Nos actualités
Yvon Ledanois : « Nos coureurs ont fait une belle étape ! »
Le 15 juin 2019

La septième étape du Critérium du Dauphiné, proposant quatre cols en 80 kilomètres, s’est déroulée dans des conditions dantesques. Gagnée par Poels (Team Ineos), elle a été marquée par la longue échappée de Kevin Ledanois et Jérémy Maison et par la prestation très rassurante de Warren Barguil. Le leader de l’équipe Arkéa-Samsic a retrouvé son moral !





Warren Barguil :  
« Je termine à 1’45 », je n’avais pas les meilleures sensations mais je n’étais pas arrêté ! J’ai pris une cassure à un moment où il y avait un vent de côté et j’étais un peu mal placé. Je lâche à ce moment puis je suis resté à 30 mètres du groupe de devant pendant un bon bout de temps. C’est dommage car monter cette pente en étant dans ce groupe aurait été plus simple…c’est comme ça. J’ai eu une grosse période d’inactivité, ce n’est pas du jour au lendemain qu’on retrouve son meilleur niveau. Ça va revenir, aujourd’hui ce n’est pas mauvais ! »





Kevin Ledanois : 
« Je suis content d’avoir réussi à prendre le bon coup et surtout d’avoir fait l’effort au bon moment. Le départ était toujours en prise, ça a bataillé mais j’ai produit mon effort en haut d’une petite bosse et c’est parti à ce moment là. Je n’ai pas fait d’effort inutile. Avec Jérémy, on a laissé les autres travailler dans l’échappée. On a monté le deuxième col à un rythme élevé car tout le monde voulait aborder la dernière montée avec un maximum d’avance. À mi-course, j’ai dit à Seb Hinault que j’étais déjà bien fatigué mais il m’a tout de suite rassuré. C’était ma première échappée en montagne à ce niveau. Jérémy connaissait l’avant dernière difficulté, il nous a dit que les quatre premiers kilomètres étaient les plus durs donc je me suis fait la peau sur cette partie. J’étais toujours à 5 ou 10 mètres des roues mais je n’ai rien lâché et je bascule à vingt secondes des quatre premiers. J’ai fait la dernière montée à mon rythme avec Rosskopf avant d’être repris par les favoris. Je voulais filer un dernier coup de main à Warren dans la montée finale, mais il était bien à l’abri. Je lui ai juste demandé s’il voulait quelque chose et j’ai fini à mon rythme. Dans le final, les conditions météorologiques étaient impressionnantes mais on a quand même fait 100 kilomètres au sec (rires). C’était comme si on était sous la douche sauf qu’à certains moments c’était de la grêle mais on savait à quoi s’attendre. J’étais bien occupé, je n’ai pas eu le temps d’avoir froid. Je suis satisfait de ma journée surtout que sur le papier ce n’est pas vraiment le parcours qui me correspond le mieux. »




Jérémy Maison : « J’avais repéré l’étape lors d’un stage, j’étais très motivé mais j’ai raté le bon coup. Je dois avouer que j’étais un peu frustré. Quand j’ai vu que ça ressortait derrière, je ne me suis pas posé de questions et j’y suis allé. On est rentré dans la descente du col de l’Epine. On s’est retrouvé à 25 à l’avant, ce n’est jamais facile à gérer surtout avec des costauds comme Woods et Lutsenko. Je savais que la descente du Granier était technique, mais je me suis fais plaisir et en bas j’avais 30 secondes d’avance sur le reste du groupe. J’ai un peu hésité, mais j’ai préféré ne pas insister. Au pied de Marcieu, je me sentais bien puis … la pluie et le froid… Je ne suis vraiment pas à l’aise sous ces conditions. J’ai été repris par le groupe de Warren, je suis resté avec lui jusqu’au pied de la dernière difficulté pour qu’il aborde la montée avec envie et motivation et aussi pour l’aider en enlever son k-way. Sous la pluie battante ce n’est pas si facile … Ensuite j’ai fini comme j’ai pu, c’était sauve-qui-peut. Je voulais quand même garder un bon rythme pour ne pas avoir froid. J’aurais pris plus de plaisir avec du ciel bleu jusqu’au bout mais ça fait partie du vélo. Je suis content de mon étape mais aussi d’être au chaud dans le bus (rires). »



Yvon Ledanois – directeur sportif :  » Warren Barguil termine à 1’30’’ des favoris du Tour de France et ce n’est pas mal. Avant de parler de lui, je dois dire que les coureurs de l’équipe Arkéa-Samsic ont fait une belle étape dans des conditions exécrables. Kevin Ledanois était très déçu vendredi de n’avoir pas pris la bonne échappée mais aujourd’hui, il y était. Après les cols de l’Epine et du Granier et dans une étape de haute voltige, il a franchi le sommet du col de Marcieu à 20 secondes de Lutsenko (Astana) et Woods (Education First-Drapac) alors en tête et il attaque encore au pied de l’ascension finale. Avec lui, Jérémy Maison a également fait une belle étape en étant dans cette échappée de 25 coureurs avant d’être vaincu par la pluie. Cela montre que nos coureurs peuvent prendre conscience de leurs qualités. Warren a été distancé d’un peloton de quinze coureurs à 10 kilomètres de l’arrivée mais il est longtemps resté à 15’’ de ce groupe en dépit des accélérations se produisant à l’avant et dans une montée exigeant de la puissance et qui ne lui était pas favorable. On peut simplement constater qu’il est bien mieux que l’an dernier à cette époque bien que revenant de très loin après ses deux chutes du printemps. Compte tenu de la troisième semaine du Tour qui sera terrible et nécessitera de la fraîcheur, c’est satisfaisant. Il a repris du moral. Pour nous, l’objectif numéro 1 était qu’il finisse le Critérium du Dauphiné dans une phase progressive, avec le sourire en voyant qu’il n’est pas loin des meilleurs et qu’il est en mesure de faire de belles choses en juillet. Il faut encore passer la dernière étape, on fera le bilan demain mais ce n’est pas mal ! «