Nos actualités
GP Beghelli – Tout s’est joué dans la dernière côte…
Le 6 octobre 2019

Warren Barguil a de bonnes jambes mais il n’a pu mener son plan à bien dans le Grand Prix Beghelli gagné par Colbrelli (Bahrain-Merida). Pas bien placé au pied de la dernière difficulté et un peu esseulé, il n’a pu accompagner les sept coureurs qui se sont disputés la victoire.


« Ça s‘est fait dans la dernière ascension de la côte de Zappolino, explique Yvon Caër, et à Warren il a manqué un peu de placement, peut-être aussi parce qu’il ne pouvait plu compter sur le soutien d’un équipier. Je dois admettre que nos coureurs sont un peu émoussés et Elie Gesbert était moyen en raison de son dos. Dans la grosse bagarre, il ne peut pas être à son niveau. »


« En revanche, Warren n’était pas mal du tout. Avant que la décision ne se fasse, il a été dans toutes les cassures mais là il n’a pu s’opposer aux sept coureurs en question. Il y avait dix tours d’un circuit de 13 kilomètres. A quatre tours de l’arrivée, le peloton a accéléré et ça cassait à chaque fois dans la descente en direction de la ligne d’arrivée tracée à Monteveglio. A chaque fois, Warren était là mais dans la dernière montée, Guillaume Martin (Wanty-Groupe Gobert) a lancé les hostilités. Les sept coureurs, Colbrelli et Garcia Cortina (Bahrain-Merida), Haig (Mitchelton-Scott), Valverde (Movistar), Mollema (Trek-Segafredo), Gaudu (Groupama-FDJ) et donc Martin ont pris 12 secondes d’avance et ont réussi à conserver quelques mètres… ».