Thibault Guernalec 1er à Plouhinec

La 1ère course FFC officielle post-confinement s’est tenue ce jour à Plouhinec,  un contre-la-montre individuel, a été remporté par notre spécialiste, Thibault Guernalec, sous les encouragements de Monsieur Jean-Pierre Denis, Président du Crédit Mutuel Arkéa.

 

 

Thibault Guernalec

« C’est agréable d’avoir remporté la première course officielle FFC organisée en France, ici à Plouhinec.  Il y a quelques semaines j’avais terminé 1er du premier entraînement dirigé mis sur pied après le confinement.

Aujourd’hui le parcours proposé était moins vallonné, mais la distance bien plus longue. Je reviens d’un stage dans les Pyrénées avec l’équipe Arkéa-Samsic, et j’ai bien récupéré de celui-ci. Il faut dire que nous avons bien travaillé en intensité, monté des cols toute la semaine, ce qui m’avait donné certains repères. Une montée de cols c’est en effet au moins trente minutes d’effort, comme ce fut le cas aujourd’hui à Plouhinec sur ce contre-la-montre individuel. J’ai été régulier dans mon effort sur ce chrono sur les trois tours proposés par les organisateurs, que je tiens également à saluer. Je me suis vraiment attaché à garder un bon rythme sur toute la durée de l’épreuve, et ce n’est que sur la fin de celle-ci que j’ai commencé à accélérer. C’est bien de pouvoir se tester ainsi. Pour moi, c’est la 2e fois en quelques semaines, et c’est une bonne chose en prévision des Championnats de France. J’ai aussi pu échanger avant la course avec Jean-Pierre Denis, Président du Crédit Mutuel Arkéa, qui était présent à Plouhinec. Cela a été un très bon moment de partage. Nous avons parlé cyclisme, et puis il a suivi ma course en compagnie de Yvon Caër, ce qui lui a permis d’être au cœur de l’action aux côtés de l’un de nos directeurs-sportifs ».

 

 

Yvon Caër, directeur-sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« J’ai vraiment senti aujourd’hui que Thibault a passé un cran, et qu’il avait bien récupéré du stage qu’il a effectué avec une partie de l’équipe Arkéa-Samsic à Ayzac-Ost sur lequel il a fait un gros volume, et bien travaillé en intensité, et néanmoins sur ce chrono il a eu de l’influx. Thibault a en effet été régulier dans son effort, et c’est très bien en vue des prochaines échéances, notamment les Championnats de France contre-la-montre. Thibault en l’espace de trois semaines a franchi un cap, et c’est le fruit de tout le travail effectué à l’entraînement. Il a pu reprendre en plus entre Argol et Plouhinec des repères en contre-la-montre qui pourraient lui être bénéfiques à l’occasion des prochains Championnats de France de la discipline, car par deux fois déjà au cours de ces derniers semaines son corps a été rompu à ce type d’efforts si spécifiques.

Il a eu en plus un supporter de choix sur cette épreuve en la personne de Monsieur Jean-Pierre Denis, Président du Crédit Mutuel Arkéa qui a suivi sa course, mais aussi a longuement échangé avec lui, avant celle-ci ».

 

Arkéa-Samsic

 

Thibault Guernalec : « Tout était symbolique »

Champion de France Espoirs du contre-la-montre en 2019, Thibault Guernalec a remporté cet après-midi celui d’Argol, dans le Finistère, la première épreuve cycliste, sous la forme d’un contre-la-montre,  organisée en France depuis l’arrêt de Paris-Nice, en mars.

 

Une ligne d’arrivée, de départ, un speaker, des concurrents qui partent les uns après les autres sans être toutefois tenus avant de s’élancer, pas de protocole … mais une course cycliste, enfin ! C’est ce point de départ de la reprise de la saison 2020 qu’il faut conserver à l’esprit. Une épreuve cycliste en effet a été organisée en France, dans le Finistère plus exactement, sous la forme d’un contre-la-montre, et Thibault Guernalec est allé chercher la première place. « Ce n’était pas une course comme les autres forcément, mais c’était bien de faire ce type d’effort et de retrouver plusieurs des ingrédients qui font les courses cyclistes, à savoir une ligne de départ, une ligne d’arrivée. Cela change de ce que l’on faisait ces trois derniers mois, et là, le temps d’un après-midi, nous sommes revenus un peu plus à la normale, explique Thibault. Je tiens d’ailleurs une nouvelle fois à remercier les organisateurs d’avoir réussi à mettre sur pied une telle compétition. C’était mon premier effort comme cela depuis longtemps, et cela fut intense. Mais quel bonheur en tout cas de retrouver des sensations dites de course. J’étais heureux de renouer quelque peu avec l’ambiance des épreuves cyclistes, même si forcément et pour les raisons que l’on sait, tout ce qui fait le sel de notre sport, n’était pas encore présent, mais cela va venir. Nous sommes sur la bonne voie. Il était agréable de courir, de remettre un dossard, de retrouver cette ambiance. Tous les participants et participantes qui étaient présent(e)s à Argol, font du vélo pour ce type de confrontation ».

 

 

Arkéa-Samsic

 

Champion de France Espoirs du contre-la-montre en 2019, Thibault Guernalec a remporté cet après-midi celui d’Argol, dans le Finistère, première épreuve cycliste organisée en France depuis l’arrêt de Paris-Nice, en mars.

 

Une ligne d’arrivée, de départ, un speaker, des concurrents qui partent les uns après les autres sans être toutefois tenus avant de s’élancer, pas de protocole … mais une course cycliste, enfin ! C’est ce point de départ de la reprise de la saison 2020 qu’il faut conserver à l’esprit. Une épreuve cycliste a été organisée en France, dans le Finistère plus exactement, sous la forme d’un contre-la-montre, et Thibault Guernalec est allé chercher la première place. « Ce n’était pas une course comme les autres forcément, mais c’était bien de faire ce type d’effort et de retrouver plusieurs des ingrédients qui font les courses cyclistes, à savoir une ligne de départ, une ligne d’arrivée. Cela change de ce que l’on faisait ces trois derniers mois, et là, le temps d’un après-midi, nous sommes revenus un peu à la normale, explique Thibault. Je tiens d’ailleurs une nouvelle fois à remercier les organisateurs d’avoir réussi à mettre sur pied une telle compétition. C’était mon premier effort comme cela depuis longtemps, et cela fut intense. Quel bonheur en tout cas de retrouver des sensations dites de course. J’étais heureux de renouer quelque peu avec l’ambiance des épreuves cyclistes, même si forcément et pour les raisons que l’on sait, tout ce qui fait le sel de notre sport, n’était pas encore présent, mais cela va venir. Nous sommes sur la bonne voie. Il est agréable de courir, remettre un dossard, retrouver cette ambiance. Tous les participants et participantes qui étaient présent(e)s à Argol, font du vélo pour ce type de confrontation ».

 

 

Arkéa-Samsic

Thibault Guernalec : « Cela va faire du bien de remettre un dossard »

Thibault Guernalec : « Cela va faire du bien de remettre un dossard »

 

Le Champion de France Espoirs du contre-la-montre 2019, Thibault Guernalec va disputer ce dimanche un contre-la-montre individuel, à Argol, dans le Finistère.

 

« Il faut louer la belle initiative des organisateurs de cette épreuve contre-la-montre qui se disputera à Argol, ouverte à tous et à toutes les licencié(e)s de la FFC, et de Gurvan Musset, lequel est à l’origine de cette manifestation », indique d’emblée, notre rouleur « maison », Thibault Guernalec.

« Je ne connais pas le parcours dans son exactitude, mais aux alentours d’Argol, le terrain est vallonné. D’ailleurs, en regardant le tracé proposé, je remarque que le parcours offrira deux belles petites bosses à monter, et que dans son ensemble il n’est pas très plat. »

Le fait de remettre un dossard sur sa combinaison de course Arkéa-Samsic, cela motive aussi, forcément, Thibault. « C’est en effet plaisant de poser un dossard sur son maillot, de mettre des roues de course sur le vélo de contre-la-montre. Nous nous entraînons pour courir, pour nous confronter les uns aux autres, même si demain, il n’y aura pas forcément une grosse pression. Le but pour moi – même si l’effort réclamé par un contre-la-montre reste intense, sera de me faire avant tout plaisir. Il y aura un peu de concurrence, et c’est bien. C’est un bon début. Je vais me rendre au départ de cette épreuve détendu, mais, en tous les cas, c’est super que ce contre-la-montre puisse avoir lieu. D’ailleurs, si cela peut donner idée à d’autres organisateurs de faire la même chose, avec l’accord de leur préfecture, ce se sera forcément bien. Une telle initiative permettra aux coureurs présents de renouer avec la compétition. Cela fait forcément du bien de revenir à la base de notre passion qui est la course ».

 

 

 

Arkéa-Samsic

Thibault Guernalec : « J’aime cuisiner, et faire de A à Z des tartes au citron meringué »

Thibault Guernalec lors du stage de Calpe en janvier

Champion de France Espoirs du contre-la-montre en 2019 à Beauvais, notre rouleur, Thibault Guernalec s’est prêté à notre mini-interview. Ses réponses.

 

Thibault, votre principal trait de caractère ?

Thibault Guernalec: « Je pense être quelqu’un qui va au bout de choses »

 

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

Thibault Guernalec: « Qu’ils soient vrais »

 

Votre principal défaut ?

Thibault Guernalec: « Je suis têtu »

 

Votre occupation préférée ?

Thibault Guernalec: « Les jeux de voitures sur la Play-Station, F1 et GranTurismo, et la cuisine, c’est mon petit pêché mignon, et surtout les pâtisseries. Celui que je réussis le mieux, c’est la tarte citron meringuée. Je réalise ce dessert entièrement de bout en bout »

 

Votre couleur préférée ?

Thibault Guernalec: « Le vert, couleur de l’espoir. J’ai des arbres actuellement devant moi, ils sont verts, c’est joli. Non, franchement, je n’ai pas particulièrement de couleur préférée… »

 

Votre moment favori de la journée ?

Thibault Guernalec: « Le petit-déjeuner »

Votre animal préféré ?

Thibault Guernalec: « J’ai deux chats, cela me convient bien »

 

Un héros ou une héroïne qui vous inspire ?

Thibault Guernalec: « J’évite de m’identifier à quelqu’un en règle générale… »

 

Ce que vous détestez par-dessus tout ?

Thibault Guernalec: « Qu’il pleuve lorsque je décide d’aller rouler…»

 

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

Thibault Guernalec: « Me téléporter, éviter d’être dans les transports en permanence »

Les fautes qui vous inspirent de l’indulgence ?

Thibault Guernalec: « On peut tenter quelque chose se tromper, d’où l’expression qui ne tente rien n’a rien »

Votre devise ?

Thibault Guernalec: « Je n’en ai pas »

Le monde après cette période que l’on traverse, vous le souhaitez comment ?

Thibault Guernalec: « Que tout revienne à la normale, sans plus, ni moins, c’est le principal, que l’on n’ait pas de restriction mais que cela ne soit pas non plus le grand bazar »

Votre play-list musicale et séries que vous regardez ?

Thibault Guernalec: « J’écoute un peu de tout, et la musique des années 80, fait du bien aussi. Je regarde aussi les séries du moment sur Netflix comme Élite, la Casa de Papel… »

Votre rêve de bonheur ?

Thibault Guernalec: « Ce que je vis actuellement, vivre de ma passion. On ne peut espérer mieux que cette dernière soit un métier »

Ce que vous vous voudriez être ?

Thibault Guernalec: « Plus jeune, les professions que je souhaitais exercer étaient pilote d’avion ou même pilote de chasse »

Arkéa-Samsic

Etape 3 Coblence (Allemagne) à Bruz : CANYON

La troisième étape de notre « Tour des Partenaires » nous amène en Allemagne ! Direction Coblence à la rencontre de Mr. Rodolphe Beyer, Manager France de notre partenaire cycles premium, CANYON. Trois question à M.Rodolphe Beyer !
Pourquoi Canyon est devenu partenaire du Team Arkéa Samsic ?
J’ai été séduit par le projet sportif et le challenge visionnaire construit par Emmanuel Hubert et son équipe. Ensuite, la force du partenariat qui nous lie avec l’équipe Arkea-Samsic puise toute sa dimension dans l’authenticité des rapports humains. A ce titre, je me félicite de l’excellente collaboration et de la complicité que nous avons pu très rapidement construire avec le management, les membres du staff, la direction sportive, les mécaniciens et les coureurs. Avec Emmanuel, nous nous étions retrouvés et entendus sur cette dimension de partenariat – c’était notre ambition commune. Notre volonté commune est d’enrichir ce partenariat à travers une relation étroite, professionnelle, axée sur la performance, et une implication allant au delà d’un simple sponsoring afin de donner à l’équipe toute sa dimension sportive, ainsi qu’en terme d’image et de communication. Je suis ravi que nous ayons pu relever ce challenge ensemble !
Quelle est votre course cycliste préférée ?
Paris-Roubaix ! Une course de guerriers ! Impossible de ne pas tout donner sur une classique comme celle-ci, c’est le vélo que j’aime… J’ai eu la chance de suivre la course plusieurs fois que ce soit sur le bord de la route ou dans une voiture en course et c’est vraiment une expérience unique ! Une ambiance très particulière, mythique. Dans le cyclisme moderne, cette épreuve est presque hors du temps. J’ai moi-même pris part à Paris-Roubaix Challenge (la version cyclo-sportive) à de nombreuses reprises et découvrir sur le vélo chacun des secteurs pavés de cette course mythique permet de mieux comprendre encore, la magie de cette épreuve !
Rodolphe Beyer lors de Paris-Roubaix Challenge.
Quel est votre meilleur souvenir avec le Team Arkéa Samsic ?
Tout ! De notre première rencontre en Corse avec Emmanuel Hubert, en passant par notre premier échange avec Nacer afin lui faire visiter notre usine en Allemagne, au stage de début de saison à Rennes puis à Calpe, sans oublier, bien entendu, le superbe début de saison de l’équipe, TOUT est hyper positif et ce ne sont que des bons moments. Et d’ailleurs je prends le pari que le meilleur est encore à venir !

 NOS COUREURS EN PARLENT 

LE CANYON AEROAD

Nacer Bouhanni : « J’utilise le plus clair du temps en course le modèle Aeroad disc de chez Canyon, marque de cycles premium, partenaire de l’équipe Arkea-Samsic. Il s’agit d’un vélo extrêmement rigide lequel est pour moi le top du top pour les sprinter. Ce modèle présente est également l’avant d’être léger, ce qui offre un bon compromis d’utilisation également lors de compétitions qui présentent un profil un peu vallonnées. L’Aeroad est vraiment un vélo que j’aime, et que j’apprécie surtout lorsqu’il est équipé de roues 60 mm, c’est vraiment pour moi le combo idéal vélo et roues lorsque les courses présentent un profil avantageant les sprinters »

LE CANYON ULTIMATE

Warren Barguil : « Je suis très heureux du partenariat noué entre l’équipe Arkea-Samsic et la marque de cycles premium Canyon, laquelle est constamment dans un souci de recherche et d’innovation
Cette magnifique collaboration nous permet de rouler sur des velos de très haute gamme pour tous types de courses et de profil proposé sprint, montagne et contre-la-montre. Je suis fier et honoré de rouler sur cette belle marque de cycles qui a déjà gagné les plus grandes courses cyclistes du monde, à l’image des Championnats du Monde route, cyclo-cross, VTT ou même de grandes classiques telle que l’Amstel »,

LE CANYON SPEEDMAX

Thibault Guernalec : « Le Canyon Speedmax offre une sensation de vitesse assez particulière lorsque l’on roule avec, et celle-ci est d’autant plus accentuée lorsqu’il est équipé des roues de course. Je n’ai jamais eu au cours de ma carrière un vélo de contre-la-montre aussi rigide que celui-ci. Celle-ci se ressent notamment au niveau du poste de pilotage, mais aussi lorsqu’il y a nécessité de pédaler en danseuse. On mesure dans ces instants-la qu’il n’y aucune perte d’énergie, et qu’au contraire celle-ci va directement des pédales aux roues. Ce vélo est également très maniable, j’en ai fait l’expérience dans le meilleur laboratoire possible: la compétition, a l’occasion du contre-la-montre de la Ruta Del Sol, sur un parcours agrémenté de nombreux ronds-points et de descentes rapides, et sur mon Speedmax Canyon, malgré ces conditions de parcours, je me suis senti très à l’aise durant toute la compétition »

Thibault Guernalec 4ème du classement général à Murcie

Après la deuxième étape du Tour de Murcie, Thibault Guernalec est parvenu à conserver sa 4ème au classement général grâce à un excellent travail d’équipe.

Arnaud Gérard, directeur sportif : « Ce matin nous visions avec l’équipe Arkéa-Samsic un top 5 au classement général de ce Tour de Murcie, ce soir, Thibault termine à la quatrième place : objectif rempli. Le niveau sur cette compétition était de surcroit relevé et donc face à cette belle adversité, cette performance est donc une véritable satisfaction. Aujourd’hui le mot équipe a pris tout son sens. Anthony qui était fort s’est sacrifié pour Thibault, afin qu’il conserve cette place. Que ce soit en Provence ou à Murcie : nous sommes sur de bons rails ! »

Thibault Guernalec : « Notre objectif était de conserver ce top5 au classement général, sur cette étape difficile. Toute l’équipe a fait un boulot formidable pour m’aider. Ce n’était pas parti de la meilleure des manières : il y a eu une cassure, mais mes coéquipiers ont effectué un travail énorme afin de rétablir la situation, toute l’équipe a roulé dans la descente. Anthony a ensuite effectué un boulot énorme en ma faveur lors du col hors catégorie. Nous avons effectué tous les deux un véritable « duo normand », en revenant de manière progressive sur les hommes de tête. Je crève malheureusement dans la descente, et une nouvelle fois, Anthony a donné de sa personne pour que que je reste concentré sur mon effort en se sacrifiant littéralement pour moi. Je lui dois cette 4e place au classement général. C’est la première fois de ma carrière que je joue une telle place sur un classement général. Nous sommes restés soudés. Dans le final, Arnaud Gerard est monté à notre hauteur pour nous dire que Nairo avait gagné au Tour de la Provence, ça nous a motivé à fond ! »

Thibault Guernalec, 4ème à Murcie

Echappé pendant toute la course, Thibault Guernalec s’est classé 4ème de la première étape du Tour de Murcie. Clément Russo quant à lui règle le sprint du peloton.

Les réactions :

Arnaud Gerard, directeur sportif : « C’était une journée satisfaisante car nos coureurs sont en forme et l’ont encore démontré. Thibault était dans la bonne échappée. L’équipe Gazprom-RusVelo a tenté de boucher l’écart avec le groupe de tête mais ils ont baissé les bras après le deuxième col, personne n’est venu les relayer car beaucoup d’équipes étaient représentées dans l’échappée : la course s’est donc jouée à l’avant. Thibault était protégé aujourd’hui et il termine quatrième. Il a tenu son rang, après les qualités de puncheur de Xandro Meurisse ont fait la différence. Mais gardons le positif, cette belle place de Thibault sur une étape en ligne. Les coureurs sont en bonne condition, Clément est venu régler le sprint du peloton dans cette arrivée difficile. C’est satisfaisant ! Demain on veut conserver cette place au général…voire mieux ! »

Thibault Guernalec, 4ème  : « Quand on a vu que les équipes World Tour essayaient de placer des coureurs dans l’échappée, on s’est dit que ça pouvait aller au bout. En apercevant des maillots tenter de sortir, je me suis dit qu’il fallait les accompagner. Dans tous les cas on voulait mettre un coureur à l’avant mais là, c’était une échappée solide. On pensait que l’équipe Movistar allait rouler pour Valverde par exemple, même en ayant un homme à l’avant, mais non. L’écart est monté à neuf minutes après 70 kilomètres. Nous avons bien collaboré et à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée j’ai tenté de sortir avec deux coureurs pour « casser » le groupe de dix, et essayer d’arriver en nombre réduit au pied de la bosse finale. Tout le monde essayait, mais c’était compliqué, nous sommes finalement arrivés à dix en bas. J’ai été un peu moins bien au pied de la bosse, bien mieux dans les deux cents derniers mètres. Je revenais sur le coureur de devant. L’arrivée était un peu trop « punchy » pour moi. Cela reste tout de même une belle journée, lorsqu’on tente sa chance en allant dans l’échappée et que celle-ci va au bout, la journée ne peut-être que belle .»

Thibault Guernalec conclut par un Top 5

Thibault Guernalec a fini le Tour du Portugal comme il l’a commencé. Quatrième du prologue à Viseu, il a pris la cinquième place du contre la montre final à Porto. Il conclut de belle manière une épreuve que lui-même et ses équipiers ont couru dans un super état d’esprit.

Thibault Guernalec : « Je suis content de mon temps, au bout de dix jours de course, j’avais encore de très bonnes jambes. On m’a directement annoncé que j’étais meilleur temps sur la ligne et j’ai attendu une heure sur le siège. J’y ai cru jusqu’au bout surtout quand l’un des meilleurs rouleurs de W52-Porto, Ricardo Mestre, avait 25 secondes de retard sur moi, je me suis dit “ce n’est pas mal”. Après, de là à me prendre une minute…Je sentais vraiment que j’avais de super jambes…mais bon. On prend toujours le départ d’une course pour gagner. J’ai donné mon maximum sur ce chrono mais je suis battu. Je suis quand même content, c’est de l’expérience pour la suite et les prochains chronos : le championnat de France espoirs et celui du Tour du Poitou-Charentes. On a passé dix très bonnes journées, on avait une bonne équipe et tous les jours on avait un sujet dans la course. A titre personnel, j’accroche trois top 5, je suis content car ça me servira pour la suite. Aussi, c’est difficile de voir notre vrai niveau par rapport aux coureurs portugais qui ne sont jamais sur les mêmes courses que nous. Ici ça attaquait et roulait vite, sans relâche, ça servira pour avoir de la force lors des prochaines courses. »

Yvon Caër, directeur sportif :  « Thibault Guernalec m’épate. Au bout de dix jours, il a de très bonnes sensations et fait la preuve de très belles facultés de récupération. Je retiens qu’il a fait un chrono extra, je ne le pensais pas capable de faire ça au terme d’une course aussi dure. Je note aussi que Clément Russo et Brice Feillu, ce dernier en dépit d’un début de laryngite, ont fini dans les vingt premiers de cette étape.

Pour nous, le bilan global est qu’on a existé tous les jours même si Maxime Daniel et Robert Wagner ont rapidement abandonné. A cinq, nos coureurs ont fièrement porté le maillot Arkéa-Samsic. Tous les jours ils avaient un plan, jouant un truc à tour de rôle. On a pris du plaisir. Je suis curieux de voir le rebond de ces coureurs dans les deux semaines qui viennent. Les performances doivent suivre. Pendant 10 jours, sur des parcours pas évidents et dans une course un peu folle, ils ont travaillé. Ils ont eu un super état d’esprit, sans calculer. Ils sont dans une dynamique positive et la jeunesse pétille.

Bram Welten, il y a six mois, aurait fait deux jours et demi mais il était là pour travailler. Ici, il a fait un demi-sprint mais il a accepté et il a progressé. Clément Russo est dans une saison pleine qu’il finit bien. Romain Le Roux est dévoué à ses équipiers et il est à un bon niveau. Dans le bus, c’est un rayon de soleil. Il anime le groupe. Il avait été désigné capitaine de route, il a tenu son rôle et il n’a rien lâché. Avec la deuxième place de Clément, les trois Top 5 de Thibault, la quatrième place de Brice et un Top 10 de Bram, c’est un bilan chiffré intéressant et je note qu’Arnaud Gérard, pour ses débuts de directeur sportif, a un bel état d’esprit à transmettre. »

Nouvelle quatrième place pour Thibault Guernalec

Thibault Guernalec a pris à Guarda la quatrième place de la cinquième étape du Tour du Portugal gagnée par l’Italien Tizza (Amore e Vita-Prodir). Le rouleur de l’équipe Arkéa-Samsic a donné de sa personne au cours d’une journée très rapide et a obtenu un très bon résultat.

« On a senti le bon coup, se félicite Yvon Caër, c’était le jour où on pensait que l’échappée pouvait aller au bout. Elle a mis 55 kilomètres à partir, dans ce laps de temps Romain Le Roux et Thibault n’ont pas loupé une seule tentative. Finalement, c’est parti quand tout le monde voulait souffler et il est rentré le dernier sur ce groupe de huit coureurs. L’équipe W52-FC Porto a rapidement roulé pour essayer de limiter l’écart avant de demander de l’aide qui a tardé à venir. Ça a fait la réussite de l’échappée, son avantage passant alors de trois à cinq minutes. Tout s’est joué dans la dernière côte de trois kilomètres qui menait à la ligne d’arrivée et qui était assez dure. Tizza, qui a fini neuvième du Grand Prix de Plumelec cette année était le plus fort et quand il a attaqué, Thibault s‘est dit qu’il prendrait un risque à le suivre mais il a bien géré son effort et prend la quatrième place. En même temps, c’était un effort long et à ce niveau de puissance, il connaît par cœur. Je dois jute préciser qu’on avait reconnu l’étape hier soir avec Arnaud Gérard, on savait où on mettait les pieds… Demain, c’est jour de repos mais dans toutes les étapes on existe, les gars sont investis. »

Avant ce jour de repos, Thibault a toutes les raisons d’être satisfait de son tableau de marche, quatrième du prologue de Viseu et donc à Guarda, il a fait aussi dans les autres étapes un bon travail d’équipier.

« Je suis content de faire un résultat, dit-il, alors que ça a bagarré toute la journée. Quand on s’est retrouvé à huit coureurs à l’avant, on en a encore accéléré et ça faisait encore très mal. Ensuite, ça s’est un peu posé. J’ai essayé de ne pas trop en faire. Dans la dernière côte, mes directeurs sportifs m’ont dit de ne pas m’affoler, j’ai bien géré mon effort. Quand Tizza est sorti au pied, c’était trop tôt pour moi, je ne pouvais pas y aller. J’ai attaqué à un kilomètre du sommet pour aller chercher la troisième place mais je me suis fait reprendre. C’est mon deuxième Top 5 sur le Tour du Portugal, la forme est là. J’ai eu quelques pépins en début de saison, j’ai peut-être un peu plus de fraicheur que les autres, en tout cas ça fait du bien d’aller chercher des résultats. Je suis content de participer à cette course par étapes, de voir comment mon corps réagit, c’est un bon apprentissage. »

Une quatrième place pour commencer

Le Tour du Portugal s’est élancé de belle manière pour le Team Arkéa-Samsic. En spécialiste, Thibault Guernalec a pris la quatrième place du prologue à deux secondes du vainqueur, le Portugais Caldeira (W52-FC Porto). Fêtant son anniversaire ce jour-même, Thibault a endossé le maillot blanc de meilleur jeune.

Thibault Guernalec : « J’ai de bonnes sensations depuis le Tour d’Autriche, j’étais décidé à faire un bon Tour du Portugal d’entrée dans l’exercice du contre-la-montre, que j’adore. J’étais à bloc, je me sentais bien, c’est vrai que c’est un peu rageant de ne pas aller chercher les deux secondes mais sur 6 kilomètres ce n’est pas simple. Cette distance commence à me convenir, quand c’est plus court, c’est trop tonique pour moi ! Ce matin je ne savais pas trop où me situer mais ce soir j’ai fini fort, et dans un bon temps : c’est bon signe  C’était cool de retrouver le podium pour le maillot de meilleur jeune, en plus le jour de mon anniversaire ! J’ai de bonnes sensations donc je suis motivé, j’ai envie de montrer de quoi je suis capable et faire du bon boulot pour l’équipe notamment à l’approche des sprints.»

Yvon Caër, directeur sportif : « Ca commence pas mal du tout. Thibault est à deux secondes du vainqueur sur un circuit dur et hyper technique. Il y avait peut-être le moyen de gratter un peu de temps au départ mais il a fait un vrai beau chrono. Il confirme ses aptitudes dans cet exercice et me semble avoir passé un cap en enchainant le Tour de Savoie et le Tour d’Autriche avant une bonne phase de récupération. Comme Thibault sait s’entraîner judicieusement, je savais qu’il serait opérationnel d’entrée de jeu. Il fête ses 22 ans aujourd’hui et il m’a dit avoir toujours fait podium ce jour-là. Il y est allé aujourd’hui pour endosser le maillot de meilleur jeune. Je note que dans notre équipe, tout le monde a fait ce prologue à bloc. Thibault s’est élancé en ayant les repères de Clément Russo qui termine à quinze secondes. Demain, il y a un col de 15 kilomètres pour commencer mais on va faire en sorte de finir au sprint. Ce sera notre objectif pour les trois prochains jours.»

 

Anthony Delaplace septième à Chateaulin, Warren Barguil satisfait de sa reprise

L’équipe Arkéa-Samsic a accroché le top 10 des Boucles de l’Aulne grâce à Anthony Delaplace, septième. En compagnie de Romain Hardy et Thibault Guernalec, il avait pris place dès le départ dans une échappée que seul Gougeard (ag2r-La Mondiale), vainqueur en solitaire, a réussi à contrôler.

Anthony Delaplace (7e) : ” On était l’équipe la plus représentée dans l’échappée matinale, on a fait une belle entame de course mais on était un peu juste dans le final. J’ai tenté à quatre tours de l’arrivée, on s’est retrouvés à trois, on a tout donné pour qu’AG2R ne rentre pas mais aujourd’hui Alexis Gougeard était largement au dessus, il n’y avait rien à faire. Après les 4 Jours de Dunkerque, j’ai fait six jours sans vélo, ensuite j’ai fait un petit stage en montagne donc je suis plutôt content de mes sensations aujourd’hui.”

 

Warren Barguil :  ” Je suis très content d’avoir repris la compétition après une période difficile entre doutes et remise en question. Je tiens vraiment à remercier ma famille, Pascal mon entraineur, et l’équipe qui m’a laissé le temps de revenir. J’avais une forte appréhension hier au départ de Plumelec, un coureur a chuté juste devant moi, j’ai eu peur que ça recommence mais ensuite j’ai eu un déclic. J’ai cru en moi sur le circuit final, j’étais survolté avec cette ambiance. Je voulais me prouver que je pouvais être de retour, le Warren offensif. Hier, il m’a manqué le résultat. Les plus négatifs diront qu’on retient le vainqueur…c’est vrai mais pour moi le vélo doit aussi être offensif sinon c’est ennuyeux. Aujourd’hui la course a été vite pliée, mais on avait des cartes à jouer à l’avant. Je retiens un très bon week-end à la maison sur des courses que j’aime, dans ma belle région. ”


Thibault Guernalec 
:  ” C’était un week-end très dur et très exigeant. J’ai repris la compétition hier, après un mois d’arrêt suite à une entorse sur le Tour de Bretagne. On s’est retrouvés à trois coureurs d’Arkéa-Samsic devant sur un groupe de seize hommes, on avait un coup à jouer. J’ai donc roulé pour creuser l’écart. Dans le dernier grand tour de circuit, on savait qu’on avait des chances de voir l’échappée aller au bout. Pour un peloton, il est très difficile de reprendre une échappée sur ce circuit final. Notre stratégie était de préserver Romain pour le sprint et Anthony pour lancer de loin dans le final. Mon objectif était de passer les trois grands tours et de filer un coup de main le plus loin possible à Romain et Anthony. J’ai vraiment souffert dans la dernière montée du Menez Quelerc’h, j’ai cru ne jamais basculer mais je me suis accroché, le public m’a vraiment poussé. Ensuite, il m’en a manqué un peu et j’ai du rendre les armes sur le circuit final. Je suis le régional du coin, j’ai entendu beaucoup ‘’aller Thibault !’’, c’était génial. C’était ma troisième participation à Châteaulin mais ça a toujours la même saveur. Le public était vraiment derrière moi, ce n’est pas facile d’abandonner quand on reçoit autant de soutien mais j’ai fait mon travail au maximum. Mon but n’est pas de finir la course, mais de faire mon boulot du mieux possible pour l’équipe. Ma famille, mes amis, mes collègues d’entrainement étaient sur le bord de la route, c’était vraiment un plaisir de courir ici. Maintenant, je rentre à pied, j’ai 300 mètres à faire.”

Roger Tréhin – directeur sportif : ” Par rapport aux éditions précédentes, ce fut une course atypique. Trente coureurs ont formé une échappée dès le départ et nous étions en position de force avec la présence de Thibault Guernalec, Anthony Delaplace et Romain Hardy. Le groupe s’est réduit à 15 unités avec nos trois coureurs mais ça s’est un peu compliqué dans le final. Thibault qui reprend la compétition était un peu juste, de même que Romain. Anthony Delaplace était fort mais n’ayant pas une bonne pointe de vitesse, ce n’était pas possible de jouer la gagne. Il a tenté de faire la différence en attaquant avec Maldonado (St-Michel-Auber 93) qu’il a distancé et il a été rejoint par El Farès (Delko-Marseille 13) et Meurisse (Wanty-Groupe Gobert). En réalité, la course s’est jouée à l’arrière. Ce n’est pas faute d’avoir essayé mais Warren Barguil et Elie Gesbert n’ont pas réussi à mener un contre. Ils ont tenté mais ont été contrés par Gougeard (ag2r-La Mondiale), Simon (Cofidis) et Eiking (Wanty-Groupe Gobert). Gougeard a alors commencé son numéro. Il lui a fallu boucher un écart de trois minutes et puis rouler encore pour reprendre le groupe d’Anthony. Dans le final, il a encore eu la ressource d’attaquer. Lui, il ne faut pas lui laisser dix secondes !  Il gagne en solitaire, Anthony prend la septième place. Au classement par équipes de la Coupe de France, nous sommes deuxièmes à deux points d’ag2r-La Mondiale. Ça se jouera à pas grand chose… “

Clément Russo s’échappe, Maxime Daniel cinquième

L’équipe Arkéa-Samsic, privée de Thibault Guernalec blessé à la cheville, a été irréprochable tout au long de la troisième étape du Tour de Bretagne. Clément Russo a été échappé une grande partie de l’étape, Franck Bonnamour et Benoît Jarrier ont attaqué dans le final et Maxime Daniel a pris la cinquième place d’un sprint gagné à Guégon par l’Italie Dainese (SEG Racing).

Clément Russo

 « Au début je suis sorti tout seul. Des coureurs sont revenus sur moi. On a vite pris de l’avance car le peloton ne s’est pas lancé à notre poursuite. On a bien roulé toute la journée. Mais le final avec le vent soufflant de côté ou de face nous a fait mal. Par rapport au peloton on ne faisait pas le poids. Il y avait 80% de chances que ça n’aille pas au bout mais j’y ai cru, il faut toujours y croire…Quand à un tour et demi de l’arrivée nous n’avions plus que 30 à 40 secondes d’avance j’ai senti qu’on serait un peu juste. Aujourd’hui j’ai joué les bonifications, c’est toujours intéressant pour le classement général. Pour l’instant on ne gagne pas mais j’espère qu’au fil des jours ça ira de mieux en mieux. Avec les courses longues que l’on a pu faire en début de saison, on arrive assez bien à encaisser les kilomètres et la succession d’étapes »

Roger Tréhin, directeur sportif

« On a fait une belle étape et du bon travail mais on n’est toujours pas payé ! Nous avons été offensifs, les coureurs d’Arkéa-Samsic n’ont rien à se reprocher. Clément Russo a été échappé une grande partie de la journée avec quatre coureurs, ils ont compté près de cinq minutes d’avance et Clément en a profité pour prendre des secondes de bonification. Comme la veille, beaucoup d’équipes souhaitaient un sprint massif mais je ne sais pourquoi la Groupama-FDJ Continentale qui n’a pas un sprinteur a été la principale à rouler pendant 60 kilomètres ! Après, ça s‘est enchaîné et les échappés ont été repris sur le circuit. Franck Bonnamour a attaqué à huit kilomètres du but, Benoît Jarrier a accompagné un mouvement à trois kilomètres de la ligne mais il y a bien eu un sprint. Comme la veille, Dainese (SEG Racing) l’a emporté facilement. Maxime Daniel s’était réservé toute la journée et prend la cinquième place. Le seul mauvais point de cette journée est l’abandon de Thibault Guernalec. Il avait chuté vendredi et le soir il se plaignait de la cheville. Au réveil, il ne pouvait pas mettre le pied par terre. Il a fait un essai sur home-trainer mais c’était impossible qu’il prenne le départ. Demain, l’étape de Châteaubriant est théoriquement la plus facile du Tour de Bretagne et le scénario risque d’être identique. »

Coppi et Bartali. Arkéa-Samsic reste dans le jeu

Le contre la montre par équipes disputé mercredi après-midi était important pour Elie Gesbert et ses équipiers. Quelques heures après un sprint massif concluant la première étape en ligne, Arkéa-Samsic a signé le treizième temps du chrono à 43 secondes des spécialistes de Mitchelton-Scott. Privée de Maxime Bouet et rapidement de Romain Le Roux victime d’un ennui mécanique, elle a plutôt bien limité les dégâts.

Thibault Guernalec

 « J’ai chuté ce matin lors de la première demi-étape. Nous passions d’une grande route à une petite et dans le rétrécissement ça a frotté, j’ai freiné et j’ai fait un soleil en passant par dessus mon vélo. Rien de grave, un bel hématome à la cuisse gauche et des égratignures. Le point positif : sur le vélo, je me sens mieux qu’en marchant. (sourire) L’après-midi, je me suis bien échauffé pour faire au mieux pour les gars. C’était mon premier contre-la-montre par équipes chez les pros.

 Clément Russo

« Ce matin nous avions moins de 100 kilomètres de course et j’ai pris du plaisir sur le vélo. Cet après-midi aussi mais c’est vrai que depuis Nokere (Koerse) je me sens mieux. J’ai eu un petit moment « sans », non justifié, mais je retrouve des sensations. Ca faisait longtemps que je n’avais pas joué une arrivée et retrouver l’adrénaline des derniers kilomètres, aller frotter ce matin, j’ai aimé ! Ca ne s’est pas hyper bien goupillé, je suis 19ème car je n’ai pas suivi les bonnes roues, pas forcément fait les bons choix…mais ça se travaille, je suis en train de retrouver mes automatismes. Cet après-midi, j’ai trouvé qu’on s’en était bien sorti même si notre groupe sur cette course manque un peu d’expérience dans ce domaine. La première journée est passée, j’espère avoir l’opportunité de retourner « frotter » cette semaine. Je veux aussi aider Elie et Jérémy, un maximum quand les pourcentages vont s’élever ! »

Sébastien Hinault  (directeur sportif)

« Le contre-la-montre par équipes ne s’est pas si mal passé, même si nous n’étions que six au départ. Clairement, il nous a manqué Maxime Bouet qui est toujours à son affaire dans cet exercice et rapidement Romain Le Roux a été distancé sur ennui mécanique. On a donc fait l’étape à cinq et le temps qu’on fait, 43’’ de retard sur Mitchelton-Scott, n’est pas mal. Je pense que nous sommes à 15-20 secondes de notre vraie place mais l’équipe était homogène avec de très beaux relais de Thibault Guernalec. En terme technique, on peut toujours faire mieux mais on a bossé cette discipline durant l’hiver et ça se voit. Nous sommes en progrès. Le parcours était tout plat mais technique au début et s’est déroulé sur une petite route en mauvais état, fatale d’ailleurs à Romain Le Roux. Je voyais les gars faire des vagues et prendre des trous. C’était un peu épique. Au classement général, nous sommes un peu loin de Rosa (Team Sky) le vainqueur sortant, mais tout reste à faire. Ce matin, la première étape a été marquée par l’échappée de Crista (Giotti Victoria) avant un sprint gagné par Liepins (Wallonie-Bruxelles). Romain Le Roux a pris la mauvaise vague dans un rond-point à 500 mètres de la ligne d’arrivée mais il retrouve la sensation et l’automatisme du sprint. Ce soir, Elie Gesbert et Jérémy Maison vont bien et demain ils seront plus sur leur terrain. »

CLM Bessèges – T.Guernalec “L’exercice que je préfère”

Après avoir détenu le meilleur temps provisoire, notre néo-pro, Thibault Guernalec prend la douzième place du contre-la-montre final de l’Etoile de Bessèges. Il termine la compétition à la treizième place du classement général et deuxième meilleur jeune.

Thibault Guernalec (12e):

« C’est une bonne douzième place. La journée d’hier était vraiment difficile, j’y ai laissé du jus. Les jambes étaient dures ce matin, mais après un bon échauffement ça allait beaucoup mieux. J’avais très envie de bien faire, j’avais à cœur de montrer que je pouvais aussi réaliser de bons contre-la-montre chez les pros. Dès hier soir, j’étais concentré. C’est l’exercice que je préfère, il faut gérer son effort et être le plus linéaire possible. Il y a beaucoup de tension avant un chrono et, au moment de s’élancer, tout s’évapore, il n’y a plus qu’à appuyer sur les pédales. C’est difficile à expliquer mais c’est mon truc. Même si c’est dur, je m’y sens bien et l’équipe m’encourage à le travailler.

Je suis devenu professionnel en aout dernier, tout se passe bien. J’essaye de jouer au mieux mon rôle d’équipier que ce soit à Majorque ou ici. Aujourd’hui, j’avais l’opportunité de montrer que je pouvais faire de belles choses, c’est toujours une satisfaction. Ces quatre jours d’effort vont me faire du bien. La saison est lancée ! »

Yvon Ledanois – directeur sportif :

« Je suis content, Thibault Guernalec a fait un beau contre-la-montre. Il a simplement rappelé qu’il est un spécialiste de la discipline. C’est important de faire un bon chrono tout de suite chez les pros, c’est bien pour la confiance. Il avait annoncé la couleur au cours de la semaine et comme il l’avait promis, il a fait une super étape. Thibault a trouvé très vite sa place dans l’équipe, il n’est pas timide. J’aime les coureurs qui annoncent la couleur et qui répondent présents. C’est vrai pour lui aujourd’hui, c’était vrai pour Elie Gesbert, Romain Hardy et Kevin Ledanois samedi qui ont couru pour gagner l’Etoile de Bessèges. Forcément, au cours d’une étape très intense, ils y ont laissé des cartouches et l’ont payé dans ce contre-la-montre mais ce n’est pas grave. Certes, nous n’avons pas le résultat escompté mais on a mis en place notre plan : courir pour gagner. »

Croisée des chemins #ParisTours

Dès ce matin, nous étions dans l’ambiance Paris-Tours version « chemins de vignes ». Lors de la présentation des équipes, Christian Prudhomme remet à Arnaud Gérard un coffret Vouvray gravé à son nom, pour célébrer ses 14 ans de carrière chez les professionnels. Le départ est donné à 11h45 à Chartres et Thibault Guernalec arrive à se glisser dans l’échappée du jour et partage les derniers tours de roues de Sylvain Chavanel. Mais derrière le peloton contrôle l’écart pour aborder au mieux les chemins de vignes. Après plusieurs attaques dans le peloton, et une échappée dissolue, Bram Welten aborde les chemins empierrés avec Thibault Guernalec. À l’approche du final, trois coureurs se démarquent et iront jouer la victoire, Soren Kragh Andersen (vainqueur), Niki Terpstra et Benoît Cosnefroy. Arnaud Gérard clos ses 14 saisons chez les professionnels en passant la ligne avec Florian Vachon. Bravo !

Thibault Guernalec : « C’était une belle échappée qui n’était pas facile à prendre, la première de ma vie sur une course de ce niveau. Je suis vraiment content d’avoir pu passer une partie de la journée à l’avant.  Et puis j’ai pu faire une échappée avec Sylvain Chavanel sur sa dernière course. Tout au long de la route c’était dingue, tout le monde disait « merci Chava, merci Chava! ». J’ai toujours rêvé de faire une échappée avec ce gars…j’ai vécu un rêve de gosse ! Sur le plan sportif je me sentais bien, j’avais pour mission de prendre l’échappée et de filer un coup de main à Bram et j’ai pu le faire dans les premiers chemins …mais c’était vraiment difficile ! »

Arnaud Gérard : « Je suis content de terminer cette course. Au bout de 160 kms je n’avais plus rien dans les jambes…Je me suis accroché pour finir. J’ai terminé la course avec mon copain Florian Vachon, c’est un beau symbole pour moi. Maintenant je suis motivé pour de nouveaux objectifs. Une page se tourne, 14 saisons chez les professionnels ce n’est pas rien…mais je vais quand même continuer à aller rouler. »

Thibault Guernalec en bronze #CLM #espoirs

Trois fois sur le podium du championnat de France espoirs de contre-la-montre en trois ans, Thibault Guernalec montre une belle régularité sur cette épeuvre. Hier, il a décroché une médaille de bronze après 28 kilomètres d’effort.

 

Thibault Guernalec 

“Je suis finistérien et courir à la maison, je pense que c’est ce qui fait que je n’ai jamais rien lâcher dans la tête. La veille de la course, en reconnaissance, j’ai chuté le pont de Plougastel à cause d’un trou dans la route. Le lendemain je me suis bien échauffé pour chauffer les parties touchées, sur le home-trainer. J’ai tout donné pendant la course, mais à 15 kilomètres j’ai un peu souffert, mais je n’ai rien lâché dans la tête. Je venais pour le podium et c’est chose faite. A l’avenir j’espère m’améliorer dans cet exercice pour tenter de grimper les marches. Demain, je vais disputer la course en ligne longue de 180 kilomètres. Tout le monde n’est pas capable d’aller gagner, le circuit est exigeant avec une longue bosse de 2 kilomètres. Je vais tout donner !”

Photo : Amandine Coz

Denis Leproux : “Encore une chance pour bien faire” Burgos #4

Entre deux étapes dans les montagnes, la route du Tour de Burgos est redevenue plate pour la quatrième étape, excepté les deux derniers kilomètres, à environ 2 % jusqu’à l’arrivée. Pour continuer l’apprentissage, Thibault Guernalec repart en échappée, mais il est difficile de dépasser les 2’30” d’écart. Malgré les relances dans l’échappée, les routes droites sont favorables au peloton emmené par la Sky. A 6 kilomètres de l’arrivée, Thibault rend les armes et l’équipe se place pour Jérémy Maison. Mais dans la montée finale, Maxime Daniel chute avec dans sa roue Jérémy Maison, qui met pied à terre et laisse s’envoler les chances d’être présent dans le final. Avant la dernière étape, Jérémy est 19 ème du classement général.

Denis Leproux (directeur sportif)

« Ce matin la stratégie était d’aller dans l’échappée. Elle est partie avec Thibault et c’est toujours bien d’avoir quelqu’un devant….Mais les équipes de sprinteurs ont directement contrôlé l’écart et on a très vite compris que l’échappée n’irait pas au bout. A 42 kilomètres de l’arrivée, je suis allé voir Thibault et je lui ai dit que ça ne servait à rien de se dépouiller. Il fallait continuer à rouler mais garder de l’énergie pour aider Jérémy et Maxime dans le final. A deux kilomètres de l’arrivée, Jérémy et Maxime sont placés mais il y a des cassures et une chute. Maxime va bien il a pu repartir et sera au départ de la dernière étape. Demain ça va être une étape difficile, mais les gars sont motivés, il nous reste une chance pour bien faire ! »