Nos actualités
Le pôle sprinteur Arkéa-Samsic autour de Nacer Bouhanni et Thomas Boudat
Le 2 octobre 2019

L’équipe Arkea-Samsic est heureuse d’annoncer son pôle sprinteur avec en têtes d’affiches Nacer Bouhanni et Thomas Boudat. On y retrouvera également Daniel Mclay dans un nouveau rôle de poisson pilote. Le britannique revient dans l’équipe après deux saisons passées à l’étranger. Pour les derniers kilomètres, l’équipe fera confiance aux deux jeunes recrues belges : Christophe Noppe et Benjamin Declercq. Le polonais, Lukasz Owsian, est quant à lui recruté dans un rôle de rouleur. À ces six recrues, il faut ajouter Bram Welten, Connor Swift et Clément Russo pour former le pôle sprinteur 2020 de l’équipe Arkea-Samsic.


Emmanuel Hubert : « En 2020,  nous voulons nous afficher comme une équipe World Tour. Nous savons que 70% des courses arrivent au sprint; nous devions nous renforcer dans ce domaine. Pour un sprinteur, chaque détail à son importance, je compte sur Sébastien Hinault pour orchestrer tout cela. Nacer Bouhanni sera notre sprinteur numéro un. Il possède d’énormes qualités. Il a vécu deux années difficiles, il doit reprendre confiance et créer une complicité avec ses lanceurs. Nous avons rappelé Dan McLay, que nous connaissons bien pour l’épauler dans les dernières lignes droites, je crois qu’il y a une bonne alchimie à trouver entre les deux. Nous ambitionnons d’être compétitifs sur plusieurs fronts. Thomas Boudat aura donc toute la liberté de s’exprimer. Je crois que nous présentons un groupe complet avec un fort potentiel dans le domaine du sprint. Nos coureurs sont prêts à travailler énormément cet hiver pour mettre les automatismes en place et être performants les jours des courses. »


Nacer Bouhanni



Comment abordes-tu la saison 2020 ?

« Je suis très content de courir sous les couleurs Arkéa-Samsic les prochaines saisons. Pour moi, c’est un nouveau départ. Je vais entamer la saison prochaine comme si je n’avais jamais rien gagné. Je n’ai pas demandé à venir avec du staff ou des coureurs, je veux me concentrer sur moi, pour le reste je fais confiance à la direction de l’équipe. »


As-tu imaginé arrêter le vélo après deux saisons compliquées ?

« J’ai connu des chutes importantes et de grosses désillusions au cours de ma carrière, mais le vélo c’est toute ma vie. Je suis un passionné ! Je pratique le cyclisme depuis l’âge de 6 ans. Le vélo m’a apporté énormément, je ne pouvais pas renoncer. Jeune, quand je marchais bien, j’entendais « Bouhanni, il a des résultats cette saison, mais l’année prochaine on n’en entendra plus parler ». Je me suis construit avec ça, ça fait partie de moi, c’est sur le vélo que je suis le meilleur pour répondre aux critiques. »


Quel regard portes-tu sur l’image de mauvais garçon qui te colle à la peau ?

« J’ai du caractère, je ne vais pas le nier mais je pense que c’est le cas de tous les athlètes de haut niveau. Au fil des saisons, j’apprends, j’évolue, j’ai fait des erreurs dans ma carrière, parfois en communication, parfois en comportement mais je ne suis pas un mauvais garçon. Aux premiers abords je suis plutôt quelqu’un de réservé, voire timide, pourtant j’aime les gens. J’ai tout de suite eu le bon feeling avec Emmanuel. Ça a énormément joué dans ma décision. »


Quels seront tes objectifs la saison prochaine ?

« Certaines courses me font rêver : Milan San Remo, une étape sur le Tour, mais pour le moment je veux simplement gagner. 2019 est la première année chez les professionnels où je ne lève pas les bras. Je veux retrouver le chemin de la victoire et m’épanouir avec l’équipe. »


Thomas Boudat



 


Thomas Boudat : « J’ai été séduit par le projet Arkéa-Samsic. L’équipe progresse d’année en année et propose un projet excitant aux grimpeurs et aux sprinteurs, c’est motivant pour tout le monde. Je suis encore jeune, j’ai envie de faire mon trou, de prouver que je peux gagner de belles courses. Comme beaucoup de coureurs, le rêve est de gagner sur le Tour de France, on travaille tous pour ça. La direction sportive me laissera l’opportunité de performer à titre individuel sur certaines courses. L’année prochaine, mon objectif sera d’être performant dès le début de saison pour gagner le plus tôt possible. Je ne suis pas forcément un pur sprinteur, j’aime quand les courses sont un peu difficiles car je passe bien les bosses. Cette année, par exemple, j’ai gagné en étant échappé. Je m’adapte facilement aux stratégies de course, et au final, si je lève les bras, peu importe la manière (rires). »


Daniel McLay



Dan McLay : « Je suis vraiment heureux de revenir dans l’équipe. J’ai de très bons souvenirs, notamment en 2016, lorsque je termine troisième d’une étape du Tour de France. Ensuite, j’ai effectué deux saisons chez Education First, je voulais découvrir le World Tour, malheureusement ça n’a pas été mes deux meilleures années. Dans cette structure que je connais, j’espère retrouver le niveau que j’avais en 2017. Mon objectif principal sera d’aider le groupe sprinteur. Gagner personnellement est un sentiment fort, mais faire gagner un autre, c’est tout aussi fort ! Quand tout se passe bien dans le sprint, qu’on sent qu’on va vite et qu’on doit lancer son sprinteur pour le mettre dans les meilleures conditions, c’est aussi excitant. Je ne connais pas bien Nacer mais ensemble je pense qu’on peut aller très vite.  »


Christophe Noppe



Christophe Noppe : « Après le rendez-vous avec Emmanuel Hubert, je n’ai pas hésité une seconde. C’est un honneur d’intégrer l’équipe Arkéa-Samsic et de courir auprès de ses grands leaders. Mon rôle sera d’aider les sprinteurs. Je peux rouler vite dans le dernier kilomètre. J’affectionne également les classiques : les pavés c’est mon truc. Sur Paris-Roubaix, un jour où tout va bien, je sais que je peux aller chercher une belle place. Que ce soit pour les sprints ou pour les classiques, je donnerai tout ce que j’ai pour qu’on aille chercher le meilleur résultat possible. J’ai beaucoup d’ambitions et j’ai hâte de commencer cette aventure. »


Benjamin Declercq 



Benjamin Declercq : « Je suis à la fois content, fier et impatient de courir sous les couleurs Arkéa-Samsic ! Avec mon frère Tim Declercq, qui court chez Deceuninck-Quick Step, on a commencé par jouer au football. Mais en Belgique, on est rapidement rattrapé par le cyclisme. Même si nous ne venons pas d’une famille de cyclistes, on a toujours regardé les classiques et le Tour de France à la télévision. J’habite en Flandres, forcément je me sens plutôt à l’aise sur les pavés. L’année prochaine, mes objectifs seront de préparer au mieux les sprints pour mes leaders et de disputer des classiques. J’espère surprendre ! Chez les espoirs j’ai continué mes études, j’ai un master d’économie, j’ai ensuite pu me consacrer à 100% au vélo et j’adore ça ! »


Lukasz Owsian



Lukasz Owsian : « C’est un grand changement dans ma carrière car depuis que je suis passé professionnel, en 2012, j’ai toujours couru pour l’équipe CCC. Je crois qu’avec Arkéa-Samsic je peux passer un cap. Je suis très motivé, je veux montrer qui je suis. J’aime les épreuves vallonnées et surtout j’aime rouler vite et longtemps, que que ce soit en tête de peloton, dans les échappées ou lors des épreuves de contre la montre par équipes. Je vais tout faire pour aider l’équipe à aller chercher de beaux résultats. Je ne parle pas encore français mais c’est une chance de pouvoir apprendre une nouvelle langue, le cyclisme nous offre de nombreuses opportunités. Je vis toujours en Pologne mais l’hiver je vais régulièrement en Espagne car dans mon pays il neige beaucoup pour pouvoir bien s’entraîner. »