Nos actualités
Provence #2 A.Delaplace : « J’ai joué pour la gagne »
Le 15 février 2019

Cette deuxième étape du Tour de la Provence était attendue par tous les coureurs, 3 montées répertoriées et 2597m de dénivelé positif, ça promettait du spectacle. Anthony Delaplace n’a pas attendu longtemps pour se mettre en évidence et prendre l’échappée du jour. On connaît le tempérament du Normand, à l’avant, il ne lâche rien. Du groupe des 8, il est le dernier à être repris par les favoris, à 13kms de l’arrivée. Quel raid !


Anthony Delaplace :


« On s’est retrouvé à huit à l’avant, c’était intéressant surtout pour les 130 kms de plat. Au pied de l’Espigoulier l’écart était faible, mais après tant d’efforts, je ne voulais pas que ça s’arrête à 60kms de l’arrivée. J’ai relancé, et je n’ai pas de regrets, on a bien résisté. Par contre, la route des crêtes, c’est vraiment dur, Maxime avait raison, c’est un mur, c’est horrible j’avais l’impression d’être à l’arrêt. Je suis repris par le groupe des favoris à 400m du dernier sommet. C’est dommage, il ne me manque pas grand chose pour aller chercher une place, mais je commençais à être émoussé, j’ai tout donné. J’ai joué pour la gagne.

C’est ce genre d’échappée que je préfère, c’est ma chance pour aller chercher un résultat. Je me suis fait plaisir, notre métier est assez dur, donc il faut réussir à se faire plaisir dans ce qu’on aime, moi c’est en partant de loin. C’est aussi l’âme de notre équipe, forcement on va travailler pour nos leaders, mais on veut aussi garder notre mentalité d’attaquants. C’est important. Et je n’ai pas tout perdu, je repars avec le prix de la combativité et un marsupilami (rires), c’est pour Livio, mon fils.
»



Roger Tréhin – directeur sportif :


«  Anthony Delaplace a fait une bonne journée en tête de course. Il ne lui a pas manqué beaucoup pour basculer avec le groupe des huit costauds. Warren Barguil manque encore un peu de force mais on comptera les points dimanche soir. Il doit garder le cap, pour lui l’objectif est Paris-Nice. Ici, il travaille dans de bonnes conditions, la course est dure. Il va progresser. Enfin, Jérémy Maison a été victime d’une chute, il a loupé un virage dans la descente de la Coutronne. Il s‘est quand même un peu égratigné mais il a fini. »