin mayores consecuencias, mañana puede ser cualquiera con consecuencias lamentables.
En las próximas horas Nairo será evaluado por su médico personal para descartar lesiones serias. Agradecemos a todos por la preocupación y comunicaremos los resultados de la evaluación médica.

Connor Swift a prolongé de deux saisons son contrat au sein de notre formation

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkea-Samsic
« Connor Swift est un jeune coureur dont la marge de progression est constante. Nous l’avons recruté en cours de saison 2019, après avoir noté ses belles aptitudes physiques. Il était alors Champion de Grande Bretagne sur route. Cette année, il a donné une nouvelle dimension à son talent en protégeant et replaçant son leader Nairo Quintana, entre autres. sur les étapes de plaines et de bordures de Paris-Nice, mais aussi les arrivées au sprint en faisant partie du train de Nacer Bouhanni, ce qui prouve toute l’étendue du talent de ce jeune coureur que nous avons prolongé de deux saisons »

Connor Swift
« Je suis heureux d’avoir résigné au sein de l’équipe Arkea-Samsic qui est une grande formation au sein de laquelle je peux m’épanouir et vraiment progresser sur le plan sportif.
Je peux travailler pour mes coéquipiers et mes leaders sprints et montagne lorsque cela est nécessaire, mais j’ai également la possibilité de jouer ma carte lorsque les opportunités de victoires se présenteront à moi. Ces deux années me permettront aussi de parfaire ma connaissance de la langue française. C’est toujours important de pouvoir parler de nouvelles langues. Enfin, l’équipe Arkea-Samsic nourrit de hautes ambitions pour le futur et je suis ravi de faire partie de ce beau projet ».

 

Arkéa-Samsic

Florian Vachon : « J’aime les œuvres de Banksy »

Vainqueur du Grand Prix de Lillers en début de saison, Florian Vachon, capitaine de route de notre équipe, a répondu à notre interview. Voici ses réponses

 

Votre principal trait de caractère ?

« Ça commence fort ! Je dirais humaniste »

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

« Leur confiance »

Votre principal défaut ?

« Le manque de confiance »

Votre occupation préférée ?

« Passer du temps avec ma fille »

Votre rêve de bonheur ?

« L’hédonisme pour tous »

Ce que vous voudriez être ?

« Écrivain, ou même journaliste d’investigation et travailler sur des sujets de société d’ordre général »

Votre couleur préférée ?

« Le bleu »

Votre moment favori de la journée ?

« La nuit car tous les chats sont gris »

Votre animal préféré ?

« Je n’ai pas la fibre animale »

Votre héros ou héroïne qui vous inspire ?

« Banksy m’inspire. Je ne suis pas un grand passionné de street-art, mais j’adore le message qu’il fait passer, un peu comme le chanteur Saez dans le domaine de la musique »

Ce que vous détestez le plus ?

« L’injustice »

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

« Avoir la connaissance universelle, le maniement et la connaissance des mots »

Les fautes qui vous inspirent de l’indulgence ?

« Celles qui sont liées à l’éducation que nous avons reçue »

Qu’est-ce qu’a engendré chez vous ce que l’on a vécu ?

« Qu’il était temps que j’arrête, que c’est le bon moment de prendre cette décision »

Qu’est-ce que vous écoutez comme musique ?

« Saez donc, mais aussi l’indémodable Renaud, FAUVE. Je regarde très peu la télévision, cela me procure aucun plaisir. Je lis en revanche principalement des essais, et en ce moment par mal d’ouvrages sur la randonnée »

Ta devise ?

« Tu es le seul maître de ta vie »

 

Arkéa-Samsic

 

Élie Gesbert : “Coureur cycliste professionnel, c’est ce que j’inscrivais sur le questionnaire de début d’année à l’école”


Votre principal trait de caractère ?

« Je suis quelqu’un d’acharné »

Qu’est-ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

« Leur compassion, leur sympathie et puis je pense inconsciemment leur passion pour le cyclisme. Cela passe toujours mieux avec un cercle d’amis qui comprend ce que vous faites »

Votre principal défaut ?

« Je ne suis pas le plus en retard des coureurs de l’équipe Arkéa-Samsic, mais pas en avance non plus. Je suis toujours un peu ric-rac. Je m’en tire bien… »

Votre occupation préférée ?

« La pêche, sous-marine ou à la canne. Je prends des bars, et je les cuisine. Parfois même des homards, une fois d’un kilo cinq, deux kilos. Ce sont de belles bêtes, mais ce ne sont pas forcément les meilleurs »

Votre rêve de bonheur ?

« Ma vie actuelle correspond à mon rêve de bonheur »

Ce que vous voudriez être ?

« Être cycliste professionnel, je l’inscrivais en classe lors des rentrées scolaires. Et mes profs me demandaient, alors « tu as une roue de secours » ! Ils avaient raison, c’est beau de nourrir des rêves, mais derrière il faut aussi assurer, j’ai donc passé un bac pro commerce »

Votre couleur préférée ?

« Le bleu »

Votre moment favori de la journée ?

« En ce moment c’est aller promener mon chien en bord de mer »

Votre animal préféré ?

« Le chien, et les Spitz »

Le héros ou l’héroïne qui vous inspire ?

« Je n’en ai pas, ni même en bande-dessinée, ou dans le domaine surnaturel »

Ce que vous détestez le plus ?

« Allez m’entraîner sous la pluie »

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

« L’apnée illimitée, en plongée ce n’est pas mal »

Qu’est-ce qu’a changé pour vous la période que l’on vient de vivre ?

« Ce que l’on vient de vivre peut diminuer l’économie mondiale, et impacter certains domaines de la société mais aussi le sport professionnel. Le sport n’est certes pas vital, mais nous avons pu aussi remarquer l’importance du sport professionnel au sein de notre société »

Votre play-list et séries que vous regardez à la télévision ?

« J’aime le rock français, le rap mélodieux avec des phrases bien posées, du genre Lomepal, et en séries, je ne peux en extraire une d’une autre car j’en ai regardé pas mal ces derniers temps… »

 

 

Arkéa-Samsic

 

 

 

 

Matis Louvel : « J’ai profité de la période du confinement pour faire une remise à niveau dans mes études »

Interview avec notre néo-pro Normand, Matis Louvel. Voici ses réponses à nos questions

 

Votre principal trait de caractère ?

« Je suis quelqu’un d’assez timide »

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

« Leur simplicité »

Votre principal défaut ?

« La procrastination »

Votre occupation préférée ?

« J’aime bien me promener, marcher »

Votre rêve de bonheur ?

« Je ne sais pas vraiment, je suis heureux de la vie que j’ai »

Ce que vous voudriez être ?

« Ce que je suis actuellement me va très bien, c’est-à-dire coureur cycliste professionnel »

Votre couleur préférée ?

« Le vert »

Votre moment favori de la journée ?

« Le petit-déjeuner »

Votre animal préféré ?

« Le chien, et j’aime plus particulièrement les Huskies »

Un héros ou une héroïne qui vous inspire ?

« Il n’y en a pas vraiment »

Ce que vous détestez par-dessus tout ?

« Le mensonge »

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

« Savoir voler »

Les fautes qui vous inspirent de l’indulgence ?

« Celles qui sont bénignes »

Qu’est-ce vous a permis de faire la période que l’on vient de traverser ?

« J’ai pu bien travailler mes cours, mes études, et cela m’a permis de passer du temps avec ma famille. La période de confinement m’a permis de faire une remise à niveau pour un BTS diététique que je vais débuter à la rentrée de septembre. Je pense que je vais suivre un cursus de trois ans. Les cours se feront par correspondance ».

Quelle est votre play-list musicale et que regardez-vous à la télévision ?

« J’écoute pas mal de rap, et mon artiste est Valde. Je n’ai pas vraiment de série préférée, je regarde un peu de tout, selon la tendance et surtout quand j’ai du temps à perdre ».

 

Arkéa-Samsic

 

 

 

 

Thibault Guernalec : « Tout était symbolique »

Champion de France Espoirs du contre-la-montre en 2019, Thibault Guernalec a remporté cet après-midi celui d’Argol, dans le Finistère, la première épreuve cycliste, sous la forme d’un contre-la-montre,  organisée en France depuis l’arrêt de Paris-Nice, en mars.

 

Une ligne d’arrivée, de départ, un speaker, des concurrents qui partent les uns après les autres sans être toutefois tenus avant de s’élancer, pas de protocole … mais une course cycliste, enfin ! C’est ce point de départ de la reprise de la saison 2020 qu’il faut conserver à l’esprit. Une épreuve cycliste en effet a été organisée en France, dans le Finistère plus exactement, sous la forme d’un contre-la-montre, et Thibault Guernalec est allé chercher la première place. « Ce n’était pas une course comme les autres forcément, mais c’était bien de faire ce type d’effort et de retrouver plusieurs des ingrédients qui font les courses cyclistes, à savoir une ligne de départ, une ligne d’arrivée. Cela change de ce que l’on faisait ces trois derniers mois, et là, le temps d’un après-midi, nous sommes revenus un peu plus à la normale, explique Thibault. Je tiens d’ailleurs une nouvelle fois à remercier les organisateurs d’avoir réussi à mettre sur pied une telle compétition. C’était mon premier effort comme cela depuis longtemps, et cela fut intense. Mais quel bonheur en tout cas de retrouver des sensations dites de course. J’étais heureux de renouer quelque peu avec l’ambiance des épreuves cyclistes, même si forcément et pour les raisons que l’on sait, tout ce qui fait le sel de notre sport, n’était pas encore présent, mais cela va venir. Nous sommes sur la bonne voie. Il était agréable de courir, de remettre un dossard, de retrouver cette ambiance. Tous les participants et participantes qui étaient présent(e)s à Argol, font du vélo pour ce type de confrontation ».

 

 

Arkéa-Samsic

 

Champion de France Espoirs du contre-la-montre en 2019, Thibault Guernalec a remporté cet après-midi celui d’Argol, dans le Finistère, première épreuve cycliste organisée en France depuis l’arrêt de Paris-Nice, en mars.

 

Une ligne d’arrivée, de départ, un speaker, des concurrents qui partent les uns après les autres sans être toutefois tenus avant de s’élancer, pas de protocole … mais une course cycliste, enfin ! C’est ce point de départ de la reprise de la saison 2020 qu’il faut conserver à l’esprit. Une épreuve cycliste a été organisée en France, dans le Finistère plus exactement, sous la forme d’un contre-la-montre, et Thibault Guernalec est allé chercher la première place. « Ce n’était pas une course comme les autres forcément, mais c’était bien de faire ce type d’effort et de retrouver plusieurs des ingrédients qui font les courses cyclistes, à savoir une ligne de départ, une ligne d’arrivée. Cela change de ce que l’on faisait ces trois derniers mois, et là, le temps d’un après-midi, nous sommes revenus un peu à la normale, explique Thibault. Je tiens d’ailleurs une nouvelle fois à remercier les organisateurs d’avoir réussi à mettre sur pied une telle compétition. C’était mon premier effort comme cela depuis longtemps, et cela fut intense. Quel bonheur en tout cas de retrouver des sensations dites de course. J’étais heureux de renouer quelque peu avec l’ambiance des épreuves cyclistes, même si forcément et pour les raisons que l’on sait, tout ce qui fait le sel de notre sport, n’était pas encore présent, mais cela va venir. Nous sommes sur la bonne voie. Il est agréable de courir, remettre un dossard, retrouver cette ambiance. Tous les participants et participantes qui étaient présent(e)s à Argol, font du vélo pour ce type de confrontation ».

 

 

Arkéa-Samsic