Nos actualités
Tour du Limousin #3 Le train blanc et le maillot jaune
Le 17 août 2017

Le maillot jaune de leader tient toujours pour 4 secondes sur les épaules d’Elie Gesbert après un énorme travail de toute l’équipe. Il faudra encore le défendre demain, sur la dernière étape, avant de pouvoir éventuellement savourer la victoire sur le Tour du Limousin.


Elie Gesbert : « J’ai toujours mes 4 secondes d’avance (rires). On a fait l’effort en début de course de filtrer les échappés, on ne voulait pas laisser sortir un coureur dangereux et devoir cravacher pour revenir dans le final. A l’avant, le plus proche était Romain Sicard. Ce matin il avait 1’45’’ de retard mais il a fait toutes les bonifs pendant l’étape, il fallait revenir sous la barre de la 1’30’’ dans le final. On ne voulait pas non plus rentrer sur l’échappée et laisser la possibilité à Vuillermoz d’aller prendre des bonifs à l’arrivée. Dans les derniers kilomètres, j’ai suivi sa roue et ça l’a fait. Toute l’équipe roule pour moi, à l’arrivée il ne faut pas que je me loupe. J’ai un peu plus de pression que d’habitude mais c’est positif et les gars sont là pour m’aider, Flo est un bon capitaine de route, j’ai confiance en lui est en l’équipe. »


Arnaud Gérard : « C’est physique et stratégique mais pour le moment tout va bien. La journée était stressante, il fallait maintenir l’échappée à une distance raisonnable sans revenir dessus. On a bien manœuvré, ce soir Elie est toujours leader et c’est le principal. Malgré son raid de la première journée, il récupère bien et tient son rang de leader. On va encore tout donner pendant 4h demain puis on espère savourer la victoire. Il est allé chercher son maillot sur un exploit le premier jour, mais ensuite on s’est tous mis à son service. Pour gagner une course par étapes il faut pouvoir compter sur son équipe et pour le moment on tient la route. »


Denis Leproux – directeur sportif : « Ça fait du bien de passer la ligne ( rires). On a vécu une journée stressante mais c’était du bon stress. Je pense que les gars étaient eux aussi comptant d’en finir, ils ont donné de leur personne. Ils ont terminé fatigué, mais ils ont assuré. On a passé les deux journées les plus difficiles mais rien n’est acquis. Il faudra resté concentré jusqu’au bout.»