03 octobre 2021

Amaury Capiot, 18ème de Paris-Roubaix

Connor Swift

« C’est une course folle ! À chaque secteur il y avait des chutes, des problèmes mécaniques. Après deux secteurs, le peloton avait déjà bien diminué…c’était une journée épique et difficile. Dans le final, les meilleurs sont allé à l’avant, je n’avais pas les jambes pour rester dans ce groupe. Mais j’ai beaucoup appris et j’ai vraiment aimé mon premier Paris-Roubaix et je suis super motivé pour revenir…et j’espère avec un peu moins de pluie (sourire). C’était une journée épique sur le vélo. Je vais m’en souvenir longtemps ! »

Amaury Capiot

« C’était vraiment extraordinaire. Les secteurs pavés, la météo…c’était terrible. J’avais de bonnes sensations aux premiers secteurs pavés et je suis resté assez longtemps à l’avant avec Connor et Bram. Malheureusement dans le secteur de Mons-en-Pévèle j’ai lâché, c’était dur. Il restait encore 50 kilomètres de course. Je termine 18ème pour mon premier Paris-Roubaix, j’ai tout donné. J’ai maintenant disputé trois Monuments sur cinq avec le Tour des Flandres et Milan-San-Remo. Je suis content. »

Clément Russo

« C’était très dur. À Paris-Roubaix il faut une part de chance et j’ai crevé deux fois. Après la première fois j’ai fait l’effort pour revenir…mais j’ai immédiatement crevé à nouveau. Après je ne suis pas tombé, c’est déjà une bonne chose. J’ai quand même pu rallier l’arrivée, c’est la satisfaction du jour car je pense que tous les coureurs qui ont terminé aujourd’hui sont contents de finir car c’était tellement dantesque… »

Christophe Noppe

« C’était un Paris-Roubaix épique avec la météo. Sur le quatrième secteur il y avait beaucoup de boue et j’étais bien placé. Un coureur m’a emporté dans une chute, j’ai cassé ma chaussure donc je ne pouvais plus rouler. Le peloton est parti trop loin mais j’avais de bonnes sensations donc j’ai avancé de groupe en groupe. Je voulais aller jusqu’au vélodrome, car c’était la première participation. Je n’ai pas eu de chance aujourd’hui mais bref, c’est Paris-Roubaix …tout le monde a des histoires à raconter ici. »

Bram Welten

« Oh…c’était dur dur. Je suis tombé deux secteurs avant Mons-en-Pevel, ça a été compliqué de revenir ensuite, avec les voitures, les pavés glissants, ça allait dans tous les sens. Je préfère quand c’est sec mais je suis content d’avoir vu le vélodrome. Quand des gens me demanderont  « tu étais là à Paris-Roubaix 2021 ? » Je pourrais dire « Oui, sous sur les pavés et dans l’eau et j’ai terminé » (sourire)

Sébastien Hinault

Sébastien Hinault : « Il y a beaucoup à dire. Je pense qu’avoir Amaury dans les vingt premiers, même si ce n’est pas « satisfaisant », c’est déjà pas mal. Et avoir cinq coureurs à l’arrivée c’est bien aussi. Nous avions plusieurs coureurs qui ne connaissaient pas Paris-Roubaix dans l’équipe Arkéa-Samsic au départ, ce qui fait qu’ils n’ont peut-être pas pris les risques qu’il fallait à certains moments. C’est de l’expérience. On revient dans six mois, avec de l’ambition et une connaissance de la course pour ceux qui ne l’avaient pas. »

Coureurs

Connor Swift