Kévin Ledanois : « Un circuit sur le papier favorable aux routiers »

Tronquée par la situation sanitaire en France, la saison de cyclo-cross sera tout de même agrémentée de « la course de l’année », à savoir :  le Championnat de France, lequel se déroulera, demain, dans l’un des «temples » de la discipline :  à Pontchâteau, sur les terres de Jean-Yves Plaisance. Événement qui toutefois se courra à huis-clos.

Sébastien Hinault

” Peu de repères”

« Ce sera l’inconnue, forcément, Clément Russo et Kévin Ledanois disposeront de peu de repères. Nous possédons néanmoins une culture cyclo-cross au sein de l’équipe Arkéa-Samsic, avec des coureurs tels que Clément et Kévin qui apprécient la discipline. Le Championnat de France compte pour nous. Il s’agit de la première course cycliste de l’année, raison pour laquelle nous serons présents, dimanche, sur le circuit de Coët Roz. Nous allons essayer de viser le podium, même si nous savons que ce sera compliqué par rapport aux coureurs qui ont eu la possibilité de courir des courses en Belgique en guise de préparation. Le parcours de Pont-Château favorise souvent les routiers. Il est physique, cela peut-être un atout supplémentaire en faveur de Clément et de Kévin »

Clément Russo

« Cela reste une course d’un jour »

« Le cyclo-cross reste ma discipline de cœur même si j’ai effectué peu d’entraînements spécifiques cette année. Je souhaitais néanmoins être au départ du Championnat de France afin de représenter les couleurs de l’équipe Arkéa-Samsic, mais aussi par respect envers les organisateurs, lesquels oeuvrent d’arrache-pied afin de nous proposer une compétition, malgré la situation sanitaire que l’on connaît. Je pense être dans une bonne condition physique. Je n’ai pas un objectif précis, car je dispose de peu de repères cette saison. Un championnat de France reste toutefois une course d’un jour avec tout ce que cela peut comporter. Des surprises ne sont jamais à exclure surtout cette année avec très peu d’épreuves programmées au cours de l’hiver en France, mis à part pour les coureurs qui ont effectué une partie du calendrier hors de nos frontières ».

Kévin Ledanois

« Par reconnaissance envers Jean-Yves Plaisance »

« Ce championnat de France de cyclo-cross 2021 sera forcément particulier, avec des inconnues pour moi comme pour la plupart des coureurs. Je ne nourris pas d’ambitions particulières cette saison, dans la mesure, où Pontchâteau sera mon seul et unique cyclo-cross de l’année. Je dispute ce Championnat de France parce qu’il est proche de mon domicile, mais également par reconnaissance envers les organisateurs, et notamment Jean-Yves Plaisance qui s’est battu pour sa course, et le cyclo-cross, une fois encore. Mon objectif principal sera de prendre du plaisir demain. J’apprécie le parcours de Coët Roz, car il est sur le papier favorable aux routiers. On verra bien de toute manière le moment venu ».

Arkéa-Samsic

Emmanuel Hubert : « Paris-Nice, épreuve qui nous tient à cœur »

Le parcours de Paris-Nice 2021 – Copyright ASO

L’équipe Arkéa-Samsic a été invitée par ASO pour disputer la 79eme édition de Paris-Nice, qui aura lieu du 7 au 13 mars 2021

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

« Le 1er grand rendez-vous de l’année »

« Paris-Nice sonnera plus que jamais les trois grands coups de la saison 2021 en World-Tour. ASO, société organisatrice de cette épreuve nous fait une fois de plus l’honneur de nous inviter sur sa course. Je tiens à le remercier. Nous nourrirons bien évidemment des ambitions sur cette 79ème e édition de Paris-Nice, compétition qui nous a tant réussie l’an passé avec un succès au sommet de la Colmiane, le tout premier de notre équipe en World-Tour. Le sport, et le cyclisme, apportent un éclat de bonheur aux gens en cette période difficile. Nous serons ravis, nous équipe Arkéa-Samsic, si à notre niveau nous pouvons donner à nos fans et à tous les passionnés de sport un peu de baume au cœur à l’occasion de l’édition 2021 de la « course au soleil » ».

Yvon Caer

Directeur-Sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« Le parcours de belles opportunités »

« Le parcours de cette 79ème édition de Paris-Nice est équilibré avec des chances offertes aux sprinters, aux grimpeurs et puncheurs, sans oublier ce contre-la-montre court, programmé en tout début de course. L’étape dans le Beaujolais peut rapidement éclairer le classement général, dès le milieu de semaine. Paris-Nice 2021 est un objectif de l’équipe : le premier grand rendez-vous de notre saison 2021. Warren Barguil apprécie beaucoup cette course, et le parcours proposé peut lui donner de nombreuses occasions de s’exprimer. L’ossature complète de l’équipe Arkéa-Samsic engagée sera définie dans les semaines à venir. Nous pensons également aux organisateurs en amont de Paris-Nice. Nous tenons à les saluer et à, les soutenir eux aussi, afin qu’ils puissent également mettre sur pied  leurs épreuves dans de bonnes dispositions ».

Warren Barguil

La décla

“Des étapes promises au vent”

« Nous figurons parmi les équipes invitées pour la 70ème édition de Paris-Nice, et c’est appréciable, dans la mesure où cette compétition est importante dans la construction d’une saison. J’ai envie de briller sur cette épreuve, sur laquelle je me suis déjà classé parmi les 10ers du général par le passé. Le parcours 2021 est un grand classique, avec comme ingrédient dans le Nord : le vent, ce qui donne toujours des étapes mouvementées. Il y aura aussi ce chrono en début de course, puis une belle étape dans le Beaujolais, et le traditionnel final escarpé durant trois jours dans la région de Nice. Ce parcours est beau et inspirant pour moi ». 

Le chiffre

1

Paris-Nice restera une épreuve marquante pour l’équipe Arkéa-Samsic, puisque l’an passé sur la dernière étape de cette épreuve jugée au sommet de la Colmiane, Nairo Quintana s’était imposé et avait offert à notre équipe son tout premier succès de niveau World-Tour.

L’info

Depuis 2014 notre équipe est invitée sur Paris-Nice.


Arkéa-Samsic

Miguel Flórez : « Fier et honoré de faire partie du projet Arkéa-Samsic »

Lauréat d’une étape du Tour de San Juan l’an passé, le jeune Colombien Miguel Florez rejoint l’équipe Arkéa-Samsic pour les saisons 2021 et 2022

Miguel Flórez

« Je suis fier et honoré de faire partie du projet Arkéa-Samsic. D’intégrer cette équipe, composée de grands coureurs, susceptible de faire de grandes choses au cours de la saison 2021. Elle est de surcroît composée de grands coureur. Mon objectif sera d’aider mes leaders de la meilleure des façons. J’aurais aussi peut-être des opportunités pour jouer ma carte personnelle lors d’épreuves au profil montagneux ce qui, je l’espère, permettra de contribuer aux bons résultats de l’équipe ».

Yvon Ledanois, Directeur-Sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« Miguel Flòrez est un jeune coureur en devenir. Il vient rejoindre notre pépinière de jeunes talents. Notre objectif avec lui comme tous ceux qui, au sein de l’équipe appartiennent à cette catégorie, sera de l’accompagner vers le plus haut-niveau de manière crescendo. Miguel possède en outre déjà une belle expérience du monde professionnel puisqu’à 24 ans, il compte déjà trois saisons au sein de ce peloton, dont une participation au Tour d’Italie 2019 (72e), et notamment un succès sur les routes du Tour de San Juan l’an passé. Miguel vient renforcer notre groupe grimpeur ».

Arkéa-Samsic

Anthony Delaplace : « Nous avons travaillé pour Nairo »

La première étape du Tour de l’Ain s’est soldée par un sprint à Ceyzieriat, Nairo Quintana se classe 23e de cette étape

 

Anthony Delaplace

« Placer Nairo au pied de la dernière bosse »

« Notre mission était de protéger Nairo sur les 140 kilomètres de cette première étape du Tour de l’Ain qui s’achevait par une petite bosse empruntant des chemins étroits pour y parvenir, il fallait que nous le placions bien au pied afin qu’il ne prenne pas de cassure. C’est le travail qu’il nous avait demandé afin qu’il soit au contact des meilleurs dans le final. La lutte a été âpre car nombre d’équipes voulaient faire de même avec leurs leaders mais nous sommes parvenus à nos fins. Nairo prend la 23e place de cette première étape marquée par une grosse chaleur »

 

 

Yvon Ledanois, Directeur-Sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« Les gars ont super bien travaillés »

« La première étape de cette édition 2020 du Tour de l’Ain  était pour sprinteur a priori, mais compte tenu du final difficile, on se doutait pour notre part que ce ne serait pas cette catégorie de coureurs qui se mettrait en avant, forcément. L’objectif était de placer Nairo à 4 km de l’arrivée afin qu’il termine au sein du premier peloton. Le plan a été respecté à la lettre par mes coureurs, et je les en félicite. Nous débutons la montagne demain avec une étape piégeuse, et plus difficile qu’elle peut y paraître comme cela de prime abord. Nous allons voir les forces en présence, même si aujourd’hui nous avons déjà vu en action deux grosse formations, avec Lotto-Jumbo et Ineos »

 

Arkéa-Samsic

Nairo Quintana «Me alegro de haber retomado»

Photos Elen Rius-Arkéa Samsic

«Qué alegría de haber reanudado la competición. He podido hacer esfuerzos en carrera, en una prueba difícil con dos subidas del Mont Ventoux y un fuerte calor. He luchado, mi equipo también. Quiero agradecer los esfuerzos de mis compañeros de equipo en mi favor. Tampoco hay que olvidar que nos quedamos casi cinco meses sin correr y que, por mi parte, me quedé diez días sin entrenar me tras mi accidente de tráfico, en Colombia al principios de julio. Todavía me falta ritmo, pero esto vendrá en las próximas semanas y en la secuencia de las próximas carreras. Estoy muy contento de haber encontrado lo que más me gusta: la competición»

 

 

Arkéa-Samsic

Nairo Quintana: ” Dos carreras muy importantes “

Photos Elen Rius- Arkéa Samsic

Me siento bien antes de las primeras carreras de inicio de temporada, el Ventoux, el Tour de l’Ain, es una incognita  por no haber corrido desde Paris-Nizza, esperamos poder tener una buena forma par disputar estes carreras que son importantes para nosostros y el équipo Arkéa-Samsic. El Puerto del Gran Colombier en el Tour de l’Ain es un puerto muy dificil y duro – como el puerto de la Loze en el proximo Tour de France, pero si tenemos una buena condicion, espero aprovechar y disfrutar de estos dias que vienen

 

Arkéa-Samsic

 

Nairo Quintana : « Ventoux et Tour de l’Ain, deux courses importantes »

Photos Elen Rius- Arkéa Samsic

Nairo Quintana effectuera sa rentrée demain sur les routes du Mont Ventoux, et enchaînera dans la foulée avec le Tour de l’Ain.

 

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

Nairo Quintana, son frère Dayer et Winner donneront leurs tout premiers coups de pédale sur les pentes du Mont Ventoux, à l’occasion du Dénivelé Challenge, épreuve qui porte bien son nom puisque ce col surnommé le “Mont Chauve” sera escaladé à deux reprises à l’occasion de cette compétition. La concurrence sera forte, à l’identique sur le Tour de l’Ain avec des grosses formations qui seront sans doute dans leurs compositions Tour de France. Notre leader a été renversé par une voiture voici quelques semaines à l’entraînement, et nous attendrons de voir sur le terrain comment il est. Une chose est certaine ces deux épreuves seront deux belles répétitions avant le Critérium du Dauphiné et le Tour de France“.

Nairo Quintana

« J’espère avoir une bonne condition »

« Je me sens bien à l’approche demain du Challenge Dénivelé Mont Ventoux, et du Tour de l’Ain que je vais disputer dans la foulée. Ce seront mes deux courses de reprises depuis l’arrêt de la saison au soir de l’étape de la Colmiane sur Paris-Nice. J’espère avoir une bonne condition sur ces deux épreuves qui sont importantes pour l’équipe Arkéa-Samsic , et également pour moi. J’ai reconnu voici quelques jours quelques étapes du Tour dans les Alpes, dont le col inédit de la Loze. Il s’agit d’une montée qui est très très dure. C’est exactement la même chose pour celui du Grand Colombier que nous escaladerons à l’occasion du prochain Tour de l’Ain. J’espère vraiment être dans une bonne condition afin de pouvoir profiter de ces pentes raides, tout en prenant du plaisir à l’occasion de ces prochains jours qui vont se présenter à nous entre le Dénivelé Challenge Mont Ventoux et le Tour de l’Ain »

 

Yvon Ledanois, Directeur-Sportif Arkéa-Samsic

« Une grosse adversité”

« Nairo va reprendre sa saison sur deux épreuves difficiles, je serai même amené à dire très difficiles. Nous ne savons pas encore où il en est après plusieurs semaines sans courir, et l’accident de circulation qu’il a subi en Colombie voici quelques semaines. Nous avons reconnu certaines étapes du Tour de France cette semaine dans les Alpes, et la fatigue s’est installée aussi. Nous venons sur le Mont Ventoux et le Tour de l’Ain avec des ambitions, mais nous savons aussi que la concurrence est animée des mêmes intentions que nous. Nous verrons donc au cours de ces deux épreuves comment réagissent Nairo et ses coéquipiers, avec en prime la canicule qui s’est installée voici quelques jours sur la France. Il est en tout cas certain que le Tour de l’Ain avec l’ascension du Grand Colombier sera une belle reconnaissance en course de la prochaine étape du Tour de France en ces lieux ».

Notre équipe pour le Mont Ventoux dénivelé Challenge

 

Nairo Quintana, Dayer Quintana, Winner Anacona (Colombie), Diego Rosa (Italie), Lukasz Owsian (Pologne), Thibault Guernalec, Alan Riou

 

Arkéa-Samsic

 

Cinq Prolongations de contrats

 

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

« Avec la direction sportive de l’équipe, nous avons pris la décision de prolonger d’un an les contrats de Maxime Bouet, Anthony Delaplace, Romain Hardy, Laurent Pichon et Alan Riou ».

Maxime Bouet

« Maxime est l’un des cadres de l’équipe, c’est aussi et surtout un excellent équipier capable de se donner à 100% pour ses leaders. Sa bonne humeur constante est également importante et rejaillit sur l’ensemble du groupe »

Anthony Delaplace

« Valeureux, fidèle, jamais calculateur, Anthony peut effectuer le tempo en tête de peloton afin de réduire un écart, c’est également un attaquant au long cours qui devrait un jour trouver l’ouverture lui permettant de signer le beau succès qu’il mérite tant »

Romain Hardy

« Discret, mais efficace, Romain sait gagner lorsqu’il est position de le faire. Coureur complet, il grimpe, va vite en petit comité et capable de se fondre au profit du collectif lorsqu’il le faut »

Laurent Pichon

« Homme de confiance de Nacer Bouhanni, Laurent joue un rôle prédominant auprès de notre sprinter, tant au quotidien hors course que lors des compétitions en se montrant d’une efficacité remarquable aux abords de la ligne d’arrivée pour organiser le sprint »

Alan Riou

« Alan est un jeune coureur qui progresse saison après saison. Il ne fait pas de bruit, mais son sérieux est loué de tous. Ses progrès ont été mesurés en début d’année, puis récemment sur les routes d’Occitanie à l’occasion de la reprise de la saison »

 

Arkéa-Samsic

Yvon Caër : « Nous tenons à rester modestes »

Emmanuel Hubert, Manager Général

“La grande histoire du cyclisme”

« Milan-San-Remo incarne la grande histoire du sport cycliste, c’est une belle course avec un vrai parfum de suspens. La Primavera fait rêver les coureurs et peut sourire tout autant aux sprinteurs ou coureurs de classiques. Cette épreuve chère aux Italiens, se joue souvent au placement dans le «money-time », à l’approche des derniers capi : Cipressa, Poggio, difficultés qui prennent de la hauteur au fil des nombreux kilomètres parcourus ».   

Photo Bettini

Nacer Bouhanni

« Un monument »

« Milan San Remo est une belle course du calendrier World-Tour, elle appartient comme le disent les spécialistes du cyclisme, aux monuments de notre sport. Son charme c’est son côté incertain chaque année. Les scénarii d’arrivée ne sont en effet jamais les mêmes d’une édition sur l’autre. C’est une classique qui génère aussi toujours une forme de suspens. L’équipe Arkéa-Samsic a mis tous les atouts de notre côté afin que l’on aborde cette première grande classique de la saison dans les meilleures conditions possibles, puisque nous sommes allés reconnaître les capi voici quelques semaines, notamment la Cipressa et le Poggio, mais aussi les descentes de ces deux difficultés. J’aime cette épreuve, son parfum, c’est une course qui convient aux sprinters. J’ai pour ma part déjà réalisé trois tops dix sur cette classique au parfum si particulier ».

 

Warren Barguil

« Ce n’est que partie remise »

« La réduction du nombre de participants au départ de Milan-San-Remo, plus le souhait de refaire un peu de jus avant le Dauphiné, les Championnats de France et le Tour de France, ont fait qu’avec la direction sportive de l’équipe, nous avons pris la décision que je ne m’aligne pas cette année au départ de la Primavera. Mon ambition dans le futur de disputer cette épreuve reste intacte, et mon envie  d’y briller mais aussi d’aider Nacer à s’illustrer sur cette course et d’autres restent entières ».

 

 

Yvon Caër

« C’est Milan-San-Remo, une course à nulle autre pareille »

« Nous venons sur Milan-San-Remo en nous préparant au mieux, mais aussi avec humilité. Il s’agit bien évidemment d’une classique que notre sprinter Nacer Bouhanni apprécie, maintenant les conditions de course cette année vont être particulières compte tenu du fait que cette compétition interviendra après peu de courses disputées. Le niveau sera également élevé avec toutes les grosses formations World-Tour au départ, qui aligneront soient leurs meilleurs sprinteurs, elles aussi, soient leurs meilleurs coureurs de classiques.

Nous allons, nous Arkéa-Samsic, mettre tous les atouts de notre, toute l’équipe se mobilisera autour de Nacer Bouhanni afin qu’il puisse performer. Nous découvrons le World-Tour, et nous continuons d’apprendre à ce niveau, néanmoins, on l’a vu sur les Strade Bianche nous disposons de leaders capables de performer sur ces épreuves que ce soit Diego Rosa qui termine 10e à Sienne, ou que ce soit Nacer sur Milan-San-Remo. Nous avons également pris la décision de ne pas engager cette année Warren Barguil sur cette classique qui est passée récemment de 7 à 6 participants afin de lui éviter de gros transferts après la Route d’Occitanie. Le choix a été de privilégier pour lui une plage de récupération plus longue dans la perspective du Dauphiné, des Championnats de France et du Tour de France»

 

Arkéa-Samsic

 

Les coureurs

 

Nacer Bouhanni, Thomas Boudat, Dan McLay (Grande-Bretagne), Laurent Pichon, Clément Russo, Florian Vachon

 

 

Directeurs-sportifs

Sébastien Hinault, Yvon Caër

Guillaume Letanneur : « Mon projet: participer à la construction et la mise en oeuvre d’une stratégie gagnante et pérenne, pour l’équipe Arkéa-Samsic »


Portrait du Directeur Général de l’équipe Arkéa-Samsic, Guillaume Letanneur.

Ancien sociétaire du Stade Rennais, ayant évolué au sein de ce club en jeunes catégories pendant plusieurs années, Guillaume Letanneur, directeur général de l’équipe Arkéa-Samsic, a eu l’occasion de croiser sur le terrain, des joueurs de la trempe de Mickaël Sylvestre. Il a stoppé ce sport à l’orée de l’adolescence, afin de se consacrer à ses études, qui se sont achevées par l’obtention d’un DESS Certificat d’Aptitude à l’Administration des Entreprises.

 

Mais néanmoins le sport est toujours resté un moteur pour Guillaume Letanneur.

 

« J’ai toujours eu de l’appétence pour le sport.  Le cyclisme je ne le suivais qu’au travers du Tour de France et cette passion pour cette course entrenue par mon papa», déclare-t-il en préambule.

 

« J’ai travaillé dans un premier temps en entreprise, ajoute-t-il encore. Mon but néanmoins a toujours été de diriger une équipe professionnelle sportive. Au départ, mes ambitions se portaient vers le secteur du football », mais l’objectif était ambitieux à atteindre pour un jeune diplômé même passionné de sport.

 

Le parcours professionnel de Guillaume Letanneur a alors débuté au sein d’une enseigne de sport renommée de la grande distribution, en tant que manager. Puis Guillaume rejoindra l’enseigne super sport en tant que Directeur de Région.

 

Guillaume marquera ensuite une pause avec le secteur du sport afin de rejoindre pendant plusieurs années, une holding financière propriétaire de plusieurs magasins système U. “J’ai géré pendant sept années les ressources humaines et comptables de cette holding sur un poste de Directeur Administratif et Financier », pour les enseignes U, employant 250 salariés.

 

Mon changement professionnel s’est opéré suite au rachat de cette holding. Mon but était à l’époque que l’on demeure autonome dans la gestion du groupe, mais lorsque ces trois commerces ont été vendus, les personnes qui les ont rachetés ont souhaité tout externalisé, sans plus avoir de contact avec leurs salariés », explique Guillaume Letanneur.

 

C’est à cette période que ce Breton pur souche a été recruté au sein de l’équipe Arkéa-Samsic, au sein de laquelle il est désormais salarié depuis mars 2017.

 

« Après différents échanges avec une consultante d’un cabinet de recrutement, mon interlocutrice m’a dit, on souhaite vous embaucher, mais pas par rapport à la fiche de poste initiale. Nous voulons en fait vous proposer une autre fiche de mission. Cela m’a intéressé, bien évidemment, et par la suite, j’ai rencontré Emmanuel Hubert, le Manager Général de l’équipe, et Président de la SAS Pro Cycling Breizh afin de faire des entretiens avec lui. Son discours m’a tout de suite plu et motivé ».

 

C’était il y a trois ans et demi, « La mission qui m’a été confiée, mentionne Guillaume, a été très claire dès le départ: structurer l’équipe sur le plan de son fonctionnement pour évoluer de plus en plus vers le modèle d’une entreprise et professionnaliser la structure afin de poursuivre l’évolution que l’équipe avait entreprise. Le projet me passionnait, la seule question que je me suis posée, concernait la durée des contrats avec les sponsors. Étant donné que les contrats de partenariat sont courts, il peut être difficile d’inscrire son action dans la durée. Mais une fois que j’ai validé ceci, en concertation avec ma famille, j’ai foncé», avec ce crédo que Guillaume Letanneur applique à chacune de ses prises de décisions.

 

« Mon projet est de construire une stratégie pour l’équipe, en fonction de nos objectifs puis de la faire appliquer, une fois qu’Emmanuel et moi sommes en accord sur celle-ci. L’une de mes missions principales a donc été de structurer l’équipe afin de lui permettre de grandir sportivement, en accompagnant et en cadrant les actions des uns et des autres dans un objectif ambitieux de réussite commune. ».

 

Aujourd’hui, l’œil cycliste de Guillaume Letanneur est bien évidemment beaucoup plus avisé, et son champ de connaissances dépasse les frontières du Tour de France.

 

« Je pense avoir été recruté en partie pour ma méconnaissance du milieu cycliste, afin de stabiliser les pôles ressources humaines, administratifs, et comptabilité, sans être influencé par les protagonistes de ce milieu, mais il était aussi de mon devoir en qualité de dirigeant de me former au fil du temps à la connaissance de ce sport. Mon amour du sport m’a permis d’apprendre le «cyclisme», tout en gardant toujours un certain recul par rapport à la notoriété des coureurs. J’aime aujourd’hui la passion des acteurs du cyclisme, j’apprécie aussi de travailler dans le monde du sport professionnel, mais je pense qu’il faut aussi toujours garder les pieds sur terre, même si on a parfois quelques étoiles dans les yeux. On se doit de continuer à gérer l’équipe comme une entreprise pour la pérennité de la structure et de ses membres qui la font vivre au quotidien ».

 

Il va plus loin avec son « amour » désormais du cyclisme, et ajoute, « la récompense de notre travail, cela a été notamment les Championnats de France 2019, gagnés par Warren Barguil. Nous nous sommes attachés en amont à mettre de la rigueur au sein de toutes les corporations qui fédèrent notre équipe. Nos choix stratégiques, notamment dans le recrutement précis de chaque collaborateur (staff et coureur), ont fait que nous avons obtenu la récompense de tous nos efforts via la victoire de Warren. Cela a été une forme de consécration, la mise en œuvre concrète et sur le terrain des règles que nous avons su faire appliquer à toutes et tous, peu importe le statut de la personne au sein du groupe. Je prends toujours des décisions dans l’intérêt collectif. Notre organisation désormais rassure également nos partenaires qui mesurent l’évolution de notre équipe notamment au travers de l’adjonction de nouvelles compétences dans le domaine du Marketing par exemple, mais aussi dans un bon nombre d’autres corporations au sein de l’équipe Arkéa-Samsic. »

 

De profane, Guillaume est aussi devenu acteur sur le vélo, à son niveau. « Je roule parfois avec les partenaires de l’équipe, ou bien ceux du Klub Keveler. Ce sont des moments importants mais également riches en partage d’efforts, d’instants sportifs. Aujourd’hui, je fais au moins une sortie par semaine en vélo, avec des amis ou très souvent avec mon voisin fan de ce sport ».  Le cyclisme, cette passion qui est devenue celle de Guillaume Letanneur.

 

Arkéa-Samsic

Sébastien Hinault : « Craft est constamment dans la recherche et l’innovation »

Sébastien. Hinault et Maxime Bouet évoquent notre partenaire sportswear Craft

 

Sébastien Hinault, directeur sportif de l’équipe Arkéa-Samsic

« Craft est une marque premium dans l’univers du sport, laquelle bénéficie d’une très belle image de marque auprès des sportifs. Les vêtements sont de qualité tant au niveau du choix des matériaux utilisés pour les confectionner que du confort apporté à toute la gamme sportswear pour l’avant et l’après sport que nous utilisons au sein de l’équipe Arkéa-Samsic.

Bénéficier d’un partenariat avec Craft est valorisant car cette marque de vêtements est toujours dans la recherche et l’innovation. Un sportswear bien porté par nos coureurs est une valorisation pour la marque Craft, mais aussi pour nous dans la mesure où nos coureurs sont très satisfaits des produits proposés par Craft en sportswear »

 

 

 

 

Maxime Bouet: 

« J’ai toujours prêté attention aux vêtements que je porte, et à l’image que je renvoie en qualité de coureur cycliste professionnel, donc forcément être équipé par une belle marque de vêtements comme Craft me plait. Nous possédons grâce à cet équipementier un large choix de vêtements, en fonction des circonstances dans lesquelles nous allons nous trouver:  météo du jour, saison,  été, hiver ou printemps. J’attache beaucoup d’attention au style vestimentaire, et Craft nous permet de porter de beaux vêtements. Beaucoup de personnes même chez moi, à la maison, ou alors lorsque je me rends en course, me font remarquer que nos vêtements sportswear sont beaux»

 

Arkéa-Samsic

César Bihel : « Un métier de contact autant avec les partenaires que les coureurs »

Portrait de César Bihel, responsable des partenariats au sein de l’équipe Arkéa-Samsic.

 

Suite à plusieurs déconvenues sur le plan sportif, un ami du père de César Bihel, lui glisse un jour ce conseil. « Il parait que tu n’aimes pas perdre, m’a-t-il dit, en prime, tu possèdes le gabarit pour pratiquer le cyclisme, et enfin, ton papa pratiquait ce sport avec plutôt de la réussite, alors… ».

Cette idée du cyclisme, petit à petit a fait du chemin dans l’esprit de César, qui, pour son cadeau de communion demanda « de l’argent pour s’acheter (justement) un vélo de course ». Son histoire commençait à s’écrire. Après avoir pratiqué l’équitation, le football, le moto-cross, le cyclisme allait devenir le sport qui allait nourrir sa vie, dans tous les sens du terme. Sociétaire de l’UC Bricquebec, César a ensuite porté les couleurs de l’USSA Pavilly-Baretin, avant d’intégrer le CM Aubervilliers 93,  puis il fit un petit crochet  aux Côtes d’Armor, pour passer, enfin, pro au Luxembourg,  avant de signer pour deux saisons au sein de l’équipe professionnelle dirigée par Stéphane Javalet, à Auber.

« J’ai terminé ma carrière dans les rangs amateurs au sein du Team Pays de Dinan, en qualité de capitaine de route ». César a mis fin à celle-ci  à l’âge de 29 ans. Par choix personnel. Personne ne lui a dicté le mot de la fin avec son activité de cycliste.  « Je voulais reprendre dans un premier temps un supermarché mais cela ne s’est pas fait, puis,  j’ai repris un concept de lorsque  j’étais coureur. J’ai toujours eu à mes côtés un club de partenaires de ma première saison pro jusqu’à ma dernière chez les amateurs. J’ai retranscrit ce que j’avais toujours fait pour moi en plus gros, en créant, un Klub de partenaires au sein de l’équipe Arkéa-Samsic d’Emmanuel Hubert ».

De responsable Klub partenaires, devenu par la suite Klub Keveler, César Bihel a été nommé ensuite responsable des partenariats au sein de l’équipe Arkéa-Samsic. « Je travaille en étroite collaboration avec les partenaires titres, ceux techniques qui nous équipent : vélos, textiles course, sportswear, produits de massages, équipements périphériques du vélo, casques, etc… C’est le poste qui m’intéressait au sein d’une formation cycliste professionnelle, car c’est un métier de contact autant avec les entreprises qu’avec les cyclistes qui composent une formation cycliste professionnelle».

 

Arkéa-Samsic

 

Emmanuel Hubert : « Nous irons à Grand-Champ avec des ambitions »

La LNC et la FFC ont reçu l’autorisation de la préfecture pour la tenue des Championnats de France sur route 2020, à Grand-Champ (21 au 23 août), ainsi que pour le Grand-Plouay et les Championnats d’Europe, compétitions qui auront toutes lieu dans le Morbihan au mois d’août prochain.

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

« Je me suis toujours positionné en faveur de l’organisation d’un championnat de France en 2020. L’esprit fair-play anime notre équipe, et nous viendrons disputer l’édition 2020 à Grand-Champ avec forcément des ambitions. Je pense aussi, évidemment à Warren Barguil, qui porte ce maillot depuis sa victoire le 30 juin 2019 à la Haie-Fouassiere. Warren aura forcément connu un bail très court avec le maillot de champion de France, surtout en cette première partie de saison 2020 avec la situation sanitaire que nous avons connue. »

 

 

Warren Barguil, Champion de France sur route 2020

« Je l’ai toujours dit que : le maillot de Champion de France devait être porté, les couleurs de notre pays méritent d’être vues en course. Je vis dans le Morbihan et je suis heureux que la course soit organisée à Grand-Champ. Je connais ce territoire qui est une terre de cyclisme, et a déjà accueilli dans un passé récent un grand nombre d’événements majeurs de notre sport. Une chose est acquise, nous mettrons tout en œuvre le 23 août prochain avec l’équipe Arkea-Samsic pour que le maillot de Champion de France reste au sein de l’équipe Arkea-Samsic, pour ma part, je serai motivé au départ des Championnats de France 2020 à Grand-Champ comme je le suis chaque année au départ de cette course si particulière  »



Arkea-Samsic

Nairo Quintana a été serré par une voiture qui l’a fait chuter

Dans la matinée de ce vendredi 3 juillet , lors de son entraînement quotidien sur la route de Tunja a Motavita au km 7,8 près de l’Alto del Solte, Nairo Quintana a été victime d’un accident. Les circonstances furent les suivantes : le véhicule qui suivait les deux cyclistes d’Arkéa Samsic était 20 m derrière Dayer y Nairo . Un véhicule est arrivé derrière le groupe et a doublé la voiture accompagnant les coureurs, puis ce véhicule s’est serré près des coureurs en faisant chuter Nairo qui s’est blessé au genou et au coude droits. Le véhicule a tenté de s’échapper mais la voiture qui suivait les coureurs l’a poursuivie et le véhicule fautif s’est finalement arrêté. Peu de temps après la Police Nationale est arrivée  sur les lieux pour accompagner Nairo et son équipe.
Nairo Quintana veut profiter de ce lamentable événement pour faire réfléchir tous les acteurs de la route . La route appartient à tous et le respect de la vie de tous doit être la priorité. Aujourd’hui ce fut un accident sans de trop grandes conséquences , mais demain il peut y avoir des conséquences beaucoup plus graves.
Dans les prochaines heures , Nairo sera examiné par son médecin personnel pour écarter d’ éventuelles lésions sérieuses. Nous remercions toutes les personnes qui se préoccupent de la santé de Nairo et nous communiquerons les résultats de l’évaluation médicale dès que possible.

 

En la mañana de este viernes 3 de julio, cumpliendo con su entrenamiento diario y en la vía que comunica a Tunja con Motavita, kilómetro 7,8 rumbo al Alto del Sote, Nairo Quintana se vio comprometido en un accidente. Las circunstancias del el hecho fueron las siguientes: el vehículo acompañante de los dos ciclistas del Arkea Samsic viajaba a 20 metros de Dayer Quintana y Nairo Quintana. Un vehículo apareció en la vía, en el mismo sentido que viajaba el grupo y sobrepasó el carro acompañante, luego de esta maniobra se cerró sobre el carril en el que rodaban los ciclistas golpeando a Nairo quien cayó al suelo y se golpeó la rodilla izquierda y el codo izquierdo. El vehículo implicado en el accidente intentó escapar de la escena pero el carro acompañante emprendió la persecución, al ver esto, el otro vehículo se detuvo voluntariamente. A los pocos minutos del hecho la Policía Nacional y agentes de Tránsito hicieron presencia en el lugar para acompañar a Nairo y a su equipo.
Nairo Quintana quiere aprovechar este lamentable suceso para que todos los actores de la vía reflexionemos de lo que sucede en ella. La vía es para todos y el respeto por la vida de todas las personas debe primar en la carretera. Hoy fue él en un accidente sin mayores consecuencias, mañana puede ser cualquiera con consecuencias lamentables.
En las próximas horas Nairo será evaluado por su médico personal para descartar lesiones serias. Agradecemos a todos por la preocupación y comunicaremos los resultados de la evaluación médica.

Thomas Boudat : « La résidence l’Argalyde, le top pour les cyclistes »

Nos coureurs en stage dans les Pyrénées sont logés au sein de la résidence https://largalyde.com ou tout a été pensé pour le bien-être des sportifs, et plus particulièrement des cyclistes.

 

 

Damien Costa, directeur de l’Argalyde (résidence 5 étoiles Pyrénées)

« Nous sommes devenus partenaires de l’équipe Arkéa-Samsic car nous partageons les mêmes valeurs morales et éthiques. J’ai fait la connaissance de Antoine Chauvin, responsable du club Keveler de l’équipe Arkéa-Samsic, via les réseaux sociaux. Et notre discours est devenu très vite convergent, avec justement cette mise en exposition des valeurs que j’ai indiquées ci-dessus. J’aime aussi les partenariats qui ont un sens humain, et c’est tout à fait le cas avec celui-ci.

 

Les coureurs de l’équipe Arkéa-Samsic sont en nos murs depuis quelques heures seulement, et déjà nous sentons qu’ils se sentent bien chez nous. C’est ce que nous souhaitons pour les personnes que nous accueillons. Notre résidence est aussi axée cyclisme, puisque nous sommes à proximité des grands cols mythiques du Tour de France qui ont contribué à écrire l’histoire de cette épreuve qui est la plus grande que compte le sport cycliste, tels que : le Tourmalet, le Soulor, l’Aubisque, Aspin. Nous disposons également au sein de notre établissement un espace vélo, d’un spa, piscine avec eau à contre-courant, jacuzzi.

 

Nous sommes en capacité d’accueillir des sportifs de haut-niveau, mais également des cyclistes lambdas qui veulent concilier tourisme et sport, avec la possibilité d’aller faire très vite des kilomètres en montagne. »

 

Thomas Boudat

« Le domaine est sympa, il est en plus, atout important, très facile d’accès depuis l’autoroute. Tout a été refait à neuf, l’accueil se fait entre sportifs car eux aussi ont cet état d’esprit. On se comprend donc facilement par rapport aux besoins que l’on peut avoir. Je pense que je vais y revenir, car au bout de dix kilomètres on est au pied des cols, et si on veut rouler sur du plat, on prend la direction de Lourdes.

 

 

Tout est pensé pour le cycliste, on peut louer des appartements pour plusieurs, ou individuels. Il y a également des garages à vélo avec un casier dédié. Les randonneurs sont aussi servis, c’est vraiment un très beau domaine qui offre un choix multiple aux personnes qui viennent y séjourner. »

 

Arkéa-Samsic

Florian Vachon : « J’aime les œuvres de Banksy »

Vainqueur du Grand Prix de Lillers en début de saison, Florian Vachon, capitaine de route de notre équipe, a répondu à notre interview. Voici ses réponses

 

Votre principal trait de caractère ?

« Ça commence fort ! Je dirais humaniste »

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?

« Leur confiance »

Votre principal défaut ?

« Le manque de confiance »

Votre occupation préférée ?

« Passer du temps avec ma fille »

Votre rêve de bonheur ?

« L’hédonisme pour tous »

Ce que vous voudriez être ?

« Écrivain, ou même journaliste d’investigation et travailler sur des sujets de société d’ordre général »

Votre couleur préférée ?

« Le bleu »

Votre moment favori de la journée ?

« La nuit car tous les chats sont gris »

Votre animal préféré ?

« Je n’ai pas la fibre animale »

Votre héros ou héroïne qui vous inspire ?

« Banksy m’inspire. Je ne suis pas un grand passionné de street-art, mais j’adore le message qu’il fait passer, un peu comme le chanteur Saez dans le domaine de la musique »

Ce que vous détestez le plus ?

« L’injustice »

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

« Avoir la connaissance universelle, le maniement et la connaissance des mots »

Les fautes qui vous inspirent de l’indulgence ?

« Celles qui sont liées à l’éducation que nous avons reçue »

Qu’est-ce qu’a engendré chez vous ce que l’on a vécu ?

« Qu’il était temps que j’arrête, que c’est le bon moment de prendre cette décision »

Qu’est-ce que vous écoutez comme musique ?

« Saez donc, mais aussi l’indémodable Renaud, FAUVE. Je regarde très peu la télévision, cela me procure aucun plaisir. Je lis en revanche principalement des essais, et en ce moment par mal d’ouvrages sur la randonnée »

Ta devise ?

« Tu es le seul maître de ta vie »

 

Arkéa-Samsic

 

Trois stages programmés

L’équipe Arkéa-Samsic sera en stage sur trois fronts différents pour préparer la deuxième partie de saison.

Emmanuel Hubert, Manager Général de l’équipe Arkéa-Samsic

« Le retour des compétitions se profile, et trois stages ont été programmés par les entraîneurs de l’équipe Arkéa-Samsic afin de préparer au mieux le retour des coureurs sur les épreuves du calendrier professionnel.

Les sprinters avec Nacer Bouhanni seront regroupés dans les Vosges. Un autre groupe ira monter des cols dans les Alpes et effectuera des reconnaissances d’étapes du Tour de France, tandis qu’une autre partie de notre effectif sera basée du côté des Pyrénées. Ce troisième groupe sera accueilli au sein de la résidence l’Argalyde, nouveau partenaire Keveler de l’équipe Arkéa-Samsic. Cette résidence dont l’activité essentielle est centrée avant tout sur le tourisme, propose aussi un accueil premium pour les groupes de cyclistes amenés à visiter la région ».

 

La Bresse, Vosges, du 24 juin au 1er juillet

Kévin Rinaldi,

Entraîneur de l’équipe Arkéa-Samsic

« Le but est de se retrouver, les coureurs et le staff sont contents de se réunir sur une même unité de lieu. C’est important sur le plan humain et collectif. On va travailler spécifiquement, avec un dynamisme de groupe, et retravailler, avec ce groupe essentiellement de sprinters,les automatismes liés à ce type de coureurs, et à la préparation des arrivées massives ».

 

Coureurs : Nacer Bouhanni, Benjamin Declercq, Donavan Grondin, Matis Louvel, Dan Mc Lay, Christophe Noppe, Laurent Pichon, Bram Welten

 

Staff : Yvon Caer, Arnaud Gérard, Jean-Jacques Menuet, Kevin Rinaldi, Delphine Deschamps, Louis Cauwelier, Françoise Deneckere, Nicolas Deshaies, Matthieu Jarosz

 

Albertville, Alpes, Itinérant pour reconnaissances étapes ‪du 25 juin au 2 juillet

Théo Ouvrard,

Responsable Pôle performance, équipe Arkéa-Samsic

« Nous allons profiter de ce stage dans les Alpes poureffectuer des reconnaissances des étapes du Tour de France qui se tiendront dans quelques semaines dans cette région. Ce regroupement marquera aussi pour les coureurs la reprise du travail en intensités en petits groupes. Ils ont recommencé à faire des intensités en amont de ce premier regroupement, mais là, l’accent sera davantage mis sur des efforts qui s’apparenteront à ceux de la compétition. Ce sera vraiment du travail spécifique course, après que les coureurs aient refait de bonnes  bases en endurance et en intensité sous-maximale. Le deuxième objectif, comme énoncé ci-dessus, sera la reconnaissance des quatre étapes alpestres lesquelles auront une grande importance en vue du classement général du Tour de France 2020 ».

 

Coureurs : Warren Barguil, Maxime Bouet , Anthony Delaplace,  Romain Hardy, Kevin Ledanois, Lukasz Owsian, Diego Rosa, Clément Russo

Staff : Yvon Ledanois, Sébastien Hinault, Théo Ouvrard, Sébastien Laroche, Gilles Garand, Benjamin Mavel, Charly Guerrier, Christian Buard

 

Ayzac- Ost, Pyrénées, ‪du 25 juin  au 2 juillet

 

Flavien Soenen, entraîneur équipe Arkéa-Samsic

« Nous avons un groupe typé puncheur sur ce stage des Pyrénées, avec des coureurs qui vont, comme dans les Vosges et les Alpes, accumuler en un laps de temps d’une petite semaine, un certain volume de kilomètres. Les coureurs ont aussi besoin, on le sent,de se retrouver ensemble, de monter des bosses, des cols. Le programme du stage dans les Pyrénées sera axé sur des efforts hautes intensités, en temps court, avec aussi de la PMA, du travail lactique, filières qui permettent de bien travailler dans les bosses les qualités des puncheurs. Certains exercices se feront aussi au seuil pour les coureurs qui possèdent plus des qualités de rouleurs ».

 

Coureurs : Thomas Boudat, Franck Bonnamour, Thibault Guernalec, Benoit Jarrier, Romain Le Roux, Alan Riou, Florian Vachon

 

Staff : Roger Tréhin, Flavien Soenen, Gwen Louvel, Serge Oger, Anthony Malenfant, Jean-François Sablé

Arkéa-Samsic

 

David Morin : « L’équipe veut aller de l’avant, et c’est motivant pour les coureurs comme pour l’ensemble du staff »

Ancien coureur, puis directeur-sportif de clubs amateurs, David Morin avait mis entre parenthèses pendant quelques années son histoire avec le cyclisme, avant d’y revenir en qualité d’assistant-sportif et chauffeur de bus.

 

David Morin a connu plusieurs métiers du cyclisme. « J’ai couru à partir de l’âge de 14 ans, dit-il, après avoir débuté dans le sport par le football. Je suis ensuite monté en première catégorie, et j’ai porté les couleurs du Vélo Sport Club de Granit ». Une fois sa carrière achevée, il est passé de l’autre côté de la barrière et a encadré des coureurs amateurs sur des compétitions. « J’ai en effet été directeur-sportif du CC Plancoët, et puis quand je suis allé en région Parisienne, j’ai été directeur-sportif d’un club de DN2, le CM Aubervilliers avec Stéphane Gaudry ». Son frère Anthony a, lui, effectué une carrière chez les professionnels. « Lorsque mon frère est passé pro, j’étais employé dans une société logistique en région Parisienne, mais lorsque mon premier enfant est né, j’ai quitté la capitale afin de revenir m’installer en Bretagne ». À partir de cet instant-là, David a changé d’orientation professionnelle. « J’ai ouvert des magasins de puériculture, vente de poussettes, sièges autos, que je tenais en compagnie de mon épouse. J’ai vendu mes magasins pour venir m’installer dans le Trégor, et j’ai pris un commerce de vêtements pour enfants, mais pour diverses raisons ce métier m’intéressait moins, et j’ai dès lors, décidé de revenir dans le monde du cyclisme. J’ai réfléchi aux professions qui pouvaient s’ouvrir à moi, celle d’assistant-sportif et conducteur de bus m’a attiré. J’ai donc appris à masser, et j’ai repassé mes permis de conduire transports en commun. Je suis revenu au monde du cyclisme, avec cette idée dans la tête. Je suis maintenant depuis deux ans chez Arkéa-Samsic, mais avant j’ai effectué quelques vacations avec d’autres équipes cyclistes professionnelles françaises. C’est un soir sur le Tour d’Espagne que Guillaume Le Tanneur, directeur général adjoint de l’équipe m’a appelé me signalant que l’équipe recherchait un chauffeur de bus, et j’ai de suite accepté sa proposition ».

« L’équipe depuis deux ans, ajoute David, ne cesse de grandir. On se rapproche de mois en mois d’une formation de niveau Wolrd-Tour, c’est d’ailleurs l’ambition déclarée de notre Manager Général, Emmanuel Hubert. Rien n’est laissé au hasard. On sent une saine pression pour que l’équipe aille de l’avant, et au niveau des autres équipes aussi, on sent qu’il existe une forme de respect. Warren avait commencé à donner ses lettres de noblesse à l’équipe, mais là avec l’arrivée de Nairo Quintana, on sent qu’un nouveau palier a été franchi. L’équipe aussi se structure, le staff se renforce sur le plan humain comme logistique. On voit que l’équipe veut aller de l’avant, et c’est motivant pour les coureurs comme pour l’ensemble du staff ».

 

 

Arkéa-Samsic

Stevenn Coadic : « Je suis admiratif de la force mentale des coureurs »

Kinésithérapeute au sein de notre équipe, Stevenn Coadic avait déjà travaillé en 2014 avec Nacer Bouhanni et Laurent Pichon. Récit

Kiné en cabinet, Stevenn Coadic « rencontre en 2011, un coureur cycliste professionnel, Julien Simon, qui venait se faire masser au sein du cabinet où je travaillais », dit Stevenn. « J’ai ensuite rencontré Jean-Jacques Menuet qui, alors, travaillait au sein d’une équipe cycliste professionnelle basée en Bretagne. Je l’ai intégrée en qualité de kinésithérapeute, et j’ai fait le Tour de France ». Cette équipe ayant par la suite cessé son activité chez les pros, Stevenn a continué à travailler dans le monde du cyclisme professionnel, mais en qualité de vacataire. « J’ai notamment travaillé avec Nacer Bouhanni et Laurent Pichon sur le Giro 2014, et sur cette édition du Tour d’Italie, Nacer avait remporté trois étapes et le maillot cyclamen, de meilleur sprinter. » Son retour en terre Bretonne s’est amorcé il y a trois saisons, avec son arrivée au sein de notre équipe. « Jean-Jacques Menuet cherchait à étoffer son équipe, notamment en nombre de kinésithérapeutes, et cela m’a permis de retrouver le cyclisme duquel je m’étais un peu éloigné, à ce moment-là ».

« L’équipe a grandi en trois ans, s’est étoffée, dit-il encore. Je suis vraiment pour ma part admiratif de la force mentale développée par les coureurs cyclistes. Ce sont de grands professionnels, pointilleux. Ils regardent le moindre détail, tout en étant toujours à l’écoute, et respectueux du staff qui les entourent. Ils ont des valeurs fortes. C’est un grand plaisir que de pouvoir les côtoyer ».

 

 

 Arkéa-Samsic

Jean-François Sablé : « Notre équipe est en constante évolution »

Mécanicien depuis cinq saisons au sein de l’équipe Arkéa-Samsic, voici le portrait de Jean-François Sablé

 

Ancien 2e catégorie, licencié pendant de nombreuses années sein du club de Laval Cyclisme 53, Jean-François Sablé, a signé sa première licence en cyclisme, à l’âge de :« 10 ans, dit-il, cela fait 21 ans que j’ai débuté le cyclisme en qualité de coureur ». Ses qualités étaient celles « d’un puncheur sur la route, j’aimais aussi faire du cyclo-cross l’hiver de manière ludique ». Titulaire d’un Bac pro commerce effectué en alternance au sein d’un magasin de cycles, Jean-François une fois ce diplôme en poche et cette expérience vente validée, a entamé une autre formation diplômante, cette fois « au sein d’un CQP Cycles à Saint-Malo, avec une spécialité mécanique cycles, là encore sur le format de l’alternance ». Une fois ce cycle achevé, notre Mayennais a débuté la profession de mécanicien, « au sein d’une équipe de DN1, Véranda Rideau, puis l’équipe est passée professionnelle ». Jean-François aussi ! « J’ai fait deux saisons avec, et ensuite, nous avons accédé au statut pro, l’équipe était en continentale, mais elle a stoppé son activité, et j’ai été recruté par Sojasun ». Il est depuis cinq ans maintenant l’un des mécaniciens de l’équipe Arkéa-Samsic. « Je débute en 2020 ma cinquième saison au sein de l’équipe, poursuit Jean-François. J’ai vu l’équipe prendre de l’envergure saison après saison, elle a grandi au niveau des coureurs recrutés avec de plus en plus de leaders, c’est la même chose d’un point de vue matériel ou infrastructure. Le service course s’est agrandi, nous avons eu de nouveaux véhicules. La tendance est à une évolution constante. C’est ce que veut impulser la direction de l’équipe, et notamment notre Manager Général, Emmanuel Hubert. On cherche aujourd’hui afin de créer un nouveau fourgon atelier, les entraîneurs sont en constante recherche afin d’améliorer le matériel et faire croître, par ce biais, également, les performances de nos coureurs. L’équipe est en perpétuelle évolution, c’est le monde du travail qui veut cela, et le monde du sport n’y échappe pas ».

 

 

Arkéa-Samsic