Nos actualités
Clément Russo : « Toujours bien de reconnaitre les pavés de Roubaix »
Le 8 octobre 2020

Au lendemain de la Flèche Brabançonne, Clément Russo et Benjamin Declercq ont effectué une reconnaissance de Paris-Roubaix, en compagnie de Arnaud Gérard. Récit


 


« Effectuer une reconnaissance de Paris-Roubaix, c’est toujours bien, car cela permet de se remémorer les secteurs clés de la course, de faire des tests matériels, le choix des roues, boyaux, et le gonflage à adopter. Il est important également de savoir avant la course où on va poser nos roues, se rappeler l’enchaînement des secteurs, ceux qui demandent d’être bien placés, voire où le vent peut s’avérer décisif. Nous avons commencé ce matin notre reconnaissance à partir de Troisvilles et nous avons roulé pendant quatre-vingt-dix kilomètres avec au moins quinze secteurs pavés. Nous avons même passé la Trouée d’Arenberg qui est toute verte, mais les trous sont toujours bien présents. Pratiquer le cyclo-cross et bénéficier de la technique inhérente à cette discipline, cela peut aider sur une telle classique, surtout que cette édition de Paris-Roubaix peut-être humide avec la météo qui se dégrade en ce début d’automne et venteuse cette année. Nous l’avons vu ce matin les pavés sont déjà bien humides. Et si d’aventure les agriculteurs les empruntent cela peut rendre les encore plus délicats à rouler dessus. Pourquoi ? Avec la boue qui aura été drainée par les roues des tracteurs  et déposée sur la chaussée notamment des deux côtés de celle-ci, sur la bande où il n’y a pas de pavés, cela risque d’être encore plus difficile et glissant ».


 


Arkéa-Samsic