Races
GP Industria
(Italie)
Le dimanche 10 mars 2019
Pre race
Race
Post race
The race

Rendez-vous dimanche à Larciano, charmante petite ville toscane, pour une escale cycliste très sympathique pour les fans, plutôt athlétique pour les coureurs. L’équipe Arkéa-Samsic qui la dispute pour la première fois avant de suivre un stage de cinq jours, n’y manquera pas d’arguments.

Puisqu’il n’y avait que sept places dans l’équipe de Paris-Nice et parce que beaucoup d’échéances attendent nos coureurs ces prochaines semaines, il était important de maintenir le rythme de la compétition, de préparer notamment le Tour de Catalogne (25-31 mars) et cette course en Toscane s’est imposée comme une évidence.

« Oui, c’est la première fois que nous disputons ce Grand Prix de Larciano, dit Yvon Caer. L’idée était de regrouper les coureurs envisagés pour le Tour de Catalogne et ne faisant pas Paris-Nice et de prolonger la compétition par un stage de préparation. Ce Grand Prix à Larciano est une course de puncheurs avec quatre boucles faciles pour commencer et pour finir un crochet par un massif qui fait la sélection. Nous avons un groupe homogène. Sans André Greipel, Warren Barguil et Bram Welten, nos coureurs auront tous une carte à jouer ».

Forcément, pour un coureur français, ne pas disputer Paris-Nice constitue une petite déception mais en tournant la page rapidement, il y a de belles satisfactions à aller chercher.

« C’est une particularité de ce métier d’accepter la sélection, poursuit le directeur sportif d’Arkéa-Samsic, et il y a nécessité de se plonger immédiatement dans un autre projet. Les coureurs ici savent que la sélection relève aussi d’une stratégie en course. Il y a de la frustration pour certains mais cela fait partie du métier de se remobiliser. Anthony Delaplace, Kevin Ledanois et Florian Vachon ont de nouveaux objectifs et notamment le projet Catalogne. Ils sont en condition ascendante et vont trouver un terrain à leur convenance. Brice Feillu s’est échappé dans la Classic de l’Ardèche, il a besoin de ces efforts pour se remettre dans le bain. Il n’est pas un homme du début de saison et je pense qu’avec sa façon de faire, on va le voir résister, résister et un jour aller gagner une course. Sa condition va crescendo. Enfin Robert Wagner qui s’est fait mal au genou mardi dans Le Samyn a l’air d’aller bien. Il a subi une opération chirurgicale au début de l’hiver et rattrape le temps perdu. Il a bien travaillé à Oman. Le Tour de  Catalogne le motive, il a envie d’être au top auprès de son copain André Greipel. »

Après la course, le groupe va donc rester en Toscane pour un stage supervisé par Théo Ouvrard. Ils seront rejoints par Maxime Daniel qui, lui aussi, a besoin de rattraper le temps perdu.

Team roster
How to follow the race ?
Live
Results
Classement général