Nos actualités
TDF #3 Un c’est bien, deux c’est mieux !
Le 3 juillet 2017

Comme Laurent Pichon, hier, Romain Hardy avait des fourmis dans les jambes sur cette troisième étape et les points des grimpeurs en tête. Le breton passe à coté du maillot à pois mais pas de son étape. Après plus de 150 kilomètres d’échappée, les 6 hommes de tête voient revenir trois coureurs dont Pierre-Luc Périchon. Romain Hardy roule pour donner de l’impulsion aux nouveaux fuyards, il est le dernier rescapé de l’échappée matinale. Mais les tentatives étaient vaines aujourd’hui, sur ce genre d’arrivée il y a 192 coureurs à se faire la guerre mais au final, c’est le champion du monde, Peter Sagan, qui gagne.


Romain Hardy :

« Une échappée sur le Tour de France est incomparable aux autres journées que l’on passe sur le vélo. C’était ma première et je m’en souviendrai. Depuis que je fais du vélo j’y pense. On a reçu beaucoup d’encouragements, je ne pourrai même pas décrire l’ambiance au bord de la route. Mais, ce n’était pas qu’une partie de plaisir, il y avait plus de 200kms et beaucoup de vent. L’objectif était le maillot à pois, aujourd’hui je n’étais pas assez fort pour aller le chercher. J’étais entouré de très bons coureurs, enfin… dans toutes les échappées sur le Tour il y en aura (rires). Au bout de 130 kilomètres on n’avait plus d’énergie, on savait que notre échappée était vouée à l’échec. Quand j’ai vu que PLP revenait, j’en ai gardé un peu pour l’aider le plus possible. Je sais qu’il marche bien en ce moment, j’ai donné tout ce que j’avais pour lui, c’était mon challenge de fin d’étape. »


Pierre-Luc Périchon :

« Je suis un peu déçu de ne pas avoir pris l’échappée matinale mais je me suis consolé dans le final. On est assez vite revenus sur les échappés mais on sentait le décalage entre nous. On a essayé de se réorganiser mais on s’est vite retrouvés à quatre. Lorsque Calmejane a attaqué dans l’avant-dernier grimpeur, je me suis dit que j’allais pouvoir le contrôler et rentrer plus tard… mais j’ai compris que j’allais laisser trop d’énergie, je voyais déjà le peloton revenir donc je me suis relevé. Je regrette un peu que Romain n’ait pas eu la combativité mais on est seulement au deuxième jour, il nous reste encore beaucoup d’occasions de briller. On a tenté des choses aujourd’hui, mon objectif était de relancer la course. Comme dit Seb Hinault : pour gagner une course il faut prendre le risque de la perdre. »


Sébastien Hinault (directeur sportif) :

« Ce matin, l’objectif était le maillot à pois. Le peloton n’a pas laissé plus de 2 minutes aux échappés, c’est frustrant, surtout qu’on avait Romain et Pierre-Luc à l’avant. Calmejane a voulu faire cavalier seul dans le final, c’est dommage, ils auraient pu aller plus loin avec Pierre-Luc. Dans tous les cas, on tente, on essaye de ne pas avoir de regrets car le jour où une échappée ira au bout on ne veut pas s’en mordre les doigts. On aurait aimé un prix de la combativité pour Romain mais c’est compréhensible qu’il soit revenu à Calmejane. L’essentiel est de garder cet esprit combatif, ça finira par payer. »


Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations