Nacer Bouhanni : « J’aime aller au bout des choses » 

Notre sprinter, Nacer Bouhanni, lauréat de deux courses cette saison, sur les routes du Saudi-Tour et de la Provence, s’est prêté au jeu des questions-réponses. Interview

 

 

Votre principal trait de caractère ?

« J’aime aller au bout des choses, je n’ai jamais apprécié l’a peu-près »

 

Qu’est-ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

« Leur sincérité »

 Votre principal défaut ?

« Je suis trop perfectionniste, et parfois cela peut se revéler être un défaut »

 Votre occupation préférée ?

« En ce moment, c’est jouer à la pétanque, avec les voisins »

 

 Quel est votre rêve de bonheur ?

« Vivre en toute tranquilité, aimer ce que je fais. Je vis de ma passion, le cyclisme, c’est une chance, et une forme de rêve de bonheur déjà accompli pour moi »

 Ce que vous voudriez être ?

« Coureur cycliste, depuis longtemps. J’ai débuté le cyclisme à l’âge de six ans. J’ai commencé à espérer devenir professionnel dès les rangs minimes-cadets, époque à laquelle on commence à s’intéresser à l’univers des professionnels »

 Votre couleur préférée ?

« Le noir »

 Votre moment favori de la journée ?

« Le petit-déjeuner »

 Votre animal préféré ?

« Le Malinois, et le Lion »

 Votre héros ou héroïne qui vous inspire ?

« Mon papa »

 Ce que vous détestez le plus ?

« L’hypocrisie »

 Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

« Savoir lire dans les pensées, j’arrive déjà dans les yeux. Je vois quand les gens sont sincères ou non, car un regard cela ne trompe pas ».

 Quels types d’erreurs vous inspirent de l’indulgence ?

« L’erreur quand la personne a donné 100% d’elle-même, qu’elle voulait bien faire, mais qu’au final il y a une erreur. Quand il y a envie de bien faire, on ne peut rien reprocher à la personne en face, que ce soit dans la vie professionnelle ou celle de tous les jours »

 Qu’est-ce qu’a modifié pour vous les semaines que nous venons de vivre ?

« Nous ne devons pas nous plaindre, car d’autres sont plus dans la difficulté que nous, certes la période a été délicate pour tout le monde, mais je me considère comme privilégié, dans ma maison, alors que d’autres personnes étaient enfermés dans des appartements de vingt mètres carrés avec des enfants. Nous ne pouvons pas nous plaindre. »

 Quel type de musique écoutez-vous, et que regardez-vous comme films ?

« J’apprécie beaucoup la variété française, je peux écouter de tout. Je regarde de tout aussi des films d’action, mais ma préférence va aux films comiques »

 Votre devise ?

« Celle qui est inscrite sur mon maillot : ne pas se laisser dominer par son imagination ! C’est l’imagination qui fait beaucoup sur le corps, c’est le mental, le cerveau qui décident de beaucoup de choses »

 Arkéa-Samsic

 

Etape 3 Coblence (Allemagne) à Bruz : CANYON

La troisième étape de notre « Tour des Partenaires » nous amène en Allemagne ! Direction Coblence à la rencontre de Mr. Rodolphe Beyer, Manager France de notre partenaire cycles premium, CANYON. Trois question à M.Rodolphe Beyer !
Pourquoi Canyon est devenu partenaire du Team Arkéa Samsic ?
J’ai été séduit par le projet sportif et le challenge visionnaire construit par Emmanuel Hubert et son équipe. Ensuite, la force du partenariat qui nous lie avec l’équipe Arkea-Samsic puise toute sa dimension dans l’authenticité des rapports humains. A ce titre, je me félicite de l’excellente collaboration et de la complicité que nous avons pu très rapidement construire avec le management, les membres du staff, la direction sportive, les mécaniciens et les coureurs. Avec Emmanuel, nous nous étions retrouvés et entendus sur cette dimension de partenariat – c’était notre ambition commune. Notre volonté commune est d’enrichir ce partenariat à travers une relation étroite, professionnelle, axée sur la performance, et une implication allant au delà d’un simple sponsoring afin de donner à l’équipe toute sa dimension sportive, ainsi qu’en terme d’image et de communication. Je suis ravi que nous ayons pu relever ce challenge ensemble !
Quelle est votre course cycliste préférée ?
Paris-Roubaix ! Une course de guerriers ! Impossible de ne pas tout donner sur une classique comme celle-ci, c’est le vélo que j’aime… J’ai eu la chance de suivre la course plusieurs fois que ce soit sur le bord de la route ou dans une voiture en course et c’est vraiment une expérience unique ! Une ambiance très particulière, mythique. Dans le cyclisme moderne, cette épreuve est presque hors du temps. J’ai moi-même pris part à Paris-Roubaix Challenge (la version cyclo-sportive) à de nombreuses reprises et découvrir sur le vélo chacun des secteurs pavés de cette course mythique permet de mieux comprendre encore, la magie de cette épreuve !
Rodolphe Beyer lors de Paris-Roubaix Challenge.
Quel est votre meilleur souvenir avec le Team Arkéa Samsic ?
Tout ! De notre première rencontre en Corse avec Emmanuel Hubert, en passant par notre premier échange avec Nacer afin lui faire visiter notre usine en Allemagne, au stage de début de saison à Rennes puis à Calpe, sans oublier, bien entendu, le superbe début de saison de l’équipe, TOUT est hyper positif et ce ne sont que des bons moments. Et d’ailleurs je prends le pari que le meilleur est encore à venir !

 NOS COUREURS EN PARLENT 

LE CANYON AEROAD

Nacer Bouhanni : « J’utilise le plus clair du temps en course le modèle Aeroad disc de chez Canyon, marque de cycles premium, partenaire de l’équipe Arkea-Samsic. Il s’agit d’un vélo extrêmement rigide lequel est pour moi le top du top pour les sprinter. Ce modèle présente est également l’avant d’être léger, ce qui offre un bon compromis d’utilisation également lors de compétitions qui présentent un profil un peu vallonnées. L’Aeroad est vraiment un vélo que j’aime, et que j’apprécie surtout lorsqu’il est équipé de roues 60 mm, c’est vraiment pour moi le combo idéal vélo et roues lorsque les courses présentent un profil avantageant les sprinters »

LE CANYON ULTIMATE

Warren Barguil : « Je suis très heureux du partenariat noué entre l’équipe Arkea-Samsic et la marque de cycles premium Canyon, laquelle est constamment dans un souci de recherche et d’innovation
Cette magnifique collaboration nous permet de rouler sur des velos de très haute gamme pour tous types de courses et de profil proposé sprint, montagne et contre-la-montre. Je suis fier et honoré de rouler sur cette belle marque de cycles qui a déjà gagné les plus grandes courses cyclistes du monde, à l’image des Championnats du Monde route, cyclo-cross, VTT ou même de grandes classiques telle que l’Amstel »,

LE CANYON SPEEDMAX

Thibault Guernalec : « Le Canyon Speedmax offre une sensation de vitesse assez particulière lorsque l’on roule avec, et celle-ci est d’autant plus accentuée lorsqu’il est équipé des roues de course. Je n’ai jamais eu au cours de ma carrière un vélo de contre-la-montre aussi rigide que celui-ci. Celle-ci se ressent notamment au niveau du poste de pilotage, mais aussi lorsqu’il y a nécessité de pédaler en danseuse. On mesure dans ces instants-la qu’il n’y aucune perte d’énergie, et qu’au contraire celle-ci va directement des pédales aux roues. Ce vélo est également très maniable, j’en ai fait l’expérience dans le meilleur laboratoire possible: la compétition, a l’occasion du contre-la-montre de la Ruta Del Sol, sur un parcours agrémenté de nombreux ronds-points et de descentes rapides, et sur mon Speedmax Canyon, malgré ces conditions de parcours, je me suis senti très à l’aise durant toute la compétition »

Nacer Bouhanni « Merci à toute l’équipe »

Maxime Bouet a été l’un des grands artisans de la victoire de Nacer Bouhanni aux Saintes-Maries-de-la-Mer
Photo Bettini (arrivée)

Deuxième victoire en l’espace d’une semaine pour Nacer Bouhanni qui s’impose au terme d’une course totalement maîtrisée par l’équipe Arkéa-Samsic.

 

Nacer Bouhanni, lauréat de la première étape du Tour de la Provence

« Mes coéquipiers ont effectué un superbe travail en ma faveur durant toute l’étape, à commencer par Maxime Bouet qui a roulé toute la journée. Warren dans le final a effectué lui aussi un gros travail pour que l’on puisse revenir sur l’échappée. J’étais loin encore aux trois mètres et j’ai dû fournir un effort avant le sprint. Je prends la roue de Nizzolo à ce moment-là, et dans le dernier virage je fais l’ultime effort pour aller gagner cette première étape du Tour de la Provence. Je me sens en confiance, l’équipe Arkéa_Sazmsic, le staff, mes coéquipiers me témoignent d’un tel sentiment, et cela me motive. Mon but est de rapporter un maximum de victoires à l’équipe Arkéa-Samsic. J’ai quitté le Saudi Tour légérement frustré, mais gagner ici, mon premier succès en France, en 2020, sur les routes du Tour de la Provence, presque à domicile puisque je réside dans la région, cela me fait vraiment plaisir »

 

Yvon Ledanois, directeur-sportif de l’équipe Arkéa-samsic

« Je tiens à féliciter toute mon équipe, car si Nacer est venu conclure aux Saintes-Maries de-la-Mer au terme d’un sprint dont il a le secret, tous les coureurs sont à associer à ce succès. C’est la deuxième victoire de l’équipe en l’espace d’une semaine seulement, et de Nacer en ce début de saison. Notre sprinter a démontré qu’il n’avait rien perdu de son talent, nous en étions persuadés pour notre part. Ce coureur marche à la confiance, il a totalement la nôtre. Et on voit ce que cela donne depuis la 4e étape du Saudi Tour ».

Maxime Bouet

« J’ai roulé une grande partie de la journée en faveur de Nacer et de l’équipe Arkéa-Samsic. Ce fut une grosse journée mais ce soir le mal de jambes est forcément atténué par le succès obtenu par Nacer. Notre saison est bien lancée et cela fait plaisir, nous formons un groupe solide. La bonne dynamique qui s’est installée dès le début de saison au sein de l’équipe Arkéa-Samsic est le symbole d’une préparation solide cet hiver. Et le travail comme l’on dit paie toujours ».

 

 

Arkéa-Samsic