Nos actualités
Huitième, Thibault Guernalec se met en evidence en Italie
Le 30 mars 2019

Sur la quatrième étape de la Semaine Internationale Coppi et Bartali, Thibault Guernalec a été échappé toute la journée et a pris la huitième place tandis que Elie Gesbert s‘est ménagé dans le peloton en prévision d’une dernière étape décisive dimanche.


Sébastien Hinault (directeur sportif) : « On a fait une belle étape avec Thibault Guernalec échappé toute la journée même si bien sûr, j’aurais préféré qu’il gagne. Ce matin, compte tenu des conditions et de l’absence de vent, je lui avais dit de prendre sa chance et de figurer dans l’échappée. Il s’est donc retrouvé dans un groupe de huit coureurs. Trois d’entre eux, Robeet qui l’a emporté, Bjerg et Mosca ont attaqué à 15 kilomètres de l’arrivée. Thibault y allé à contre-temps et n’a pu les rejoindre. Il a encore porté une attaque sous la flamme rouge mais été repris et prend donc la huitième place de l’étape. Elie Gesbert a profité de cette journée facile pour se régénérer au maximum pour demain. Je connais bien le parcours de la dernière étape. La première côte escaladée à deux reprises est celle du contre la montre en 2018 et sur le circuit final, la deuxième difficulté sera escaladée trois fois. Ce sera une étape difficile. Comme lui, Jérémy Maison est resté au chaud tandis que Clément Russo a fait le sprint du peloton et prend la seizième place.»


Thibault Guernalec (8ème) : « Ça roulait vite, on n’a pas chômé. Ce matin, Sebastien Hinault m’avait demandé d’aller chercher l’échappée. J’ai réussi à y aller et ça a bien bataillé pendant trente minutes pour qu’on arrive vraiment à se détacher. On a du tous s’impliquer physiquement.  Ensuite on a pu prendre jusqu’à huit minutes mais Caja Rural a vite roulé derrière pour réduire l’écart. L’entente était bonne jusqu’à vingt kilomètres de l’arrivée. Je me suis fait avoir quand les trois coureurs qui arrivent pour la gagne sont partis. Deux coureurs sont sortis, et quand le champion du monde espoirs de chrono (Bjerg) y est allé, j’ai essayé de sauter dans sa roue mais il m’a manqué de la « giclette ». Après avoir été en prise toute la journée il m’a manqué ce petit truc pour les suivre. Je ne suis pas déçu d’avoir accompagné cette échappée, sur la ligne le peloton revenait à vingt mètres.  Ça restera une journée motivante, surtout après les deux précédentes où j’avais eu un peu de mal.»