19 septembre 2021

Bram Welten : « Ça s’ouvre trop tard devant moi… »

4ème du Grand Prix d’Isbergues, Bram Welten aurait pu espérer mieux. Explications…

Sur la ligne

« La course a été très nerveuse, le parcours proposé à Isbergues n’est pas très difficile, et la météo était clémente. Le sprint était annoncé, et c’était le choix stratégique que nous avions fait. L’équipe a fait un super bon travail, Lukasz a roulé en tête de course toute la journée. Matîs et Amaury m’ont placé dans la roue de Démare à 300 mètres de l’arrivée, mais c’est dommage car la Groupama-FDJ a mis du temps à enclencher son sprint. Une vague prend forme sur la gauche avec les Cofidis et Viviani et ils nous remontent et nous doublent. Je n’ai pas de place pour faire mon sprint jusque dans les cinquante derniers mètres, et là j’ai l’ouverture. J’arrive avec beaucoup de vitesse, mais trop tard… »

Yvon Caer, directeur-sportif

Le débrief’

« Le sprint peut nous laisser des regrets car il y avait moyen de gagner. Quatrième cela reste un bel accessit mais c’est décevant en termes de résultat obtenu compte tenu du sprint exécuté par Bram et l’équipe Arkéa-Samsic. L’attitude des coureurs a été exemplaire, nous avons fait un choix stratégique pour le sprint car nous ne disposions pas du même train que nos adversaires. Nous avons donc décidé de nous caler dans le train des Alpecin ou de la Groupama-FDJ, Bram aux abords des 900 mètres. Aux 300 mètres il est dans la roue de Démare mais Guarnieri n’enclenche pas. Nous sommes ou il faut quand il faut mais nous étions dépendant alors du travail des autres équipes… »

Coureurs

Matîs Louvel
Amaury Capiot
Christophe Noppe
Donavan Grondin
Winner Anacona
Łukasz Owsian