Nos actualités
Warren Barguil, un Top 10 sur le plat !
Le 17 juillet 2019

Warren Barguil a des fourmis dans les jambes. Après avoir profité du travail de ses équipiers le replaçant dans le peloton après une chute qui l’avait contraint à mettre pied à terre à 35 kilomètres de l’arrivée, le champion de France a accompagné les sprinteurs dans les rues de Toulouse pour s’offrir un surprenant Top 10. Pas de doute, le leader de l’équipe Arkéa-Samsic est en forme !



Warren Barguil : « À 35 kilomètres de l’arrivée ça tombe juste devant moi. J’arrive à m’arrêter, mais un coureur percute Anthony Delaplace qui me tombe un peu dessus… On est reparti le plus vite possible, mais quand le peloton roule à 45 km/h on prend rapidement du retard. Mes coéquipiers ont fait un super boulot pour me ramener dans le peloton, mais ils y ont laissé du jus en vue du sprint. Dans la dernière montée, j’ai dit à André Greipel de prendre ma roue, j’ai essayé de le placer du mieux possible, on était derrière les coureurs de Jumbo-Visma, mais il a été obligé de freiner dans le dernier virage. Dommage, je le sentais bien pour nous sortir un bon sprint. Moi je suis resté dans la file, je voulais rester concentré pour ne prendre aucun risque. Je ne suis pas allé frotter avec les sprinteurs. Il faut savoir rouler vite dans le vélo, travailler pour un sprinteur c’est quelque chose que j’aime faire. Demain, c’est un autre morceau, j’espère que j’aurai les mêmes jambes que la semaine dernière. »


André Greipel : «J’étais en bonne position, pas pour gagner, mais pour faire un bon sprint au moins. Mais j’ai été piégé par une chicane, j’ai dû freiner. Warren a fait du super job ! »


Yvon Ledanois, directeur sportif : « Hier, nos coureurs ont fait une petite sortie dans la matinée en compagnie de leur manager Emmanuel Hubert avant de bien se reposer. La remise en route n’a pas posé de problème… Aujourd’hui, la seule alerte a concerné Warren Barguil, gêné par la chute fatale à Terpstra (Total-Direct Energie). Il figurait dans un troisième peloton mais ses équipiers ont fait un très gros effort pour le replacer. Il signe un top 10 même si on n’attend pas ça de lui. Un grimpeur qui va faire le sprint, c’est qu’il marche ! Demain, on arrive sur son terrain. Une échappée va se développer dans les 120 premiers kilomètres durant lesquels les coureurs seront en prise. Ce serait bien qu’un de nos coureurs y figurent. Ensuite on va escalader le col de Peyresourde qui fera mal si l’ascension est rapide. La descente déposera les coureurs au pied de la Hourquette d’Ancizans qui est dure (10 km à 8% de moyenne). Au sommet, il restera 30 kilomètres pour atteindre Bagnères-de-Bigorre. »


Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations