Nos actualités
Françoise Deneckere, le vélo dans la peau
Le 25 octobre 2020

Venue de Belgique, Françoise Deneckere promène son food-truck sur les courses aux quatre coins de la France et de l’Europe, sans jamais se départir de sa bonne humeur et en étant toujours au service de « ses » coureurs.









Françoise et son food-truck c’est toute une histoire… de passion et d’amour au service de coureurs et de la cuisine. Le matin, elle est en effet aux fourneaux très tôt afin de préparer le petit-déjeuner de nos coureurs, et le soir idem. Son histoire avec le cyclisme et les acteurs de ce sport court depuis maintenant des décennies. « Mes parents ont hébergé un jeune coureur qui portait le nom de José Samyn, dit-elle. Il a habité chez nous durant sept années, et avec José, j’ai vu défiler chez moi les frères Vasseur, Jean-Marie Leblanc, Jean Stablinski, etc… José malheureusement est décédé lors d’un critérium en 1969, et nous avons perdu ce jour-là l’équivalent d’un enfant pour mes parents, et d’un frère pour moi… Tous les coureurs cités précédemment ont continué à venir à la maison. » Une fois que Françoise a validé l’examen de son permis de conduire, et la première course sur laquelle elle s’est rendue accompagnée de ses parents, « c’était le premier Paris-Roubaix gagné par Marc Madiot, et nous avons été invités par Cyrille Guimard pour aller à l’hôtel des Renault-Gitane le soir ». Par la suite, Françoise, qui travaillait comme cuisinière dans un relais-château, a mis fin à son contrat afin d’enseigner la cuisine dans une filière professionnelle.





« Pendant les vacances, je suis partie depuis la Belgique, avec ma voiture, afin de suivre le Tour de France, comme cela à l’aventure ». C’est à ce moment-là que le destin entre en ligne de compte. « Le conducteur du camping-car de l’équipe Système U a connu un souci, et j’ai été amenée à le remplacer ». Depuis Françoise a enchaîné les Tours de France. Sa rencontre avec Emmanuel Hubert, notre Manager Général, elle, s’est faite sur les épreuves qui portent le nom de kermesses en Belgique lequel venait en compagnie de Jacky Durand, « mais à un moment, souffle-t-elle, j’ai pris la décision d’arrêter de cuisiner pour les coureurs. Puis, il y a trois ans, Emmanuel m’appelle et me dit : « j’ai besoin de toi pour un stage en Andorre ». Je lui réponds, « mais j’ai tout arrêté. » Il précise bien que ce ne sera qu’une semaine. J’accepte. Les coureurs sur place me disent : « Françoise, il faut que tu viennes avec nous sur le Tour ». Et j’y suis allée ! Voici trois ans maintenant que je refais le Tour avec l’équipe, et désormais comme je suis en retraite (pensionnée comme on dit en Belgique !), et plus rien ne m’empêchera de partir en course », indique Françoise dans un grand sourire. « L’équipe est pour moi une grande famille, j’ai retrouvé l’ambiance d’antan, avec des coureurs gentils. Ils me demandent toujours après l’étape, «si ma journée a été bonne », alors que la leur a été forcément éprouvante. Cet état d’esprit est aussi insufflé par la direction sportive de l’équipe. On sait toujours que l’exemple vient d’en haut. », note Françoise, le sourire toujours accroché aux lèvres, prête à satisfaire aux envies culinaires de tous ses coureurs. Ainsi est « notre » Françoise.





Arkéa-Samsic