Nos actualités
Tour de France #10 – Dan McLay : “I can get it”
Le 11 juillet 2017

Depuis son anniversaire, le 1er juillet, célébré en grandes pompes, sur la rampe de lancement de Dusseldorf, Elie Gesbert a découvert le public du Tour, le peloton du Tour, la difficulté de la montagne et aujourd’hui une échappée sur le Tour. En compagnie de Yoann Offredo, il parcourt 167 kilomètres en tête de course, avant d’être repris à 6 kilomètres de l’arrivée. Fin de la partie pour le plus jeune coureur du peloton, qui portera le dossard rouge du plus combatif demain, mais pas pour l’équipe. Dan McLay lance son sprint de très loin, il prend les devants dans la dernière ligne droite et fait lever les supporteurs bretons. Mais, aujourd’hui, il y avait 200m de trop pour le britannique. Dan McLay prend la septième place, et attend déjà demain.


Dan McLay (7ème) :

« Avec du recul, je n’aurais pas dû quitter la roue de Kittel mais il fallait que j’essaye. Je pensais qu’il attendrait un peu pour lancer et que je prendrais l’avantage mais il a tout de suite pris ma roue et je me suis fait passer à 200 mètres. Je ne pouvais plus revenir… La dernière fois, j’avais lancé mon sprint trop tard, aujourd’hui c’était trop tôt, et demain… je ne sais pas le traduire en français alors je vais le dire en anglais « i can get it ». »


Elie Gesbert :

« Ce matin, j’avais l’autorisation d’aller dans l’échappée, alors je ne m’en suis pas privé. J’y ai cru à un seul moment, à 25 kilomètres de l’arrivée, quand on a repris du temps au peloton. Je me suis dit : « si on arrive avec 1min30 d’avance à 15 kilomètres, il y a un coup à faire. » On est repris à 6 kilomètres de la ligne… Je suis le plus jeune coureur du Tour, mais je n’ai pas de complexe. Je viens de vivre ma première échappée sur le Tour et mon premier podium. Le public m’a encouragé durant les 167kms d’échappée. Même si ce matin le prix de la combativité n’était pas un objectif, c’était quand même un grand moment. Je me changeais entre Chris Froome et Marcel Kittel, je ne me laisse pas facilement impressionner, mais j’avais des frissons sur le podium, ça donne envie d’y retourner (rires). Dan a encore fait un gros sprint, il n’aura plus beaucoup d’occasions mais j’espère qu’il va créer la surprise. »


Florian Vachon :

« Toute l’équipe a bien travaillé pour Dan. On est resté roues dans roues jusqu’à deux kilomètres de l’arrivée. J’ai essayé de le remonter, on est revenu au niveau de Marcel Kittel. Dan a lancé son sprint de loin, les dernières fois il avait trop attendu, aujourd’hui, il a saisi l’ouverture … un peu trop tôt. Personnellement, je me prends au jeu et je prends confiance en moi. Les coureurs du peloton s’habituent à notre présence dans les sprints. Malgré les abandons il y a encore de très bons sprinteurs mais Dan aura encore une chance demain. Je suis très content pour Elie Gesbert. Je suis en chambre avec lui, c’est un super jeune. Il est courageux, je pense qu’il a une belle carrière devant lui. »


Eduardo Sepulveda :

« Après ma chute de dimanche, je m’étais préparé à souffrir aujourd’hui, finalement, ça s’est mieux passé que prévu (rires). Je suis resté sagement dans le peloton, j’ai eu un peu de chance car le rythme n’était pas très élevé. Par contre, quand il y a des relances et que j’accélère, la douleur est bien présente. Il me reste une journée pour récupérer avant la montagne, je vais m’accrocher pour voir Paris et pourquoi pas retenter une échappée la troisième semaine. »


Denis Leproux (directeur sportif) :

« Dan a été très bien placé par ses coéquipiers, notamment Pierre-Luc et Flo qui l’emmène dans le final. Aujourd’hui, il a pris l’initiative de se mettre devant et de lancer de loin. Il a un peu accusé le coup mais il fait 7ème, c’est super. C’est lui qui a lancé le sprint, il lui manquait un peu de force dans les derniers mètres. Il a pris le sprint à son compte, il a confiance en lui, c’est positif. L’autre bonne nouvelle est le prix de la combativité pour Elie. Il avait des fourmis dans les jambes et voulait prendre l’échappée, il a bien fait. C’est une super journée pour l’équipe, pas de regrets. »