Nos actualités
Kévin Ledanois : « connaitre toutes les routes par coeur « 
Le 6 octobre 2019

Kévin Ledanois (7ème) : « Je sens que je commence à avoir un peu de mal en cette fin de saison mais je suis content de ma journée. À part dans les alentours de la Roche-sur-Yon, c’était un avantage de connaitre toutes les routes par coeur. Même si toutes les équipes savaient où ça pouvait « bordurer » et être dangereux, je connaissais le coin des éoliennes à 101%. Un petit top 10 à la clé « ça ne mange pas de pain », c’est mon meilleur résultat sur le Tour de Vendée. C’est une course qui me tient à coeur et le départ était donné à 200 mètres de chez moi. Aussi, dans l’esprit des Vendéens je ne suis pas Vendéen…comme je n’ai jamais couru dans une équipe Vendéenne et toujours chez Arkéa-Samsic depuis mes débuts pros. Cette course, c’est toujours une petite piqure de rappelle sur mes origines (sourire). »


Yvon Ledanois : « Comme on s‘y attendait, ça a roulé très vite depuis le départ et le long de l’Atlantique. 50 kilomètres ont été parcourus dans la première heure. Il y a eu des bordures et au vingt-cinquième kilomètre, 37 hommes composaient le premier groupe, six des coureurs d’Arkéa-Samsic en faisaient partie. Le peloton s‘est recomposé et nous avons fait une course parfaite jusqu’à ce qu’un groupe de sept unités parvienne à s’échapper. Nous n’avions personne et les gars ont voulu rouler mais je n’ai pas donné mon feu vert. L’écart a atteint 6’15’’ mais parfois, pour gagner il faut prendre le risque de tout perdre. La formation Swiss Cycling a roulé, recevant le renfort de quelque autres. Quand l’avantage des hommes de tête est retombé à 2’45’’, nous avons pris les commandes du peloton et alors les équipiers de Franck Bonnamour et Kevin Ledanois qui étaient tenus en réserve, ont fait un super boulot. L’échappée a été reprise sur le circuit final et Franck Bonnamour a bougé à un tour de l’arrivée. Cela s‘est encore regroupé et dans le dernier kilomètre, Kevin Ledanois a été un peu surpris par l’attaque de Cosnefroy (ag2r-La Mondiale) et n’a pu revenir sur le groupe de quatre qui s‘est alors formé avec les sprinteurs Sarreau, Coquard et Laporte. Kevin prend la septième place mais on a été acteurs et c’est en courant comme ça et comme on le fait depuis plusieurs mois, qu’on fera gagner nos leaders la saison prochaine. En prenant des automatismes. D’ailleurs la belle implication des équipiers a incité aujourd’hui nos deux coureurs désignés pour faire un résultat, à ne rien lâcher. «