Nos actualités
Tour du Haut-Var. Amael Moinard (15ème) : « Je voulais finir à fond »
Le 23 février 2019

C’était l’étape du reine du Tour du Haut-Var avec 201 kilomètres et 4300 mètres de dénivelé qui ne font pas de cadeaux. L’équipe a travaillé toute la journée pour placer Amaël Moinard et Kévin Ledanois dans le final.



Amael Moinard (15ème) :


« Je me sentais plutôt bien jusqu’à deux kilomètres de l’arrivée…j’ai craqué. Mais la leçon que je veux retenir c’est que nous sommes passé au travers de l’étape d’hier : ok ! Mais aujourd’hui nous nous sommes vraiment repris en main. On a eu un super collectif qui a fait du super boulot. Ca nous tenait à coeur de nous ressaisir et rester représentés à l’avant du peloton pour que Kevin et moi soyons placés dans le final. Nous voulions être dans l’échappée mais il fallait aussi prendre en compte la difficulté de l’étape. Le placement au niveau tactique…j’ai bien vu que Groupama-FDJ allait vraiment contrôler la course donc dans ces cas-là, on savait qu’il n’y avait pas grand-chose à faire et si on voulait ambitionner un résultat sur la ligne, il valait mieux tenter de jouer sur le final ! J’ai attaqué la dernière montée dans les dix premiers et je suis resté tout le temps dixième, jusqu’à ce que Groupama FDJ accélère à deux kilomètres de l’arrivée…ils ont vraiment durci ces 2000 derniers mètres. J’ai terminé avec Julien Simon et Mathias Le Turnier et je voulais vraiment finir à fond. On n’a fait aucune erreur et on a très bien couru, en équipe. Le seul couac, c’est moi, et j’en prends la responsabilité, qui craque à deux kilomètres du final ce qui m’empêche de finir avec les meilleurs. Je me sens très bien. Il n’y a pas de secret : être au mois de février, avec plus de 4300 mètres de dénivelé sur une course de 201 kilomètres et être devant jusqu’aux cinq derniers kilomètres, ça veut dire qu’on a bien bossé et qu’on se sent bien ; que ce soit pour Kevin, moi ou les gars qui ont fait le boulot avant. Il ne manque pas grand-chose…on travaille pour aller chercher ce petit quelque chose. »



Yvon Ledanois :

« C’était mieux pour l’équipe Arkéa-Samsic aujourd’hui. Nos coureurs ont été appliqués dès le départ, ont tenté de prendre la bonne échappée. Je les entendais se parler dans l’oreillette… Bon un coup de cinq coureurs est finalement parti sans nous et la sélection s’est faite par l’arrière. Je suis satisfait du comportement de mes hommes parce qu’ils ont fait avec les moyens du moment. Mention bien pour Amaël Moinard (15e) et Kevin Ledanois (26e). Brice Feillu s’est fait violence. Florian Vachon et Romain Le Roux ont fait le boulot, se sont occupés du placement de nos deux coureurs protégés, Brice Feillu l’a fait également. J’aime le sacrifice dans le vélo, c’est une grande valeur ! Dans le difficile col de Bourigaille, dans le final, il restait 25 coureurs tout au plus, il y avait Amaël et Kevin. Si tu es là, dans cette étape de 200 kilomètres et présentant un dénivelé positif de 4.300 mètres, c’est que tu as fait le job. Evidemment, obtenir le meilleur résultat possible est important mais sur la manière, aujourd’hui, je suis satisfait.» »