Nos actualités
TDF #6 – Warren Barguil (20e) : “Indescriptible”
Le 12 juillet 2018

Cette étape Laurent Pichon l’avait cochée et rien n’allait l’empêcher de prendre l’échappée. Rapidement ils sont cinq à prendre le large, dont notre Breton qui savoure chaque instant. Malgré ses efforts, Laurent est repris au pied de la première montée. Il faut attendre le dernier passage pour voir l’explication des favoris, Dan Martin attaque sous la flamme rouge et s’impose en solitaire devant Pierre Latour et Alejandro Valverde. Warren Barguil est 20ème à 12 secondes. Au classement par équipes notre formation se classe septième de l’étape.


Warren Barguil :


” Je suis content de ma journée, il y avait encore beaucoup de monde sur les routes, l’ambiance était indescriptible. Cette dernière étape en Bretagne était super importante pour l’équipe et moi. Sur le final j’étais bien placé mais je manque encore de confiance. Au pied, j’ai perdu quelques positions, le trou se fait devant moi et j’hésite à le boucher. J’arrive avec un deuxième petit groupe, je fais mon sprint dans les 300 derniers mètres et je les passe. C’est dommage, peut-être que si je donne ce petit coup de rein plus tôt, j’arrive dans le premier groupe pour jouer la gagne. C’est le vélo, quelques fois ça marche, d’autres non. Mais la condition est là, c’est le genre de petites choses qui font du bien au moral. ”


Laurent Pichon :


« J’ai eu des frissons toute la journée. Le départ à Brest, à 10kms de chez moi, ouvrir la route du Tour sur mes routes d’entraînement et finir à Mûr-de-Bretagne, ça n’a pas de prix. Mes grands-parents sont originaires de Carhaix, le passage avec l’échappée était chargé d’émotions, mon grand-père m’a fait découvrir le Tour de France, il n’est plus là aujourd’hui mais je pense qu’il aurait été fier de me voir dans cette échappée. Derrière, dommage que Quick Step a mis en route aussi tôt, j’aurais aimé passer Mûr en tête. Je savais que pour la victoire d’étape cela allait être très difficile. Même à l’arrière les deux montées étaient incroyables, les gens me reconnaissaient et m’encourageaient. Je ne sais pas si j’ai déjà reçu un tel soutien. La montée ne m’a pas paru si difficile, les encouragements ont dû me porter (rires). »