Nos actualités
Très belle deuxième place de Clément Russo
Le 3 août 2019

Clément Russo avait des regrets mais il a pris une très belle deuxième place dans la troisième étape du Tour du Portugal gagnée au sprint par Daniel Mestre (W52-FC Porto). Suppléant Bram Welten dans le dernier kilomètre, il a sans doute abordé la dernière ligne droite un peu trop loin mais son effort dans les deux-cents derniers mètres a été impressionnant.


Clément Russo : « C’est dommage, ça se joue vraiment à pas grand chose. Bon… ce matin je ne pensais pas faire un podium. A la base on voulait emmener Bram car ce n’était pas aussi dur qu’hier. On a tous bien bossé aujourd’hui, l’arrivée pouvait être pour Bram et j’avais aussi une possibilité de la jouer en fonction des circonstances. A moins d’un kilomètre j’ai compris que je devais y aller, je suis bien remonté mais il m’a manqué du placement  à l’entrée du dernier virage pour pouvoir gagner.  C’est dommage…mais c’est quand même agréable de jouer la gagne, pour la confiance, pour la suite de la saison. On a une bonne équipe, il y a une bonne ambiance, on a bien travaillé cet été et on travaille bien ici, ce serait vraiment bien de décrocher une victoire ! »


Yvon Caër, directeur sportif : « Aujourd’hui, il y avait une forte chaleur, la température oscillant entre 36 et 40 degrés et la moyenne d’une étape du Portugal a été respectée, il y avait encore aujourd’hui, pour une étape plate, 2.200 mètres de dénivelé. Nous avions désigné Bram Welten pour faire le sprint mais à trois kilomètres de l’arrivée, il y avait une côte à 5% suivie d’une portion de plat. A 700 mètres de la ligne, Bram a compris qu’il n’aurait pas les jambes et il a donc travaillé pour Clément Russo. A la sortie du dernier virage, dans le sillage de l’équipe W52-FC Porto, il est un peu loin mais dans les 200 derniers mètres c’est bien Clément le plus rapide !

Oui, il est déçu mais une deuxième place ici, ce n’est pas rien. Clément est un gagneur et il a vu dans son effort qu’il allait vite mais combien de sprints a-t-il fait chez les pros pour gagner ? Pas plus de cinq et le plus souvent pour aider un équipier. Lors du Tour de la Communauté de Madrid en mai, il envoyait les copains mais là, il sait qu’il peut le faire. A l’avenir, il doit donc prendre des risques dans le placement pour sprinter de loin.

Je dois dire que nous avons une dynamique d’équipe extraordinaire, Maxime Daniel est méconnaissable depuis deux jours, il travaille toute la journée en abritant ses équipiers jusqu’au panneau des cinq kilomètres. Demain c’est difficile, avec une arrivée à Torre au sommet d’un col long de 20 kilomètres. C’est donc à Brice Feillu de jouer. Il va bien, il a la banane et il veut se battre pour un Top 10 au général. »