Nos actualités
Tour d’Oman. André Greipel, pour gagner une étape !
Le 15 février 2019

André Greipel, pour gagner une étape !


Le plan de jeu de l’équipe Arkéa-Samsic dans le Tour d’Oman est simple : comme lors de la Tropicale Amissa Bongo le mois dernier, l’objectif est de voir André Greipel gagner une étape. Pourquoi pas voir Elie Gesbert obtenir un bon classement final !


Sébastien Hinault connaît bien la course par étapes omanaise apparue dans le calendrier en 2010. André Greipel la connaît bien aussi, pour y avoir gagné cinq étapes, deux en 2012 et trois en 2014. Le clin d’œil de cette édition 2019 est que deux arrivées seront jugées là où il a gagné, Al Bustan (deuxième étape) et Matrah Corniche (sixième étape).


« Comparativement au Gabon qui était notre première course de l’année, affirme Sébastien Hinault, nous avons des acquis. Collectivement André et ses équipiers ont appris à se connaître et il a confiance en eux. Avec Robert Wagner qui connaît bien notre sprinteur pour avoir couru chez les jeunes avec lui, même si cela n’a jamais été le cas chez les pros, puis Laurent Pichon et Maxime Daniel, nous avons un train efficace. Je pense qu’il y a trois étapes à leur portée ! »


Dans cette course appréciée par le peloton pour son organisation et la qualité de ses paysages, André Greipel devra faire face à une quinzaine de sprinteurs, notamment Bonifazio (Direct Energie) avec qui il a bataillé au Gabon, le tandem Gibbons-Nizzolo (Dimension Data), Cort Nielsen (Astana) qui avait gagné une étape du Tour d’Oman en 2018, Kristoff (UAE-Team Emirates), Bouhanni (Cofidis), Colbrelli (Bahrain-Merida) ou Coquard (Vital Concept) mais rien qui ne puisse impressionner l’homme aux 156 victoires !


« Au Gabon, André et ses équipiers ont obtenu une victoire et trois podiums, rappelle leur directeur sportif, puis il y eut le sprint de Majorque à l’arrivée du Trophée Palma où il lui a manqué son lanceur Maxime Daniel dont le vol avait été annulé. Ce jour-là, André doutait de sa forme. Il avait été souffrant après la Tropicale Amissa Bongo et n’avait pu bien s‘entraîner en raison de la neige. En dépit de tout cela, il avait pris la cinquième place en faisant grosse impression dans les 500 derniers mètres. Cette semaine à Oman, s’il faut rouler derrière une échappée, nous allons pouvoir compter sur Benoît Jarrier et Robert Wagner mais il y a quand même beaucoup d’équipes de sprinteurs qui seront concernées… »


Outre les sprints attendus d’André, l’équipe Arkéa-Samsic comptera sur Elie Gesbert dans les étapes dures, principalement celle de Green Mountain le 20 février même si la difficulté a été rabotée par l’organisateur. « C’est une montée de cinq kilomètres, précise Sebastien, le pied et le dernier 1,5 kilomètre sont durs mais c’est un exercice pour puncheur, ce n’est pas un col… Enfin, il y a une étape pour Laurent Pichon, il le sait depuis un petit moment. Le tout dans un contexte général intéressant parce qu’il y a un gros niveau dans cette course. J’espère que nous serons acteurs tous les jours ! »


Les coureurs et le staff de l’équipe Arkéa-Samsic se sont envolés pour Mascate mercredi dernier et auront donc eu près de trois jours pour s’acclimater.


La Compo



Le programme


Samedi 16 janvier, Etape 1 : Al Sawadi Beach – Suhar Corniche (138,5 km)


Dimanche 17 janvier, Etape 2 : Royal Cavalry Oman – Al Bustan (156,5 km)


Lundi 18 janvier, Etape 3 : Shati Al Qurum – Qurayyat (192,5 km)


Mardi 19 janvier, Etape 4 : Yiti – Oman Convention & Exhibition center (131 km)


Mercredi 20 janvier, Etape 5 : Samayil – Green Mountain (152 km)


Jeudi 21 janvier, Etape 6 : Al Mouj Mascat – Matrah Corniche (135,5 km)


Les derniers vainqueurs


2018 : Alexey Lutsenko (Kaz)


2017 : Ben Hermans (Bel)


2016 : Vincenzo Nibali (Ita)