Arctic Race #4 – Sindre Lunke meilleur grimpeur, Laurent Pichon 6ème

Ils sont douze à former l’échappée du jour mais sous l’impulsion de Direct Energie, le peloton fait fondre leur avance dans le dernier tour de circuit. Ils ne sont plus que deux à croire encore à leurs chances sous la flamme rouge mais c’est bien au sprint que se joue la victoire de cette quatrième et dernière étape. Mathieu Van Der Poel récidive pour la seconde fois sur l’Arctic Race of Norway, devant Sondre Holst Enger et Quentin Pacher. Laurent Pichon est 6ème de l’étape et conserve sa 6ème place au classement général dont le leader reste Sergei Chernetski. Sindre Lunke est le meilleur grimpeur de la compétition et comme le veut la tradition il remporte 500 kilos de saumon. L’équipe est 5ème au classement par équipes et la première française.

Sindre Lunke :

” Finir la compétition avec ce maillot, c’est super pour l’équipe ! Je suis très heureux, j’ai réussi à la conserver pendant ces deux jours. Ce matin je savais que le deuxième au classement des grimpeurs pouvait encore être dangereux pour moi alors je l’ai suivi de près. Il a essayé de prendre l’échappée mais n’a pas réussi, heureusement pour moi. L’équipe a fait du bon boulot pendant ces quatre jours, on avait un bon collectif et on repart avec un maillot distinctif et une belle place au général pour Laurent. ”

Laurent Pichon :

” Les gars m’ont bien emmené pour le sprint, je suis un peu déçu, pour eux aussi, de ne pas pouvoir accéder au podium sur l’étape. Je pense qu’elle était accessible, il me manque 20-30 mètres. En étant 3ème et avec les bonifications, j’aurais pu monter à la 5ème place du général mais ça reste satisfaisant. Au vu de mon début de saison, je sens que la forme revient bien et c’est rassurant. On a quand même été présents sur cette course, on s’est montrés et je pense pour ma part avoir bien récupéré du Tour de France. Je suis motivé pour la fin de saison avec prochainement Plouay et certainement le Tour du Doubs et le Tour de Vendée ensuite. J’ai passé une bonne semaine, pour ma première fois en Norvège, je ne suis pas déçu. J’ai aussi découvert Clément Russo et j’ai été épaté par son travail. Toute l’équipe m’a bien épaulée mais mention spéciale pour lui et pour un néopro je pense qu’il est important de le souligner. ”

Sébastien Hinault (directeur sportif) :

” Dans l’ensemble c’est positif, d’autant qu’on a du s’adapter après l’abandon de Warren et Laurent a bien pris le relais. Il y a un peu de frustration qu’il ne puisse pas décrocher un podium aujourd’hui mais le collectif a été bon tout au long des quatre jours. On a tenté des choses, notamment le deuxième jour où on a su gérer les coups de bordure. Je retiens que l’équipe a su se montrer entreprenante et offensive. Une 6ème place au général, un maillot de meilleur grimpeur et une 5ème place au classement par équipes, le bilan est plus que correct. Et tout ça en ayant perdu deux de nos coureurs dont Warren sur qui nous avions des ambitions. On n’a pas gagné mais on a tout fait pour. Laurent a repris confiance vis à vis de son début de saison, c’est bon pour la suite. “

Arctic Race #3 – Sindre Lunke toujours en saumon, Laurent Pichon 6ème au CG

Ils sont neuf à fausser compagnie au peloton après 20 kilomètres et leur avance n’ira pas au-dessus des 3’30. Dans le dernier tour de circuit, ils ne sont plus que trois en tête mais seul Adam Toupalik résistera au retour du peloton en s’imposant sur cette 3ème étape devant son coéquipier Mathieu Van Der Poel. En se classant 12ème de l’étape, Laurent Pichon grimpe à la 6ème place du classement général. Notre local Sindre Lunke conserve quant à lui son maillot de meilleur grimpeur avec 9 points d’avance sur Øivind Lukkedahl.

Sindre Lunke :

” Je me suis battu pour être dans l’échappée mais rien à faire. Dans le premier grimpeur j’ai essayé de prendre les points mais j’avais de la concurrence, j’arrive 4ème. Même si mon avance se réduit au général, le plus important est que ce soir je porte encore le maillot de meilleur grimpeur. J’étais fatigué des deux derniers jours et je pense que j’avais besoin d’une étape de transition comme aujourd’hui pour me remettre à l’attaque demain. ”

Clément Russo :

” Je ne devais pas faire l’Arctic au départ mais je ne regrette pas d’être venu. C’est une course incroyable, faire du vélo dans des pays comme ça c’est une chance. Les paysages sont à couper le souffle et aujourd’hui par exemple on a croisé des rennes au bord de la route qui ont failli traverser, ça a fait freiner tout le peloton (rires). Prendre le ferry, traverser des tunnels sous la mer… c’est le genre de choses qu’on n’a pas l’habitude de vivre en course. En plus, la condition est bonne alors j’en profite pour être au service des gars. Pourtant ce matin ça avait mal commencé, j’étais dans le groupe des lâchés au premier grimpeur. Mais petit à petit les jambes sont revenues et dans le circuit j’ai tout fait pour placer Romain et Laurent. Ce rôle d’équipier me motive encore plus, c’est nouveau pour moi qui arrive dans le monde professionnel et dans l’équipe. Le soir, après l’étape, ils viennent me remercier et me dire “c’est super ce que tu as fait” et c’est le genre de chose qui fait plaisir, je sais qu’ils me font confiance. On a eu une super équipe, on s’entraide tous, ce n’est que du positif. “

Arctic Race #2 – Sindre Lunke en saumon, Laurent Pichon 6ème

Sindre Lunke avait prévenu la veille, il serait de nouveau à l’attaque pour le maillot de meilleur grimpeur aujourd’hui. Et c’est brillamment qu’il a rempli sa mission en passant en tête trois des cinq grimpeurs du jour, prenant ainsi une avance confortable de dix points sur son rival. Lorsque lui et ses compagnons d’échappée sont repris à 38kms de l’arrivée, la BMC accélère le rythme en tête de peloton. Tous nos coureurs sont dans la bonne bordure mais Warren Barguil, emporté par les rafales de vent, se retrouve projeté hors de la route. Blessé au dos et à la hanche, il est contraint de quitter les routes de l’Arctic Race of Norway. Tout comme Bram Welten, pris dans une violente chute lui aussi la veille. Laurent Pichon, toujours dans le groupe de tête dans le final, se classe 6ème de l’étape.

Sindre Lunke (meilleur grimpeur) :

” Je suis très heureux de porter ce maillot, c’est mon premier sur une course de cette envergure. C’est symbolique pour moi, c’est chez moi et c’est le maillot “saumon”, comme me surnomme Warren (rires). Depuis le début de la course, je n’avais qu’une idée en tête : être à l’avant et jouer les grimpeurs. J’ai accumulé les points et j’ai continué de me battre jusqu’au bout même si je savais que j’étais déjà en tête du classement. C’est très motivant quand on court dans son pays de se battre pour un maillot, d’être agressif, de prendre les échappées… Et la récompense serait de le garder sur les épaules jusqu’à la fin. ”

Laurent Pichon (6ème) :

” Le vent était très fort aujourd’hui et parfois dangereux, ce qui a favorisé les bordures. On a réussi à être tous dans la bonne mais c’est à ce moment que Warren chute. On s’est retrouvés désorientés mais malheureusement on ne pouvait plus rien faire pour lui, il fallait rester concentrés. Dans la dernière difficulté, tout a explosé et j’ai tout donné pour être dans le groupe de contre, le trio de tête était déjà parti. Dans le final, on est revenus sur eux et j’ai senti que j’avais des crampes alors j’ai essayé de ne pas trop en faire. On est sortis à cinq ou six mais on a été repris à 3 kilomètres. Sous la flamme rouge j’ai senti que j’étais encore limite et dans le sprint, aux 300m, quand je me suis debout sur les pédales mes deux jambes se sont bloquées. J’ai fini assis comme j’ai pu. Je suis déçu parce-qu’on n’arrive pas tous les jours pour la gagne. Je ne dis pas que j’aurais gagné sans cette crampe mais je pense que j’aurais pu monter sur le podium. ”

Sébastien Hinault (directeur sportif) :

” Journée mitigée pour l’équipe avec d’un côté de beaux résultats et de l’autre deux abandons. Warren nous a fait très peur avec sa chute et le plus important est qu’il ne soit pas trop blessé, ça aurait pu être beaucoup plus grave vu la violence du vent. Il est très déçu forcément, ça arrive vraiment au mauvais moment. Les gars avaient fait le plus dur, ils avaient réussi à être dans la bonne bordure. Mais quand c’est le corps qui parle, on ne peut pas lutter. “

Arctic Race #1 – Sindre Lunke : “Le peloton ne nous a jamais lâché”

La bataille pour l’échappée dure plus de 30 kilomètres jusqu’à ce qu’un groupe d’une vingtaine de coureurs creuse l’écart. Parmi eux, on retrouve Warren Barguil, Sindre Lunke et Romain Hardy. Le peloton roule fort, leur avance ne dépassera pas les 2 minutes. Sindre Lunke et ses derniers compagnons d’échappée sont repris à 9kms du but, deux hommes tentent leur chance mais connaissent le même sort sous la flamme rouge. Warren Barguil, aux avants-postes, est gêné par une chute dans les derniers hectomètres et ne peut jouer la gagne, il est 18ème. Bram Welten a été victime d’une violente chute mais sera bien au départ de la seconde étape.

Sindre Lunke :

” Le départ a été difficile pour moi, les jambes ont mis un peu de temps à réagir mais ensuite je me suis retrouvé à l’avant avec Warren et Romain et j’étais vraiment motivé pour me donner à fond. Malheureusement le peloton ne nous a jamais lâché. L’échappée a mis du temps à se dessiner, j’ai tenté plusieurs fois mais ça roulait déjà très vite dès les premiers kilomètres. J’en ai profité pour jouer les grimpeurs mais Anders Skaarseth a été plus fort que moi, je retenterai demain ! Et j’espère être dans une échappée plus “facile” (rires), j’ai de bonnes sensations, la compétition commence bien. “