Nos actualités
Nacer Bouhanni : “Je reviendrai à Milan-San Remo”
Le 8 août 2020

Au terme d’un Milan-San Remo pour puncheurs, Nacer Bouhanni s’est classé 38ème. Notre sprinteur épaulé et protégé par ses coéquipiers, Clément Russo, Dan McLay, Thomas Boudat, Florian Vachon et Laurent Pichon, n’a aucun regret. Réactions.


Nacer Bouhanni : « J’ai craqué à 300 mètres du sommet du Poggio. Ca grimpait très vite et j’ai perdu le contact avec le groupe. C’était un Milan-San Remo pour puncheurs, comme souvent ces dernières années. Mes coéquipiers m’ont bien épaulé et on arrive à trouver les bons automatismes avec le groupe. On a encore des choses à améliorer mais on avance bien ensemble. J’espère que nos efforts vont payer pour pouvoir monter en puissance sur les prochaines courses. Quand on a tout donné, à 100%, il n’y a pas de regrets à avoir et c’était le cas aujourd’hui ! Cette année, c’était un Milan-San Remo particulier avec la coupure liée au Covid-19, la chaleur estivale…mais c’était pareil pour tout le monde. Je reviendrai à Milan-San Remo l’année prochaine…pour un sprint (sourire).


Je suis un coureur d’objectifs, quand j’ai une course en tête je m’y prépare à 100%. Jusqu’à aujourd’hui j’ai tout donné pour celui-ci. Maintenant c’est passé, il faut se focaliser sur un nouveau but pour avancer. La semaine prochaine je participerai au Tour de Wallonie et j’espère pouvoir gagner là-bas. »



Kevin Rinaldi, entraîneur du  pôle sprint : « Aujourd’hui, nos coureurs ont tenu leur rôle dans la course. L’objectif était d’amener Nacer dans les meilleures dispositions au pied de la Cipressa et du Poggio : ce qui a bien été effectué comme demandé. Dans le Poggio ça s’est joué à la pédale. Il n’y a pas de regrets à avoir. La journée n’est pas mauvaise.


J’ai envie de retenir que ce Milan-San Remo est un pas de plus dans le « projet sprint » que nous avons lancé cette année. C’est tout neuf, c’est une belle aventure qui s’est lancée et qui va continuer. On a commencé à mettre en place des choses au Saudi Tour, sur les stages dédiés au sprint dans Les Vosges et à Aix-en-Provence. Nos coureurs ont très peu de jours de courses ensemble mais ça fédère autour de Nacer : un vrai groupe se forme avec du travail de fond, de l’entraînement et de la cohésion. »