Benoit Jarrier quatrième avec des regrets

Benoît Jarrier, cinquième du prologue des Boucles de la Mayenne, a pris la quatrième place de la dernière étape à Laval, rappelant sa très bonne condition physique. Lui comme toute l’équipe Arkéa-Samsic regrettent le scénario de la première étape courue dans la tourmente et le privant de décrocher un bon classement général.

Benoit Jarrier (4ème) : “Pour être honnête, je suis déçu des Boucles… J’avais une bonne condition. Je fais un bon résultat au prologue, cinquième, mais le lendemain j’étais frigorifié sur le vélo. J’ai vu le bon groupe partir mais j’étais incapable de les accompagner. C’est rageant, je voulais faire un bon général ici. Je suis quand même satisfait de ma quatrième place aujourd’hui, la dernière bosse me convenait bien, courte et tonique. La forme est là et je repars dès mercredi pour le Tour de Belgique. ”

Roger Tréhin – directeur sportif:  “Aujourd’hui, il n’y avait pas de vent et pas de pluie et nous avons essayé de mettre un coureur dans la bonne échappée. Brice Feillu est allé dans un premier coup que le peloton n’a pas laissé partir. Il y eut ensuite une échappée de quatre coureurs et nous nous sommes donc appliqués à bien préparer notre entrée sur le circuit. Nous avons misé sur le sprint pour Benoît Jarrier qui prend la quatrième place et a rappelé qu’il avait de la force cette semaine après sa cinquième place dans le prologue. Du coup, l’étape de vendredi, dans la tourmente, nous reste en travers de la gorge parce qu’elle a gâché notre chance de jouer le général. Je peux dire que les coureurs et le staff sont déçus.”

Benoît Jarrier placé !

Au lendemain d’une journée difficile, l’équipe Arkéa-Samsic a remis l’ouvrage sur le métier dans la deuxième étape des Boucles de La Mayenne gagnée en puncheur par le Basque Aberasturi (Caja Rural). Appliqué dans les moments rendus nerveux par le vent et ayant sans doute voulu trop bien faire dans le sprint, Benoît Jarrier a pris la onzième place.

« On ne va pas le répéter sans cesse mais dans la tourmente vendredi, on a laissé filer la possibilité d’un bon classement général, dit Roger Tréhin. Pour autant on ne se démobilise pas et on fait la course ! Ce matin, avec les gars, on avait coché l’endroit où la course s‘est jouée, au kilomètre 151 et après la côte d’Herbaine. Au sommet, ça tournait et on prenait le vent plein pot. Le peloton s’est scindé à cet endroit précis et a piégé le porteur du maillot jaune, Duval (ag2r-La Mondiale) ou le sprinteur Sarreau (Groupama-FDJ). Benoît était dans le premier groupe en compagnie de Romain Hardy et Brice Feillu. »

En dépit de plusieurs tentatives, cela s’est joué au sprint dans la côte d’arrivée après une série de virages nécessitant un bon placement. En force, Aberasturi en a profité pour offrir un doublé à l’équipe Caja Rural.

« À 350 mètres de la ligne d’arrivée, poursuit le directeur sportif d’Arkéa-Samsic, Benoît était trop bien placé. La bonne vague est partie derrière lui. Demain, la course en ligne vers Laval est facile et le vent se sera calmé mais le  circuit d’arrivée (trois fois quatre kilomètres) est difficile avec une arrivée en côte. »

Benoît Jarrier, très bon cinquième !

Benoît Jarrier est à son affaire dans le prologue des Boucles de la Mayenne et il a signé le cinquième temps jeudi soir à Laval. De très bon augure pour lui et l’équipe Arkéa-Samsic dans cette course qui s’achèvera dimanche.

Benoît Jarrier, 5ème :

 « J’avais fait de ce prologue un défi. J’en avais parlé avec Anthony Delaplace aux Quatre jours de Dunkerque et je lui avais dit : «  un top 10 j’en serai content, un top 5 très très content. » Je ne l’avais pas crié sur tous les toits mais je voulais faire un bon temps ! Je connais très bien ce prologue : court mais technique avec des virages serrés et une belle bosse à l’arrivée…Dans le bus je suis resté tout seul dans le fond, dans ma bulle avant le départ, pour me concentrer. Je suis aussi content car les jambes étaient vraiment là ce soir, sinon je ne serais pas rentré dans le top 5. A Dunkerque je me sentais très très bien et à Plumelec et Châteaulin j’ai eu du mal avec les premières chaleurs, c’est la même chose chaque année…Ici il fait plus frais et je sens que ça va mieux. Je vais défendre ma place au général et essayer de faire encore mieux ! »

Roger Tréhin, directeur sportif : 

« Franchement, le prologue de Benoît Jarrier, cinquième, n’est pas mal du tout. Benoît aime les prologues, celui-là lui correspond bien, c’est nerveux, il y a beaucoup de relances. Il se l’était mis en tête. Maxime Daniel, en revanche, a beaucoup moins bien viré que Benoît et avait moins de force mais il ressent toujours une douleur à la cuisse à la suite de sa chute dans le Tour de Norvège. A contrario, Brice Feillu, ce n’est pas son truc mais il a fait un bon prologue, il avait de la force. Demain, ça risque d’être une sacrée course avec les intempéries annoncées. La préfecture a demandé aux organisateurs de faire gaffe avec leurs arches et sur la ligne d’arrivée. Je pense que les sprinteurs vont tenter de verrouiller. Benoît est à neuf secondes, il est très près des meilleurs et sera surveillé mais on va jouer le coup à fond !