Nos actualités
Tour de France #5 – Que des costauds
Le 5 juillet 2017

Pour cette première étape de montagne, l’échappée était désirée. Pierre-Luc Périchon saisit le bon wagon aux côtés de De Gendt, Gilbert, Voeckler, Delage, V. Baarle, B.hagen et Bakelants. Rapidement, le peloton contrôle et garde les fuyards sous la barre des 3 minutes. Malgré leurs efforts, les huit hommes de tête sont repris par le peloton dans l’ascension finale.  Fabio Aru s’impose au sommet de la Planche des Belles-Filles, Christofer Froome endosse le maillot jaune.


Pierre-Luc Périchon :

« Je pensais à cette étape depuis le début du Tour. Au début, on a roulé très fort, mais on n’arrivait pas à creuser avec le peloton. Au bout de 15 kilomètres, on s’est demandé si ça valait le coup de continuer, j’étais déjà à bloc et certains ont répondu « on ne roule pas vite là », j’ai compris que j’allais passer une longue journée (rires).  Les vingt minutes suivantes, j’ai vraiment eu mal aux jambes mais sur la seconde partie d’étape ça allait beaucoup mieux. Je ne saurais pas dire si c’est parce que j’avais récupéré ou si lus autres avaient baissé de régime. Philippe Gilbert a attaqué, je n’ai pas réussi à faire l’effort tout de suite pour suivre. Au pied de la planche des belles filles, j’ai essayé de rentrer sur Gilbert, c’était ma dernière cartouche et le peloton m’a repris. Pendant l’échappée, j’ai réalisé que j’avais autour de moi 5 anciens vainqueurs d’étape du Tour et 3 porteurs du maillot jaune, j’étais entouré de costauds. Je n’ai pas de regrets, c’était une journée difficile, mais une fois la ligne passée on ne garde que les bons souvenirs.»


Brice Feillu :

« Je pense que tous les grimpeurs attendaient avec impatience cette première étape de montagne. Il y avait énormément de monde au sommet, même si je participe à mon septième Tour de France ces moments sont magiques. Sur le vélo, je pensais être un peu mieux mais le Tour est encore long et j’espère monter en puissance. Pour la première fois, mes parents suivent le Tour sur quelques étapes, ça donne le sourire de voir un visage familier à l’arrivée. »


Sébastien Hinault (directeur sportif) :

« Sur le papier, l’échappée d’aujourd’hui était plus intéressante que celle d’hier. On a vu, d’entrée de jeu, que BMC ne laisserait aucune marge de manœuvre. Nous n’y avons pas vraiment cru même si c’était une échappée royale, avec de très grands coureurs. Il aurait fallu au moins 2 minutes au pied de la bosse. On ne veut pas avoir de regrets. Pierre-Luc fait une belle étape. On va probablement avoir deux arrivées au sprint les prochains jours puis un gros week-end. C’est une première semaine très intense. »