Tour de Burgos #5 – Un goût de trop peu

Le Tour de Burgos s’est terminé dans une étape dessinée pour les grimpeurs. Les candidats à l’échappée sont nombreux en début de course et c’est donc 14 hommes qui se retrouvent à l’avant après 42 kilomètres. L’écart reste réduit jusqu’à 7 kilomètres de l’arrivée où un groupe de cinq se détache à l’avant. Bien décidé à faire un triplé, le leader du général, Landa, a été surpris dans les 200 derniers mètres par David De La Cruz (2ème au général) et Enric Mas. Finalement, c’est Lopez, de la formation Astana, qui sort victorieux de la dernière étape, Landa complète le podium et remporte le général.

Denis Leproux (directeur sportif) :

” On était dans tous les coups pour prendre l’échappée mais la bonne s’est jouée à la pédale et on n’a pas réussi à en faire partie. Être à l’avant aujourd’hui était notre objectif, c’est ce qui nous a fait défaut. Eduardo s’en sort avec une 24ème place, il arrive dans un groupe de 20 dans la dernière ascension. Pour nous le Tour de Burgos a un goût de trop peu, on misait beaucoup sur Eduardo mais il ne s’est pas totalement remis du Tour de France. Certains étaient en reprise aussi, les conditions n’étaient pas idéales pour faire un résultat. Armindo a tout de même fait une belle 7ème place, c’est le point positif. On se tourne vers les courses à venir avec l’ambition d’inverser la tendance. “

Tour de Burgos #4 – Frustration à l’arrivée

Sans grande difficulté, cette 4ème étape s’est déroulée dans un schéma plutôt classique jusqu’à l’arrivée. Le peloton laisse filer l’échappée du jour jusqu’à 12 kilomètres de l’arrivée, sous l’impulsion des équipes Sky et Cofidis entre autre. Sur une bosse à 7%, l’espagnol Barbero de la Movistar s’impose devant Moscon.

Armindo Fonseca :

” Je suis très déçu, j’étais vraiment motivé au départ et j’avais de bonnes sensations toute la journée. Finalement, à 2 kilomètres de l’arrivée, ma roue avant s’est prise dans le dérailleur d’un coureur plusieurs fois, m’obligeant à faire des efforts pour revenir dans les vingt premiers. A ce niveau-là, ça ne pardonne pas. J’ai l’impression que la réussite me fuit entre les coups de malchance et les journées comme aujourd’hui, mais on tient le coup. ”

Denis Leproux (directeur sportif) :

” C’est une journée mitigée pour nous. On misait sur Armindo pour le final, c’était une arrivée taillée sur mesure pour lui. A 500 mètres, il a tenté de se replacer plusieurs fois mais ses efforts sur une montée comme celle-ci l’ont condamné pour le sprint. Il a essayé de prendre la roue de Julian Alaphillipe mais il n’était pas le seul, ça frottait dur. A l’arrivée il était très déçu, c’est frustrant pour lui car il avait les capacités de faire quelque chose. ”

 

Tour de Burgos #3 : Trop dur

Pas un mètre de plat sur cette troisième étape du Tour de Burgos et cinq cols à franchir. Derrière l’échappée de 10, la sky imprime le tempo. Landa s’impose au sommet, Eduardo Sepulveda qui n’a pas complètement récupéré du Tour de France est 20ème .

Eduardo Sepulveda : « J’avais fait de Burgos un objectif mais aujourd’hui, je n’avais pas les jambes pour faire mieux, je n’ai pas complètement récupéré du Tour, je suis déçu ».

Denis Leproux : « Edu s’est accroché dans la montée finale mais il a craqué à 4 kilomètres du sommet. Aujourd’hui, les organismes ont souffert du profil mais aussi de la chaleur. À part Edu, on savait que cela allait être compliqué pour nos coureurs. On leur a demandé de garder des cartouches pour les jours à venir. J’espère qu’Armindo aura les jambes demain, il y a quelque chose à faire.»

Tour de Burgos #2 : A.Fonseca est septième

Pas de surprise sur la deuxième étape du Tour de Burgos. Une échappée prend rapidement le large mais derrière, la Sky contrôle pour le leader Mikel Landa. À 30 kilomètres, les équipes de sprinteurs prennent les commandes de peloton. Matteo Trentin s’impose devant Adam Blythe. Armindo Fonseca réalise un bon sprint et se classe septième.

Armindo Fonseca : « J’avais envie de faire le sprint, je voulais me rassurer. J’ai souffert à Getxo et je l’ai ressenti hier, je n’avais pas de bonnes sensations. Aujourd’hui, ça allait beaucoup mieux. À 500m de la ligne, j’étais dans la roue de Trentin, mais ça frottait et j’ai pris le vent beaucoup trop tôt. J’ai dû lancer, à l’arrivée je suis septième, ce n’est pas un mauvais résultat. Demain, nous ferons le maximum pour Edu, je suis sur qu’il peut aller chercher quelque chose sur cette arrivée au sommet. »

Denis Leproux – directeur sportif : « Nous avons passé une journée relativement tranquille. Armindo a disputé le sprint même si l’arrivée en faux plat descendant ne lui était pas favorable. Il va chercher un Top 10 c’est encourageant pour la suite. »