05 septembre 2021

Anthony Delaplace : « Un moment de solitude d’une heure et demie »

Seul, Anthony Delaplace a bouché un écart de neuf minutes pour rentrer sur l’échappée du Tour du Doubs,  laquelle a été revue à seulement dix kilomètres de Pontarlier. Élie Gesbert a tenté de forcer le destin dans le Larmont, tout comme Nairo Quintana qui a été offensif dans cette difficulté mais également, en solitaire, dans le final aussi, mais le sprint fut comme les jours précédents inévitable. Nairo se classe 6ème.

Anthony Delaplace

Sur la ligne

« Il avait été décidé ce matin lors du briefing après deux jours à faire des efforts de ne pas prendre la course en main sur ce Tour du Doubs, nous avons suivi ce plan à la lettre en début d’épreuve. Le souci c’est que ni Ag2r-Citroën, ni Groupama-FDJ n’ont voulu assurer la poursuite derrière les coureurs échappés, et l’écart a grimpé au-delà de huit minutes. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de relancer la course, de créer un peu de mouvement. Mais, voilà, personne ne m’a suivi. Après cela a été un petit moment de solitude qui a duré une heure trente pour rentrer sur la tête de course. J’ai effectué un gros effort, après j’ai eu un besoin légitime de souffler. Ma présence en tête de course a permis en tout cas à mes coéquipiers de ne pas rouler au sein du peloton. Une fois notre échappée reprise, j’ai pu aider Élie quand il attaque avec ce qui me restait dans les jambes. J’ai donné le bout d’énergie que j’avais encore pour lui passer un bon relais. Après Nairo se classe 6ème, la bosse finale était un peu courte pour lui. Nous avons effectué de belles courses durant trois jours, c’est bien même si bien sûr nous aurions préféré en gagner une ».

Elie Gesbert

« Nous avions prévu de rouler au pied de Larmont à bloc, et c’est ce que nous avons fait. C’était également pour anticiper par rapport à nos adversaires et notamment des équipes avec des coureurs rapides tels que Cosnefroy, Godon. Cette bosse est certes difficile mais elle ne permet pas de faire la différence surtout que cette année il n’y a pas eu beaucoup de course avant de l’aborder. D’habitude lorsque cela bagarre nous sommes seulement vingt coureurs au sommet du Larmont. Je n’ai jamais vu cela, là, nous étions encore soixante coureurs. C’était au final plus puncheurs que grimpeurs ce Tour du Doubs  mais bon nous avons essayé… » 

Nairo Quintana

« Le bilan au soir du Tour du Doubs est positif, j’ai effectué trois jours de course dans cette région et j’ai été à chaque fois à l’attaque. J’ai bien travaillé, tenté de nombreuses fois ma chance, aujourd’hui encore, pour arriver en solitaire car je savais que si on terminait au sprint, j’allais tomber une nouvelle fois face à des coureurs disposant de plus de puissance que moi. J’ai essayé dans la bosse, et encore dans le final, mais il y avait encore beaucoup de coureurs au sein du peloton et ils se sont alliés pour rentrer sur moi dans les ultimes kilomètres de la course. J’ai fait le sprint, et je me classe 6ème. Comme je l’ai dit le bilan de ces trois jours est bon, avec deux places de quatre et une de six. J’ai une bonne forme, les sensations sont bonnes également et c’est de bon augure pour les courses à suivre ». 

Roger Tréhin, directeur-sportif

Le débrief’                                

« Nous nous doutions que la course allait se résumer à une épreuve de côte dans Le Larmont, et c’est le scénario qui s’est produit. Notre ambition était d’arriver très vite à cet endroit afin de lancer Nairo. La course s’est scindée en deux phases avec une grosse intensité dans le final, puis, au départ, une bon groupe d’échappé au sein de laquelle nous n’étions pas représentés. Quand nous avons que l’écart ne cessait de croître, Anthony y est allé. Il a effectué un travail fantastique, un « chrono » quasiment d’une heure et demie pour boucher neuf minutes. Il était encore en tête dans le col de la République, et son groupe s’est fait reprendre à seulement dix kilomètres de la ligne. L’ultime côte n’était pas assez dure pour que Nairo fasse la différence, et en plus il y avait vent de face et, de fait, ce qui ne lui a pas permis de faire la sélection comme on l’espérait ».

Coureurs

Nairo Quintana
Anthony Delaplace
Elie Gesbert
Romain Hardy
Kévin Ledanois
Laurent Pichon