Nos actualités
Tour de France #20 – Maxime Bouet : “Sur la rampe avec le maillot de l’OM”
Le 22 juillet 2017

Inédit, le contre-la-montre de Marseille à l’Orange Vélodrome était très attendu, notamment par Maxime Bouet. Applaudi à son arrivée, le marseillais d’adoption a pu profiter de la ferveur des supporters de son équipe de cœur, l’Olympique de Marseille. Côté sportif, il réalise un chrono très correct et se classe 41ème. Trente-huitième, Brice Feillu réalise le meilleur temps de l’équipe et conserve sa seizième place au général. L’histoire ne dit pas si tous nos coureurs sont devenus supporters de Marseille mais ils en auront pris plein les yeux et auront le temps d’y repenser avant de s’envoler pour Paris, demain matin.


Brice Feillu :

« Je suis satisfait de mon chrono, je me suis appliqué à l’échauffement et pendant toute la course. En voyant les concurrents devant moi s’élancer, j’ai réalisé que j’allais passer un bon moment (rires).  J’étais dans l’allure dès le premier kilomètre. J’ai réussi à bien prendre les virages, mais j’ai manqué de puissance face aux spécialistes du chrono. À l’arrivée, je conserve ma 16ème place au général, c’est une vraie satisfaction, c’est bien pour moi et pour l’équipe. Ce chrono va marquer l’édition 2017, j’ai vécu un grand moment, c’est la beauté du Tour. »


Maxime Bouet :

« C’est pour vivre de telles émotions que je fais du vélo. Participer au Tour de France est un rêve, mais vivre un chrono dans sa ville, avec une arrivée dans le stade de foot, c’est quelque chose de très fort ! À Notre Dame de la Garde, j’avais envie de pousser les barrières, pour être au contact du public, c’était une ambiance incroyable. Je manque de mot pour décrire ma journée. L’hiver, je me rends régulièrement au Vélodrome, j’ai voulu faire un clin d’œil aux supporters marseillais en me rendant sur la rampe avec le maillot de l’OM. J’ai reçu énormément d’encouragements sur tout le parcours, c’en était difficile de se concentrer (rires) ! J’ai profité à 200% mais j’ai fait mon chrono sérieusement. Je ne voulais décevoir ni l’équipe ni mes proches. J’avais coché cette journée, je savais qu’elle serait riche en émotions, ça passe très vite, mais c’était au-dessus de ce que j’avais pu imaginer. »