Nos actualités
Prêts pour le combat
Le 24 juillet 2019

L’équipe Arkéa-Samsic a raté l’échappée du jour et si elle a roulé quelques kilomètres en début d’étape pour essayer de revenir sur la tête, son directeur sportif a ensuite opté pour la sagesse. Jeudi matin, au départ d’Embrun, Warren Barguil  et ses équipiers seront frais et très motivés.


Yvon Ledanois : « J’ai été fâché qu’aucun de mes coureurs ne soit dans l’échappée du jour forte de 34 hommes. Je les ai fait rouler, et puis au bout de 5 kilomètres, voyant que c’était injouable, j’ai dit ‘’stop, vous arrêtez’’. Il faut des coureurs frais pour les trois prochains jours. Leur faire comprendre qu’ils ont fait une bétise, ok mais il était préférable de ne pas insister. Mes coureurs sont intelligents, les plus déçus ce sont eux. Et vue la qualité du groupe de devant, je ne pouvais pas me permettre de condamner 4 à 5 coureurs pour les prochaines étapes. On court très bien depuis le début du Tour, on fait une bêtise aujourd’hui mais c’est sans conséquence. Demain, c’est un enchaînement Vars – Izoard –  Galibier. Deux équipes vont devoir prendre le poids de la course, Ineos et Groupama-FDJ et il y aura une explication dans le final. Pour finir, par le Lautaret, c’est long et roulant. Un coureur placé au général ne tentera rien de loin mais il va y avoir des défaillances, je ne sais de qui mais c’est obligé. Warren Barguil doit être spectateur demain et être opportuniste si besoin. »


Warren Barguil : « J’ai passé deux journées dans le peloton sans problème particulier depuis la journée de repos. La semaine dernière dans les Pyrénées, j’ai retrouvé un bon niveau en montagne, j’espère que j’aurais les mêmes jambes dans les Alpes. Aujourd’hui, je suis 11ème du Tour de France, le général n’était pas mon objectif principal au départ, mais à quatre jours de l’arrivée j’ai forcément envie de défendre ma place et de faire le meilleur résultat possible, on parle quand même du classement général du Tour de France ! Ce n’est pas incompatible avec une victoire d’étape. C’est un beau Tour, c’est ouvert et il y aura de la bagarre jusqu’au bout. Demain, l’étape passe par l’Izoard, ça me rappelle forcément de bons souvenirs, je crois que c’est la plus belle et la plus dure de cette édition 2019. »