Kevin Ledanois 6e de l’étape, Thibault Guernalec 10e du CG

En dépit de plusieurs tentatives d’échappées, la cinquième étape du Tour du Poitou-Charentes s’est jouée au sprint sur le circuit de Poitiers. Désavantagé par la dernière côte à un kilomètre de l’arrivée, Bram Welten était un jeu juste pour jouer la gagne mais Kevin Ledanois, en électron libre a pris la sixième place. De son côté, Thibault Guernalec signe un top 10 au classement général.

Kevin Ledanois (6e) : “J’étais bien placé dans le final, je voulais suivre les attaques dans la bosse qui menait à la flamme rouge, mais ce n’était pas assez dur pour faire la différence. Je me suis retrouvé bien placé pour le sprint, donc j’ai continué mon effort jusqu’au bout. Ma sixième place d’aujourd’hui, n’efface pas ma déception d’hier. J’avais de bonnes jambes toute la semaine et j’ai vraiment fait un mauvais chrono. Je suis déçu. Il faut se poser les bonnes questions. Il faut que je travaille cette discipline si je veux exister au classement général de courses comme celle-ci. La semaine prochaine je vais attaquer un bon bloc de travail avant de me rendre sur le Tour du Doubs et au Grand Prix de Wallonie, deux courses où j’ai envie d’aller chercher un résultat.”

Thibault Guernalec (10e du CG) : «  Je perds une place au classement général, mais je préserve mon Top 10 au général, le contrat est rempli. Damien Gaudin (DEN), présent dans l’échappée a pris les bonifications et me repasse devant. De notre côté, nous n’avons pas voulu prendre de risques. Nous avions un coup à jouer avec Bram. On était un peu loin au pied de la dernière bosse, on l’a remonté mais après l’effort qu’il venait de faire c’était très compliqué de jouer le sprint. Je suis content de mon Tour du Poitou-Charentes, ça va me servir pour la suite.”

Roger Tréhin – directeur sportif : « Bram est affûté mais on se doutait que ce serait un peu difficile pour lui, c’est pourquoi nous avions désigné Kevin Ledanois pour qu’il joue sa carte. Dans cette côte, Bram a reculé mais ses équipiers l’ont ramené à 800 mètres de la ligne d’arrivée. De lui-même il a fait l’effort pour remonter mais ce fut un effort de trop. A 300 mètres de la ligne il y avait un virage à angle droit et après un gros travail de Florentin Lecamus-Lambert, Bram était bien placé mais il n’avait plus de force. En réalité, le dernier kilomètre s’est fait au sprint ! Kevin était bien placé en haut de la côte. Il prend le virage en sixième position et finit sixième.
Au cours de cette semaine, il y a eu quatre sprints et un contre la montre. Dans les quatre sprints on a existé même si dans ce domaine, notre équipe était un peu inexpérimentée mais elle a fait le maximum pour bien aider son sprinteur. Je note que notre stagiaire Florentin pourrait être un bon lanceur parce que c’est vraiment un bon rouleur. Bram a bien travaillé, il a bien passé les bosses. Il lui manque encore un petit truc pour jouer la gagne. Cinquième, c’était la meilleure place qu’il pouvait faire cette semaine en raison des chutes dans les sprints.
Au classement général, Thibault Guernalec est dixième, ce n’est pas anecdotique. Je retiens surtout qu’on a vu le potentiel de certains de nos coureurs dans le contre la montre, comme Connor Swift et Florentin. D’ailleurs nous avions fini sixième du classement par équipes dans cette étape. On va travailler la filière parce que le potentiel est là !
Pour finir avec Florentin Lecamus-Lambert, il fait partie de notre réserve espoirs et est stagiaire avec nous pour la deuxième fois. C’est une année charnière pour lui, il a fini ses études en délaissant la piste qui est sa spécialité mais il va s’y remettre. Il a vingt ans, c’est un coureur d’avenir.»

“Nous sommes à notre place” – Tour du Poitou-Charentes 

L’équipe Arkéa-Samsic accumule les accessits dans le Tour du Poitou-Charentes. Dans le sprint matinal, une nouvelle fois gêné par une chute, Bram Welten a pris la huitième place. Dans le contre la montre, Thibault Guernalec a signé le douzième temps et mesuré l’écart à combler avec des rouleurs confirmés. Il est ce soir neuvième du classement général.

Thibault Guernalec
12e du contre la montre, 9e du général : «  La journée a commencé à 6 heures ce matin mais pour faire du vélo ça ne me dérange pas de me lever tôt. Sur l’étape en ligne, tout s’est bien passé pour moi, j’ai évité les chutes et les cassures. Bram Welten était bien aussi mais il a pris une mauvaise trajectoire, c’est dommage il a les jambes pour en claquer une. Ensuite, il a fallu rester concentré pour le contre la montre. J’avais de bonnes jambes malgré la fatigue du matin. Je suis content de ma performance, je pense être à ma place. Je sens que je prends de la force et je vois les progrès, par exemple je suis à 25 secondes de Paillot, alors que je perdais souvent beaucoup plus de temps face à lui dans les catégories jeunes. Je fais une bonne opération au classement général, je suis désormais neuvième, si je valide le Top 10 au général demain, je serais très content, il faudra resté vigilant jusqu’au bout. »

Roger Tréhin- directeur sportif : « La troisième étape ce matin s’est une nouvelle fois achevée par un sprint massif et une nouvelle fois, il a été contrarié par une chute à 50 mètres de la ligne d’arrivée. Liepins (Wallonie-Bruxelles) s’est retrouvé à terre et du côté choisi par Bram Welten qui était dans le sillage de Laporte (Laporte). Le vainqueur, Pelucchi (Androni-Sidermec) était de l’autre côté ! Au mieux, Bram pouvait faire quatrième ou cinquième d’un sprint régulier. Dans le contre la montre de l’après-midi qui faisait appel aux spécialistes, il n’y a pas eu photo. Laporte a surclassé tout le monde. Pour notre part, nous sommes à notre place. Thibault Guernalec manque encore de puissance à ce niveau et prend la douzième place. Il a fait une course linéaire, il ne voulait pas s’écrouler dans le final. C’est sa première saison professionnelle, il n’a pas fait de Grand Tour, il lui faut encore une année, continuer de travailler. Pour résumer, il lui manque une dent mais il a bien évidemment un gros potentiel. Demain c’est la dernière étape avec un circuit dans Poitiers et une côte dont le sommet se situe à 1,2 kilomètres de l’arrivée. »