Tour du Limousin #4 : Pour zéro seconde…

On dit souvent que le général d’une course par étapes se joue à rien mais aujourd’hui c’était à moins que rien : zéro seconde pour être exact. Ce matin, Elie Gesbert, leader du général, possédait encore 4 secondes d’avance sur son dauphin, Alexis Vuillermoz, mais trois sprints intermédiaires sont venus redistribuer les cartes. La bataille a fait rage pour les bonifications, Vuillermoz empoche 4 secondes et revient à la hauteur d’Elie Gesbert. Dans le même temps, les deux coureurs sont départagés à la place sur l’ensemble du Tour. A ce jeu là, c’est le coureur d’Ag2R qui l’emporte. Elie Gesbert monte sur la deuxième marche du podium.

Elie Gesbert (2è du CG ) : « C’est frustrant pour moi mais aussi pour l’équipe. Les gars ont fait un travail incroyable et j’aurais aimé ramener la victoire pour eux. Le scénario est cruel, avec Alexis on n’arrive pas à se départager au temps sur 4 jours et finalement ça se joue à la place. J’ai tout donné pour faire les bonifs mais Vuillermoz était très fort, il a même ajusté Coquard sur le deuxième sprint. Ça fait partie du jeu. On a tout tenté. Il fallait que je franchisse la ligne avec 10 places d’avance pour repasser devant, on n’était plus que 45 dans le peloton, la mission était quasi impossible. Au départ du Tour du Limousin, j’aurais signé pour une victoire d’étape et une deuxième place au général mais ce soir je suis vraiment déçu pour les gars. C’était 4 jours intenses, ils ont tout donné, on a tout donné et c’est ce que je veux retenir. Pour la première fois de ma carrière j’étais leader d’une course professionnelle, j’aurais aimé que ça se finisse autrement, mais c’était une belle première. »

Anthony Delaplace : « C’est rageant surtout pour… 0 seconde ! Elie aurait craqué dans le dernier tour ça aurait été autre chose mais perdre à la place le général du Limousin, c’est dur. Nous sommes tous déçus ce soir mais nous n’avons pas regret. Nous avons assumé le poids de la course, nous avons pris nos responsabilités, malheureusement ça n’a pas suffi. Jusqu’au bout nous sommes restés solidaires dans l’effort et nous y avons cru. Quand AG2R nous a mis la pression sur les sprints intermédiaires, nous avons tenté de répondre mais on a un peu accusé le coup par rapport aux autres jours. Le Tour du Limousin a été usant, nous nous sommes battus ensemble, nous avons tout donné pour Elie, qui a confirmé qu’il était très fort. »

Denis Leproux-directeur sportif : « On est déçus, mais on est tombés sur plus fort que nous.  Depuis mardi, l’équipe a donné tout ce qu’elle pouvait pour protéger le maillot et on le perd le dernier jour, à la place… c’est frustrant. Nous n’avons pas commis d’erreur aujourd’hui, on savait que Vuillermoz allait tenter le tout pour le tout sur les bonifs. On voulait laisser sortir un coup, mais AG2R a contrôlé pour pouvoir jouer les sprints intermédiaires. On a tout fait pour empêcher Vuillermoz de faire les bonifs mais il était trop fort aujourd’hui. Forcément, on est devenus de plus en plus gourmands au fil des étapes et on voulait ramener ce maillot en Bretagne, il y a de la déception mais je suis très fier du combat mené par l’équipe pendant ces 4 jours. Maintenant, ils vont avoir besoin de récupérer car ils ont tous laissé des cartouches. »

Tour du Limousin #3 Le train blanc et le maillot jaune

Le maillot jaune de leader tient toujours pour 4 secondes sur les épaules d’Elie Gesbert après un énorme travail de toute l’équipe. Il faudra encore le défendre demain, sur la dernière étape, avant de pouvoir éventuellement savourer la victoire sur le Tour du Limousin.

Elie Gesbert : « J’ai toujours mes 4 secondes d’avance (rires). On a fait l’effort en début de course de filtrer les échappés, on ne voulait pas laisser sortir un coureur dangereux et devoir cravacher pour revenir dans le final. A l’avant, le plus proche était Romain Sicard. Ce matin il avait 1’45’’ de retard mais il a fait toutes les bonifs pendant l’étape, il fallait revenir sous la barre de la 1’30’’ dans le final. On ne voulait pas non plus rentrer sur l’échappée et laisser la possibilité à Vuillermoz d’aller prendre des bonifs à l’arrivée. Dans les derniers kilomètres, j’ai suivi sa roue et ça l’a fait. Toute l’équipe roule pour moi, à l’arrivée il ne faut pas que je me loupe. J’ai un peu plus de pression que d’habitude mais c’est positif et les gars sont là pour m’aider, Flo est un bon capitaine de route, j’ai confiance en lui est en l’équipe. »

Arnaud Gérard : « C’est physique et stratégique mais pour le moment tout va bien. La journée était stressante, il fallait maintenir l’échappée à une distance raisonnable sans revenir dessus. On a bien manœuvré, ce soir Elie est toujours leader et c’est le principal. Malgré son raid de la première journée, il récupère bien et tient son rang de leader. On va encore tout donner pendant 4h demain puis on espère savourer la victoire. Il est allé chercher son maillot sur un exploit le premier jour, mais ensuite on s’est tous mis à son service. Pour gagner une course par étapes il faut pouvoir compter sur son équipe et pour le moment on tient la route. »

Denis Leproux – directeur sportif : « Ça fait du bien de passer la ligne ( rires). On a vécu une journée stressante mais c’était du bon stress. Je pense que les gars étaient eux aussi comptant d’en finir, ils ont donné de leur personne. Ils ont terminé fatigué, mais ils ont assuré. On a passé les deux journées les plus difficiles mais rien n’est acquis. Il faudra resté concentré jusqu’au bout.»

Tour du Limousin #2 : Ça tient pour 4 secondes

Après le raid d’hier, Elie Gesbert était prêt à souffrir aujourd’hui pour défendre sa tunique jaune. Notre formation a assumé le poids de la course tout au long de la journée. Dans la montée finale, Elie Gesbert doit laisser filer Vuillermoz vers la victoire d’étape mais le Breton sauve son maillot de leader pour 4 secondes. Demain, la bagarre continue.

Elie Gesbert : « Ce matin, les jambes étaient encore un peu dures mais les gars ont fait un super boulot, c’était incroyable. Dans la dernière montée de 3 kilomètres j’ai réussi à répondre à plusieurs attaques puis je suis resté dans la roue de Vuillermoz mais à 400m j’ai un peu craqué. J’avais déjà tout donné mais j’ai continué à me faire mal, je ne pouvais pas renoncer après le boulot effectué par l’équipe. Je sauve mon maillot pour 4 secondes, j’aurais préféré avoir un matelas un peu plus confortable mais je préfère avoir 4 secondes d’avance plutôt que 4 secondes de retard (rires). Il faudra rester concentré toute la journée, avec les bonifs on peut rapidement se retrouver piégé. On va retourner au combat. »

Denis Leproux – Directeur sportif : « La journée a été usante, mais les garçons ont fait le boulot, il n’y a rien à redire. Ils sont allés loin dans la souffrance pour Elie. Benoit et Romain ont tenu la barre pendant 125 kms puis ils se sont relayés. Dans la dernière montée, Elie devait finir le boulot, ce n’était pas le plus facile. Il a coincé dans les derniers mètres et avec le jeu des bonifications Vuillermoz revient à 4 secondes. On ne va pas lui faciliter le boulot, l’objectif est de ramener le maillot en Bretagne et on va tout faire pour. »

Tour du Limousin #1 : Elie Gesbert s’impose

A 22ans, Elie Gesbert s’adjuge la première étape du Tour du Limousin et endosse le maillot jaune de leader.

Avec Flavien Dassonville, il prend le large après 50 kms de course. L’entente est bonne entre les deux hommes de tête et leur avance augmente rapidement. Dans le final le peloton revient fort, mais les fuyards en ont gardé sous la pédale, ils vont résister au retour de la meute et se disputer la victoire d’étape. Elie Gesbert répond à plusieurs attaques de Flavien Dasonville et vient distancer son adversaire dans la bosse finale. Il signe sa première victoire en Classe 1. Il s’était imposé en avril dernier en classe 2 sur le tour de Bretagne.

Elie Gesbert : « En sortant au bout de 50 kms, je ne pensais pas du tout à la victoire d’étape et encore moins au maillot. L’objectif était de mettre un homme à l’avant pour ne pas avoir à assumer la chasse dans le peloton et faire les sprints intermédiaires. Mais, il faut toujours y croire et à 30 kms du but on s’est dit qu’on allait peut-être déjouer les pronostics. On s’est bien entendus avec Flavien. À 5 kms de l’arrivée, il m’a attaqué à deux reprises mais j’ai réussi à revenir et à le contrer. Le final me convenait bien mais après une longue échappée comme aujourd’hui les cartes sont redistribuées, on était tous les deux un peu cramés. Je me suis dit : si on arrive ensemble au pied de la bosse la victoire est pour moi, c’était le bon scénario et j’en suis très heureux. Je suis resté concentré jusqu’au dernier moment pour prendre un maximum de temps pour le classement général. Ensuite, j’ai levé les bras et j’ai profité ! Jusqu’au podium j’ai pris le temps de savourer. C’est pour vivre des moments comme ça qu’on fait du vélo. Après le Tour, il faut trouver la motivation pour retourner à l’entrainement et se faire mal. Aujourd’hui, ça a payé. C’est ma première victoire en classe 1, c’est comme une première chez les professionnels. Demain, je serai leader d’une course professionnelle, c’est exceptionnel, c’est un nouveau palier. Demain, l’arrivée correspond à des garçons qui visent le général comme Van Der Poel ou Vuillermoz, je m’attends à une journée difficile (rires) mais je sais que je vais pouvoir compter sur une super équipe. »

Florian Vachon : « Quand ils sont sortis, Direct Energie a pris la tête du peloton, on pensait qu’il y aurait un regroupement général avant la dernière bosse. Au premier passage sur la ligne, on a constaté que l’écart ne descendait pas alors que le peloton s’était mis à rouler, on s’est dit que ça allait jouer surtout qu’on avait deux très bons rouleurs à l’avant. Je ne suis pas étonné de voir Elie à ce niveau là. J’étais en chambre avec lui pendant le Tour et il m’a impressionné. Je lui ai dit de profiter de l’état de forme post Tour. Il est resté sérieux, il n’a pas débranché et ça a fonctionné. On a maintenant un maillot à défendre, il y a un coup à jouer mais ce qui est pris n’est plus à prendre. Après le bon tour de l’Ain, c’est une satisfaction pour l’équipe de concrétiser tout de suite. »

Denis Leproux – Directeur sportif : « On vient de vivre une très belle journée. On tourne autour depuis quelques temps, on savait que cela allait payer. Elie et Flavien Dassonville ont fait un sacré numéro. Quand ils sont partis à deux, on n’y croyait pas beaucoup… on s’est dit que ça allait faire comme d’habitude, que le peloton allait jouer et revenir dans le final. Je suis revenu derrière eux à 40kms de l’arrivée, je voyais que ça tournait bien et qu’ils ne perdaient pas trop de temps. La gagne était possible alors je suis resté avec Elie pour l’encourager. Quand Dassonville l’a attaqué, je lui ai dit de s’accrocher pour revenir dans sa roue qu’il allait prendre le dessus sur lui dans la dernière bosse. Ils ont tous les deux laissé beaucoup d’énergie dans cette échappée, c’était le plus fort qui allait lever les bras et aujourd’hui c’était Elie.
Désormais, on a le maillot de leader à défendre, il faudra courir intelligemment. Dès demain il va y avoir de la bataille. Elie va être attaqué. C’est sa reprise après le Tour, il a fait un long raid aujourd’hui, la récupération va être très importante. On fera le point demain soir. »