Nos actualités
Une course déroutante, une autre annulée
Le 10 mars 2019

Loin de Paris-Nice, l’équipe Arkéa-Samsic était engagée ce dimanche dans le Grand Prix de Larciano en Italie et dans le Grand Prix Monséré en Belgique. Dans des conditions difficiles, elle a manqué de réussite dans la première tandis que le vent a contraint les organisateurs belges à annuler leur épreuve.


« Nous découvrions cette course en Toscane, explique Yvon Caër, et nous avons eu de la malchance. Kevin Ledanois et Anthony Delaplace qui marchaient bien ont été victimes de crevaisons coup sur coup à soixante kilomètres de l’arrivée. Le parcours était hyper sinueux, il pleuvait et dans ces conditions tu ne reprends pas ta place dans le peloton comme dans une grande ligne droite. Kevin a mis quinze kilomètres pour revenir, Anthony vingt-cinq kilomètres et ils avaient alors déjà brûlé pas mal de cartouches. Quand il y a une nette accélération dans le final, ils ont coincé un peu et c’est normal. Mais c’est bien frustrant aussi ! »


Une vingtaine de coureurs ont fait le break dans le dernier tour et dans l’enchaînement de deux côtes dont la difficulté, sous la pluie, était bien constituée par le versant descendant et très sinueux.


« Jérémy Maison a failli basculer avec eux, poursuit le directeur sportif d’Arkéa-Samsic. Il lui manqué cinq secondes ! Voilà, notre bilan est donc plutôt mitigé. La pluie en a refroidis aussi. Il manque un peu de condition physique à Florian Vachon qui n’a pas beaucoup couru et le parcours était trop dur pour Robert Wagner. Romain Le Roux a été distancé dans l’avant-dernière côte et Brice Feillu était tétanisé sur les freins dans les descentes. Il faut dire que c’est une course assez spéciale avec beaucoup d’équipes italiennes continentales qui se battent comme des chiffonniers. Il y a eu des chutes, des cassures et beaucoup de risques à prendre. C’était éprouvant nerveusement. »


Plus tôt dans la journée, il a donc été annoncé que le Grand Prix Monséré était annulé. Le vent tempétueux et les nécessaires précautions à prendre pour les coureurs ont contraint les organisateurs à la seule décision possible. Roger Tréhin admet qu’il n’y avait rien d’autre à faire que de renoncer.


«  La course a été annulée et je pense vraiment que la décision de l’organisateur et des commissaires est sage, dit-il. Le vent soufflait vraiment très fort. Dans un premier temps, il avait été décidé de courir seulement sur le circuit et donc de couvrir un peu plus de 100 kilomètres. Ensuite, les commissaires ont jugé que c’était bien trop dangereux. En effet, il y avait de grosses rafales, les barrières s’envolaient. En nous rendant vers le nouveau lieu de départ, des panneaux d’autoroute traversaient la chaussée. Oui, cette décision est sage même si nous aurions aimé courir. Notamment Maxime Daniel qui n’est pas vernis et qui n’a pas disputé une course depuis l’Etoile de Bessèges. Il n’avait pu faire le Trophée Palma en raison de l’annulation de son vol ni le Tour d’Oman étant tombé malade la veille de la première étape. Ce soir, il rejoint ses équipiers en stage en Toscane.»