Nos actualités
Roger Tréhin : « Le sport, trait d’union de mon existence »
Le 6 novembre 2020

Directeur-sportif de l’équipe Arkéa-Samsic depuis 2005, Roger Tréhin retrace son parcours depuis ses débuts dans le cyclisme à son arrivée au sein de notre équipe. Il expose aussi sa vision du métier de directeur-sportif. Paroles…













Ancien membre de l’équipe de France cadet de handball, Roger Tréhin a débuté le cyclisme « juste pour voir. J’avais 16 ans, la saison de hand venait juste de s’achever, dit-il. Mon papa était dirigeant au sein d’un club de cyclisme, et je me suis aligné au départ d’une course plus par jeu que par envie au départ. Je voulais voir ce que c’était. » Le bilan de cette expérience qui, finalement lui plaira, prendra un tour définitif, avec encore toutefois deux saisons, à cheval entre handball et cyclisme ! Ce sport depuis lui a tout donné, en rythmant la majeure partie de son existence. « J’ai été de 18 à 35 ans en première catégorie. Je compte une vingtaine de sélections sous le maillot de l’équipe de France : Tour de Bulgarie, Maroc, Namibie et le Grand prix de Plouay. J’ai aussi fait partie d’un projet d’équipe professionnelle pendant deux mois, lequel était porté conjointement par Luis Ocaña et Ange Roussel. Malheureusement ce dessein est devenu très vite mort-né ».





Le monde professionnel, Roger le connaîtra plus tard, donc, en qualité de directeur-sportif.  Mais avant cette prise de poste au sein d’une équipe professionnelle, il a travaillé comme éducateur-sportif, « J’ai passé mes diplômes d’état durant ma carrière jusqu’au BE2, et pendant celle-ci, j’ai également été éducateur-sportif. J’ai créé un Pôle Espoirs également sur Lorient ». Ce poste d’éducateur-sportif il l’exercera notamment au sein de quartiers sensibles dans la périphérie de Lorient. « C’était une superbe expérience, d’une richesse intense, s’enthousiasme-t-il, encore aujourd’hui, dans la mesure où j’ai amené des jeunes pas forcément favorisés sur le plan social à la pratique du sport. Il y avait des adolescents en grande difficulté, y compris sur un plan judiciaire. Mais pour eux comme pour tous les autres, le sport a été un moyen de se découvrir, d’évacuer, de se défouler, de s’évader, de leur offrir une petite parenthèse par rapport à leur quotidien pas toujours rose, et parfois même de se construire au travers de la rigueur que peut demander un sport, et ce fil conducteur ils ont pu l’appliquer à leurs études, par la suite. Je recroise toujours des jeunes de l’époque, et souvent ils possèdent aujourd’hui de belles situations et c’est toujours plaisant et enrichissant d’échanger avec eux, d’autres aussi ont connu moins de réussite ».





Une année sonnera comme celle d’un tournant sur le plan professionnel pour Roger. 2005 ! « Lorsque la région Bretagne a voulu créer une équipe cycliste professionnelle, c’est moi qui ai mis en contact le regretté Daniel Gilles, vice-président de la Région Bretagne et chargé des sports des Sports, avec Jean Floc’h. C’était une volonté du Président de Région de l’époque, Jean-Yves Le Drian. » Aujourd’hui cette équipe a grandi et est devenue Arkéa-Samsic, la passion qui anime Roger Tréhin reste à l’image de celle connue à ses débuts dans ce métier : flamboyante !  « Il existe un fort échange humain entre les coureurs et nous, c’est ce qui caractérise le métier de directeur-sportif. Il y a en plus un fort tissu relationnel au sein de l’équipe Arkéa-Samsic avec les coureurs, le staff et c’est toujours des moments de joie que de retrouver tout le monde que ce soit lors des stages ou des compétitions. Notre équipe compte au sein de son effectif des coureurs riches en relation humaine, nous leur apportons nos connaissances et l’expérience ce que nous avons accumulé, et eux, en retour savent nous rendre ce que nous leur donnons au travers de leur attitude en course et de leurs performances ».





Arkéa-Samsic