Nos actualités
Clément Russo: ” Nous commençons à apercevoir Paris”
Le 17 septembre 2020

La dernière étape des Alpes a été marquée du sceau de l’histoire par un passage dans les Glières, haut-lieu de la résistance. À l’arrivée, à la Roche-sur-Foron, Warren Barguil termine avec Valverde et Uran.


 


Yvon Ledanois, Directeur-Sportif de l’équipe Arkéa-Samsic


 


« L’objectif sur cette 18e étape était d’avoir un coureur au sein de l’échappée. Ce fut le cas avec Dayer Quintana. Nous aurions aimé que Warren soit devant lui aussi, mais je pense qu’il paie en cette fin de course tous les efforts qu’il a consenti depuis le début de ce Tour de France. Warren a toutefois essayé d’accompagner une offensive dans le Cormet de Roseland, mais sans succès pour lui, et le groupe qui avait initié cette attaque. Je note en tout cas qu’il a fini à la Roche-sur-Foron en compagnie de Valverde et de Uran. Signe qu’il termine fort ce Tour de France »


 


Nairo Quintana


 


« C’est encore un jour de passé en prévision de la remontée vers Paris. C’est important pour mes coéquipiers, pour l’équipe et moi-même. Ce sera un Tour de plus dans mes jambes ! Je traverse un moment difficile, mais ça va passer. Je dois l’accepter, et ensuite passer à autre chose ».


 


Connor Swift


 


« Cela a roulé encore très vite aujourd’hui, j’espérais prendre l’échappée, mais je n’y suis pas parvenu. Je pense qu’une échappée, demain, a de grandes chances de se jouer la victoire, alors pourquoi pas essayer de tenter ma chance sur cette étape. Il y aura aussi celle des Champs-Élysées dimanche, avec un sprint attendu sur laquelle nous allons essayer d’être également présents dans le final. »


 


Clément Russo


 


« L’étape est partie vite dès le 1er col, je me suis retrouvé dans le même groupe que le maillot vert. Un bon peloton s’est formé au fil des kilomètres. Je me suis senti mieux en fin d’étape que lors de son entame. C’est une bonne journée de faite encore. Nous commençons à apercevoir Paris, et c’est bon signe ».


 


Kévin Ledanois


 


« Encore une étape qui est partie vite de suite avec un gros groupe d’échappés, puis, les équipes qui n’étaient pas représentées devant, ont haussé le rythme en tête de peloton, ce qui a fait casser celui-ci. Le Cormet de Roseland a été monté très très vite, et au sommet nous n’étions plus que quarante-cinq dans le groupe maillot jaune, avec Warren, Nairo, Connor et moi, puis. Puis, cette difficulté passée, la journée a été de plus en plus éprouvante. Je savais qu’après les Saisies, il y avait un groupe juste derrière moi. Je l’ai attendu afin de ne pas créer plus de fatigue en moi que celle qui s’est installée en deux semaines et demie de course ».


 


Arkéa-Samsic